Plan general : famous jews

AVRAM HERSHKO

PRIX NOBEL 2004
TECHNION 1 - 2
BIO
REVUE
ECOUTER
RECHERCHE
X
PROTEINE






"Pour avoir découvert l'un des processus cycliques les plus importants de la cellule, c'est-à-dire la dégradation des protéines"
( avec Aaron Ciechanover et Irwin Rose )


Avram Hershko, 67 ans, Israélien, né le 31décembre 1937 à Karcag, Hongrie, émigre en Israël en 1950 et obtient en 1965 son Doctorat en médecine puis, en 1969, son PhD à l'Hebrew University-Hadassah Medical School de Jérusalem. Professeur de biochimie depuis 1972 à l'Institut de technologie d'Israël (Technion) de Haïfa, il y est depuis 1998 Professeur émérite. Membre de l'EMBO (Furopean molecular biology organization) et de l'Académie des sciences d'Israël, Foreign associate de la National Academy of Sciences américaine, il a reçu en 2000 le Prix Albert-Lasker (conjointement avec les professeurs Aaron Ciechanover et Alexander Varshavsky).

Il a découvert dans la cellule humaine une protéine appelée polypeptide ubiquitin, qui marque les protéines non désirées et sujettes à destruction. Cette découverte a une grande portée notamment dans la compréhension du cycle cellulaire, la transcription génétique et le fonctionnement du système immunitaire. Elle ouvre de nouvelles perspectives dans le traitement de maladies comme le cancer.
SCIENCE

Reconnaissance et marquage moléculaires
La découverte principale honorée en 2004 repose sur le rôle de l’ubiquitine dans les processus de dégradation protéiques dans les compartiments intracellulaires. Les protéines sont généralement impliquées dans des actions ou fonctions cellulaires spécifiques. Dans la cellule, elles sont présentes après synthèse ou pénétration par voie transmembranaire – les chaînes protéiques doivent être détruites quand elles ont rempli leurs rôles –, sont en surnombre ou deviennent indésirables par suite d’altération. Pour aboutir à leur dégradation, les protéines sont marquées par une molécule d’ubiquitine. L’association protéineubiquitine permet un tropisme vers le protéasome, véritable « hachoir à protéine ». Celui-ci découpe la protéine en courtes chaînes polypeptidiques de moins de 10 acides aminés. L’ubiquitine est alors libérée pour être réutilisée en dehors du protéasome. Reconnaître et marquer une protéine avec de l’ubiquitine revient donc à lui donner le « baiser de la mort ».lactualitetechnique


Pensez-vous que dans le contexte actuel dans lequel Israël est plus souvent décrié que félicité, l’attribution d’un Prix Nobel à deux scientifiques israéliens revêt une signification toute particulière?

Pr Hershko : Je citerai le présentateur des informations du soir le jour où notre récompense a été annoncée: «Pour une fois, nous pouvons ouvrir le journal avec une bonne nouvelle». Je crois que cette dernière n’était pas seulement bonne pour le public israélien et pour nous, mais pour le monde juif en général. Cela dit, je pense qu’il y a un grand nombre d’excellents scientifiques en Israël et j’espère que nous ne sommes que le début d’une longue série. De plus, si j’en juge par la manière dont nous avons été reçus en Suède, à un moment où l’Europe ne fait pas absolument preuve
d’un excès de sympathie à notre égard, je veux croire que l’attribution de ce prix aura permis de mieux nous faire connaître. Je ne sais pas si cela aura des implications politiques, mais il s’agit d’un petit pas dans la direction du changement de notre image. Du moins, je l’espère.shalommagazine

Lire : L'État hébreu champion des biotechnologies
Soixante ans après sa création, Israël est numéro un mondial en nombre de brevets par habitant pour les dispositifs médicaux et quatrième pour ceux de biotechs

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés