Plan general : famous jews

RABBI YEHOUDA HANASSI


LE PRINCE
ETUDE
MEZOUZA
EMBRYON
SAGE





"Rabbi disait : Quel est le droit chemin que l’homme doit choisir ? Tout chemin dont peut s’honorer celui qui le prend, et pour lequel il est honoré par les autres hommes. (Chapitre 2, Michna 1)
daathaim


Rabbi est né en 3880, cinquante deux ans après la destruction du Temple.
Il descendait de Hillel, son père était de la tribu de Binyamin et sa mère de la famille royale de David.
C'était l'époque où le Tana Rabbi Akiva fut torturé par les romains.

Rabbit naquit précisément au moment où, Rabbi Akiva mourrut. Et la Guemara (Kedouchine) nous raconte à ce sujet que "Lorsque Rabbi Aquiva mourut, Rabbi vint au monde...
Pour t'enseigner qu'un Tsadik ne quitte pas ce monde sans qu'apparaisse un autre juste comme lui.
" rabbi fut le dernier des grands Tanayim. Ses contemporains le vénéraient et l'admiraient beaucoup. On l'appelait Rabbi ou rabbénou car il était plus sage et plus érudit que quiconque. On lui donna aussi le nom de "Rabbénou Akadoche".

Rabbi fut pour le peuple juif le septième jour. De même que lorsque arrive le Chabbat arrive le repos, de même la tranquillité fut assuré à Israël lorsque Rabbi devint Nassi (Président). Celui-ci était même respecté et apprécié par le gouverneur de Rome et une amitié solide se lia entres eux.

Rabbi fréquenta dès son jeune âge, les grands Tsadikim de son temps, et c'est d'eux qu'il reçut sa formation. Ses maitres les plus connus furent:

1. Rabbi Chimon Ben Gamliel, son père
2. Rabbi Yéhouda Ben Ilaï
3. Rabbi Meir
4. Rabbi Chimon Ben Yohai
5. Rabbi Yossei Ben 'Halafta
6. Rabbi Elazar Ben Chamoua
7. Rabbi Yéhochoua Ben Qor'haRabbi

Celui-ci possédait à la fois la Thora, la sagesse et la grandeur (le pouvoir). Rien ne l'empêchait par conséquent, de s'adonner à cette immense tâche et il accepta la mission sacrée de rédiger son oeuvre colossale qui est, comme on le sait classée en six traités:

Zerayim, Moède, Nachim, Nezikim, Kodachim, Teharoth.

C'est à Beith Chéarim qu'il s'installa pour se consacrer pleinement à cette oeuvre.
Et c'est en tombant malade qu'il alla à Tsipori où il demeura dix sept ans.
Rabbi avait trois fils:

- Rabban Gamliel, qui fut Nassi et lui succèda;
- Rabbi Chimon qu'il surnommait 'Hakham;
- Yaabets qui entra vivant dans le Gan Eden. Il eut également deux filles: L'une fut l'épouse de Ben El'assa et l'autre celle du petit fils de Rabbi Tarfon.


Dès sa jeunesse, Yéhouda jouissait de l’estime des plus grands maîtres, au point que son père, dans sa modestie, le qualifiait de lion fils de renard (Baba Metsia 84b). Avide de savoir, le jeune homme allait d’une école à l’autre, afin de connaître les différentes méthodes d’enseignement pratiquées par les maîtres. Ceux à qui il dut la plus grande partie de son savoir furent Rabbi Siméon Bar Yohaï et Rabbi Elazar Ben Chamouâ. Il bénéficia peut-être aussi de l’enseignement de Rabbi Meïr, ou au moins de l’un de ses élèves.

Lorsque Rabbi succéda à son père dans la dignité de prince, commença la période la plus glorieuse de la Diaspora. L’Ecriture Sainte rapporte que Rivka, mère de Essav et de Yaacov, avait été, dans sa détresse, interroger Hachem et eut comme réponse : «Deux peuples sont dans ton sein». Nos Sages lient à cette expression «deux peuples» la prophétie selon laquelle deux hommes, supérieurs à tout ceux de leur temps, naîtraient un jour, et pensent qu’il s’agissait de Rabbi, descendant de Yaacov, et d’Antonin, descendant d’Essav. Les liens d’amitié les plus affectueux unissaient les deux hommes. Grâce à l’appui de l’empereur romain, Rabbi put obtenir que la paix et l’aisance fussent conférées à son peuple, tandis qu’il dut lui-même à la faveur de l’empereur d’être comblé de richesses. Il ne vivait que pour son peuple et pour la Sainte Parole de D-ieu. Il étudiait jour et nuit et enseignait sans relâche. Il rassemblait autour de lui les gens instruits du pays et s’adonnait avec eux à l’étude. De tous côtés accouraient à Syphoris, sa demeure, des élèves zélés, et Rabbi les nourrissait. Pendant les années de disette, il ouvrait ses réserves d’argent aussi bien que ses resserres d’aliments et distribuait à tout les affamés, aux savants comme aux ignorants. Il s’inquiétait de l’éducation des enfants, spécialement de celle des orphelins abandonnés et les confiait à des éducateurs qui avaient pour mission de faire d’eux des hommes intègres et bons.

Rabbi Akiva avait déjà ressenti le besoin d’établir la Loi Orale systématiquement et on lui doit un première tentative qui porte le nom de «Michnah de Rabbi Akiva». Son élève Rabbi Meïr, avait continué son oeuvre. Cette compilation servit de base à Rabbi pour son ouvrage. Avec l’aide de ses collègues, de ses fils et de ses disciples, il classa et tria l’immense matière de son étude, examina, relia différents points, écarta certains textes et ordonna toute la Loi Orale en six parties, classées systématiquement. La première partie contient tous les commandements divins qui se rapportent à l’agriculture et à ses produits, y compris les bénédictions du pain et des fruits, ainsi que les prescriptions sur les prières et le service en commun. La seconde partie contient les enseignements concernant le Chabbat et les jours de fêtes, et tout ce qui s’y rapporte. La troisième partie nous instruit sur le mariage, le divorce, les voeux. La quatrième partie contient l’ensemble de la jurisprudence juive, les prescriptions concernant les procès civils et criminels, l’établissement des tribunaux, etc. La cinquième partie nous instruit sur les sacrifices dans le Beith Hamikdach, ainsi que sur les aliments permis et défendus, et tout ce qui s’y rapporte. La sixième partie, enfin, est consacrée aux prescriptions sur la pureté et l’impureté, des vêtements, des maladies, ainsi que celles traitant des bains de purification, de la pureté à observer dans la vie conjugale et de tout ce qui s’y rapporte.

Ainsi fut classé et présenté tout le contenue de la Loi Orale de manière qu’on pût en prendre connaissance aisément. Ce qui jusqu’alors avait été une masse immense et informe de prescriptions particulières et disparates, devint un tout organisé, où chaque problème trouvait tout naturellement la place qui lui revenait.

Rabbi possédait toutes les qualités pour assumer cette immense tâche : le respect le plus scrupuleux des textes, la capacité critique d’écarter des doctrines qui n’avaient pas emporté l’assentiment de la Halakha et le respect nécessaire pour les décisions d’autorités anciennes.hessedvedavid

1 commentaire:

Anonyme a dit…

RABBI YEHOUDA HANASSI

Rabbi est né en l'an 3880, 52 ans après la destruction du Temple. C'était l'époque ou Rabbi AKIBA était torturé par les romains. "Lorsque Rabbi Akiba mourut Rabbi vint au monde. . . .pour t'enseigner qu'un tsadik ne quitte pas ce monde sans qu'apparaisse un autre juste. . ."RABBI fut le dernier des grands Tanaïm.

Une fois il déclara lui même qu'il était appelé Rabénou Hakadosh car il n'avait jamais vu sa mila ni introduit sa main au dessous de sa ceinture.

Il était la 7° génération après Hillel l'ancien:

Hillel - 2. Son fils CHIMON - 3.RABBAN GAMLIEL L'ancien - 4.RABBAN CHIMON BEN GAMLIEL (qui fut assassiné par les romains) - 5.RABBAN GAMLIEL DE YAVNE - 6.RABBAN CHIMON BEN GAMLIEL - 7.RABBI YEHOUDA HANASSI.
Ses maîtres les plus connus:
Son père Rabban Chimon ben Gamliel.
Rabbi YEHOUDA ben ILAY.
Rabbi MEÏR.
Rabbi Chimon Ban Yohaï.
Rabbi YOSSI bar Halafta.
Rabbi ELAZAR BEN CHAMOUA

Rabbi YOCHOUA BEN KORKHA

Rabbi Yehouda Hanassi rédigea les six traités de la MICHNA.

Rabbénou hakadoch, le Nassi, possédait à la fois la Thora, la sagesse et la grandeur.

Il accepta la mission sacrée de s'adonner à la rédaction de la Michna: Zeraïm, Moed, Nachim, Nezekim, Teharot. Il alla pour se faire s'installer à Beth Chearim où il trouva la tranquillité et le calme nécessaires. Lorsqu'il tomba malade, il alla s'installer à Tsipori, près de Tibériade, où il demeura 17 ans.

Au moment où Rabbi naquit, les Romains décrétèrent que les juifs n'avaient pas le droit de circoncire leurs fils. Mais Rabbi Chimon ben Gamliel ne s'en émut pas outre mesure et effectua la mila sur son fils premier né.

Le gouverneur envoya chercher l'enfant pour vérifier si on l'avait circoncis au mépris de son ordre. La mère de Rabbi était l'amie d'Antonin le futur empereur de rome. Cette dernière l'échangea avec son propre fils qu'elle confia à la mère de Rabbi. Le nourrisson fut emmené chez le gouverneur qui constata que le bébé n'était pas circoncis.

Une très grande amitié existait entre RABBI et l'empereur de rome ANTONIN. Ce dernier voulait étudier la Thora et il se rendait secrètement chez Rabbi. Il avait demandé à Rabbi que nul étranger ne fut jamais chez lui durant ses visites. Pourtant un jour, il trouva chez Rabbi un autre rabbin Rabbi Hanina ben Hama. "Ne t'avais pas prié de ne recevoir personne lors de mes visites?" Celui ci ce n'est pas un humain, c'est un ange! S'il en est ainsi, qu'il aille m'appeler l'esclave qui dort à la porte.

Rabbi Hanina se rendit à l'entrée et trouva l'esclave mort. IL se mit à prier et implora que la vie soit rendue à cet esclave. Dès qu'il revint à la vie il le dépêcha auprès de son maître. Antonin en voyant ce prodige s'écria: Je me rends compte que le plus petit d'entre vous est capable de rappeler à la vie.

Discussion entre ANTONIN et RABBI:

Lorsque l'homme quitte ce monde, son corps aussi bien que son âme possèdent un moyen de ne pas rendre des comptes, dit Antonin. En effet, le corps peut dire c'est l'âme qui est fautive; la preuve? C'est que depuis qu'elle m'a quittée je suis inerte et je ne commets plus aucune faute.

L'âme proteste alors: C'est le corps qui est fautif. La preuve: depuis que j'ai quitté le corps je vole comme un oiseau en liberté et ne commets plus aucun péché.

Je te répondrais par une parabole dit RABBI:

Un roi possédait un beau figuier. Il y installa deux gardiens l'un aveugle et l'autre paralysé des jambes.

Le propriétaire revint quelques mois plus tard et constata que les figues avaient été consommées. Chacun nia les faits, en disant que suivant leur infirmité était incapable d'un tel forfait. Le roi fit alors monter le paralytique sur les épaules de l'aveugle et les fit punir ensemble.

Antonin questionna Rabbi: Lorsque le Temple sera reconstruit , me laissera - t - on manger du korbane pessah? Rabbi lui répondit qu'il ne pourrait pas puisque non circoncis. Et du Leviathan? M'en feras tu manger dans le monde futur? Oui répondit Rabbi. Il s'agit d'une décision divine: << Quiconque n'est pas circoncis ne pourra en manger. . ..>> En apprenant à quel point était importante la mila que ANTONIN se fit la circoncision. Il demanda à Rabbi de vérifier s'il avait accompli la mitsva correctement. . .Rabbi lui répondit: Jamais de ma vie je n'ai regardé ma propre mila. .comment regarderais je la tienne.

Rabbi Hizkiya rapporte que Rabbi Abahou dit au nom de rabbi El'azar: Si les prosélytes ont droit plus tard au monde futur Antonin sera à leur tête.

Rabbi souffrit beaucoup de maladies. Pendant 6 ans de calculs rénaux et pendant 7 ans d'une maladie de la bouche.

Comment commencèrent elles?

On traînait un jour un veau à l'abattoir; il échappa à ses gardiens et vint se cacher gémissant sous le pan de manteau de Rabbi. Mais Rabbi le repoussa en lui disant: Va, puisque tu as été créé dans ce but

C'est là que du ciel on décida: puisque Rabbi n'a pas eu pitié du petit veau, qu'il subisse des épreuves. Comment ses souffrances le quittèrent?

Des petites souris se promenaient dans sa maison et sa servante les balaya sans ménagement. Rabbi fut pris de pitié: laisse donc ces petites créatures; n'est-il pas écrit . . .et sa pitié s'étend à toutes ses œuvres.

Au même instant on décréta aux cieux: Puisqu'il a eu pitié que l'on ait aussi pitié de lui. Et il guérit de ses maux de dents.

A cause de ses souffrances qu'il avait endurés, Rabbi devint très faible, il alla habiter à Tsipori (près de Tibériade) où l'air est pur et vivifiant. Il y vécu 17 ans.

Des miracles se produisirent le jour du décès de RABBI: C'était un vendredi, la veille de Chabbat et les habitants vinrent rendre les derniers devoirs à RABBI. On fit passer le cortège dans 18 localités. Le soleil, ce jour ne se coucha pas et continua à briller dans le ciel jusqu'à ce que chacun rentra chez lui. Lorsqu'il se coucha il était si tard qu'on entendait déjà le chant du coq. Certains s'inquiétèrent d'avoir transgressé le chabbat mais une voix sortit du ciel: Tous ceux qui n'ont pas négligé leur dernier devoir envers RABBI sont invité dans le monde futur.

Parole de sagesse:

Rabbi disait: J'ai appris beaucoup auprès de mes maîtres. De mes collègues j'ai appris encore plus. Mais c'est de mes élèves que j'ai appris le plus.

Rabbi fit préparer un jour un repas pour ses élèves et leur servit de la langue de bœuf. Certaines étaient tendres d'autres étaient dures. Les élèves choisirent les tendres et laissèrent les dures de côté.

. . . . .De même que vous que vous choisissez les langues tendres et laissez les dures, veillez toujours à garder votre propre langue bien tendre les uns envers les autres.

ELIYAHOU HANAVI, le prophète ELIE, fréquentait souvent la yéchiva de Rabbi. Un jour de ROCH HODECH, il tarda à venir. Lorsqu'il arriva, Rabbi lui demanda la raison de son retard.. . .J'étais occupé , répondit Eliyahou à faire lever ABRAHAM et à lui apporter de l'eau pour qu'il se lave les mains. Une fois qu'il s'est lavé et fait sa prière, je l'ai recouché. J'ai fait de même pour ITSHAK et YAKOV. . . . . .

Pourquoi ne les aurais tu fais lever les trois en même temps ? . .. .S'il font la prière tous les trois en même temps. . . .ils amèneront le MACHIAH avant le moment . . .voilà pourquoi je n'ai pas l'autorisation de les réveiller en même temps.

N.B: Quand les temps seront révolus. . .Ils se lèveront et ferons la AMIDA en même temps :



Pour l'instant nous sommes dans la spirale qui va nous conduire à la période messianique

Messages les plus consultés