Plan general : famous jews

WILHELM STEINITZ


WORLD CHAMPION


"Les échecs ne sont pas pour les âmes timides. Ils requièrent un homme entier, qui ne s'arrête pas aveuglément à ce qui a été déjà établi, mais qui tente individuellement de sonder les profondeurs du jeu."



Né le 14 mai 1836 à Prague, Wilhelm Steinitz était issu d'un milieu pauvre. Ses parents, voyant dans la profession de rabbin une situation sérieuse, lui firent étudier le Talmud au sein d'une institution juive de Prague.

Mais c'est en mathématiques que le jeune Wilhelm se montrait le plus doué, et il fut envoyé à l'Université de la capitale autrichienne. Mais le virus des échecs l'avait atteint, et au bout d'un an sa décision était prise ; il tâcherait de faire carrière dans le jeu.

Financièrement, il n'avait qu'un moyen de s'en sortir. Il fallait trouver un mécène. Or, se faire remarquer par cet oiseau rare impliquait un jeu spectaculaire, brillant. Les parties de jeunesse de Steinitz n'étaient donc pas originales pour l'époque : l'attaque, l'attaque, encore et toujours l'attaque.
Pourtant c'est à contre-ceeur qu'un esprit cartésien comme celui de Steinitz se lançait dans l'aventure des attaques spéculatives. Le besoin de rationnaliser ce jeu se fit bientôt sentir. Ce « besogneux des échecs » allait émettre des principes, des lois qui n'ont jamais été réfutés et qui lui valent le titre de père des échecs modernes. Il est l'équivalent de Newton en physique ou de Freud en psychanalyse.

Ayant approfondi les thèses de Philidor relatives aux pions, il fut le premier à formuler des principes mettant en rapport le placement des pièces avec la structure des pions. Par exemple, le blocage d'un pion isolé, ou, plus généralement la fixation d'une faiblesse de pion dans le camp ennemi. On lui doit également la notion de case forte, c'est-à-dire de case où l'on peut installer une pièce sans que l'adversaire ne puisse la chasser au moyen d'un pion, ce qui est caractéristique de la case située devant un pion arriéré du camp adverse.

Enfin, la grande nouveauté introduite par les idées de Steinitz, fut l'importance matérielle d'un simple pion. Pour Steinitz, le gain d'un pion devait logiquement entraîner le gain de la partie. Cette philosophie matérialiste allait s'accentuer tout au long de sa carrière, et il n'était pas rare qu'il prenne un pion « empoisonné », qu'il se cantonne ensuite en défense, qu'il s'accroche à son butin, repousse l'attaque, et gagne en finale grâce au pion de plus. Ce goût de la défense frisa même la provocation à la fin de sa carrière ; il se donnait volontairement une position restreinte et prenait un malin plaisir en se repliant comme un hérisson devant les vagues d'assaut.

Le public échiquéen ne prisait pas ce genre de jeu. Témoin Henry Bird qui résumait l'opinion de la masse des joueurs en déclarant : « Placez le contenu d'une boîte de jeu d'échecs dans un chapeau, agitez vigoureusement, laissez tomber les pièces d'une hauteur d'un mètre sur l'échiquier, et vous aurez le style de Steinitz ».

Il fallut attendre une trentaine d'années pour que le bien-fondé de ses idées soit reconnu.

Son premier tournoi important, Steinitz le disputa à l'âge de 23 ans, âge auquel Morphy avait déjà pris sa retraite. Il termina troisième d'un tournoi réunissant les meilleurs joueurs de Vienne.
Ce n'est que deux ans plus tard, en 1861, qu'il parvint à se hisser à la première place des joueurs autrichiens. Sa victoire fut très nette et il remporta trente parties, n'en perdant qu'une seule.

Encouragé par ce succès, Steinitz voulut viser plus haut et décida de participer au grand tournoi de Londres 1862, ; mais là, ce fut la douche froide. Il termina péniblement sixième. La victoire revenait, mais ce, pour la dernière fois, à l'école romantique en la personne de son chef de file, le grand Adolf Anderssen.
N'avoir que huit points sur quatorze parties n'était pas pour satisfaire les ambitions de Steinitz, et il se remit à l'ouvrage, se jurant de prendre un jour sa revanche sur Anderssen et les autres.

Steinitz, qui savait ce qu'il voulait, établit un tableau de marche en vue du titre suprême. La première étape serait un match avec le champion d'Italie Sérafino Dubois. Bien que la victoire lui revint, le score fut étriqué : cinq victoires pour Steinitz, trois pour Dubois et deux matches nuls.
Après ce match, Steinitz s'installa à Londres où l'activité échiquéenne était à son maximum.

Peu de jours se passaient dans la vie de Steinitz sans qu'il se fasse un ennemi supplémentaire. Son manque de diplomatie, ou même de simple courtoisie, était proverbial.


De nombreux témoignages et anecdotes diverses relatent les incidents que créaient son caractère.
Si, au club de Vienne, un amateur venait à prendre une moue interrogative au vu d'un coup qu'il venait de jouer, Steinitz répliquait froidement : « On dirait un singe qui examine une machine à calculer ». En colère, il ne se contrôlait plus du tout, et il lui arriva plus d'une fois de frapper un adversaire.


L. Bachmann, dans son livre sur Steinitz, décrit son esprit de contradiction par une petite anecdote « Cet homme extraordinairement sensible était un admirateur inconditionnel de Mozart. Je lui dis alors que je partageais son admiration, mais il se mit soudain à faire l'éloge de Wagner. Nous passâmes plusieurs soirées à débattre sur la musique de Wagner, sa beauté, sa mélodie, et si celle de Mozart pouvait lui être comparée. En dépit de tous mes efforts, Steinitz s'obstinait en insistant sur la beauté de « Lohengrin », et en affirmant que la musique de Mozart était nettement inférieure ».

Aux échecs cependant, l'esprit de contradiction est souvent fécond. C'est en contestant les idées reçues que Steinitz a fait faire tant de progrès à la théorie échiquéenne. Il fut le premier à imaginer que l'on puisse jouer d'une manière négative, c'est-à-dire de contrecarrer les intentions de l'adversaire avant même de songer soi-même à attaquer. Si cela peut sembler banal aujourd'hui, c'était inconcevable à l'époque.

Mais pour cette boule de nerfs aux insomnies fréquentes, la vie n'était pas toujours facile. Steinitz était parfaitement conscient de la fragilité de ses nerfs, et quelques crises l'incitèrent même à se faire soigner. Il suivit des traitements hydrothérapiques, à base de bains froids.

L'agacement de ses contemporains était amplifié par son orgueil démesuré. On raconte que dans sa jeunesse, au club de Vienne, il jouait un jour contre un puissant banquier de la ville nommé Epstein. Une dispute s'engagea à propos d'un coup. Epstein lui dit alors : « Comment osez-vous me parler ainsi ? Ne savez-vous pas qui je suis ? » Sur quoi Steinitz répliqua : « Oui, vous êtes Epstein le financier. Mais ici, c'est moi qui suis Epstein » !

Enfin, pour rester dans les anecdotes, les « Cahiers de l'Echiquier Français » de 1925 relatent la suivante à propos des éventuelles tricheries possibles aux échecs. Steinitz était opposé à un amateur pour jouer quelques parties légères. Pendant le jeu se produisait un phénomène bizarre son adversaire tendait le bras pour jouer une pièce, en 1'occurence un mauvais coup. Mais au dernier moment, comme arrêtée par un signe des dieux, sa main était freinée, sa décision changée, et il effectuait un coup bien meilleur. Comme la scène se répétait plusieurs fois, Steinitz flaira la machination, et il observa autour de la table. Un spectateur, assis bien sagement à côté de son adversaire, suivait attentivement la partie. Quand ce fut le tour de l'amateur de jouer, Steinitz regarda discrètement et s'aperçut qu'avant qu'il n'ait eut le temps de jouer son mauvais coup, son « collègue » approchait son pied et administrait une légère pression sur celui de l'amateur. Steinitz, qui possédait quand même un certain humour, comprit la réaction à adopter. A lui de jouer maintenant. Il fit volontairement la « grosse bourde » : il plaça carrément sa dame en prise. Surpris, mais content de pouvoir enfin gagner une partie, l'amateur avança sa main. Mais, sous la table, le pied de Steinitz faisait son travail. On peut imaginer le regard interrogateur que l'amateur a dû envoyer à son ami, et la gêne de celui-ci.

Approchant de la soixantaine, Steinitz savait qu'il ne pourrait plus tenir longtemps la première place. Il avait mis plusieurs mois pour se remettre de la fatigue occasionnée par la lutte impitoyable qu'il livra contre Tschigorine.
D'autre part, son moral fut durement affecté par le décès presque simultané de sa femme et de sa fille de dix-huit ans. Les problèmes d'argent l'affectaient toujours et il ne pouvait prendre sa retraite sans voir s'envoler son unique gagne-pain : les prix dans les tournois.

Un jeune homme de vingt-cinq ans, Emmanuel Lasker, allait lui ravir son titre. Sa victoire fut aussi nette que surprenante. Dix gains pour Lasker, cinq pour Steinitz et quatre matches nuls.
Le vieux Steinitz n'y vit qu'un accident de parcours et demanda une revanche. Elle eut lieu deux ans plus tard, en 1896, à Moscou. Ce fut la catastrophe. Lasker le submergea, gagnant dix à deux.
Steinitz fit une dépression nerveuse et dut passer plus d'un mois dans une maison de repos de Moscou.

Les premiers troubles mentaux firent leur apparition. Steinitz eut d'abord l'illusion de pouvoir téléphoner à son secrétaire sans l'aide d'aucun appareil. Il fit un séjour dans un asile. Il se reprit, déclara qu'il était persécuté en tant que juif et que les médecins étaient bien plus fous que lui.

A plus de soixante ans, il se remit à l'ouvrage, multiplia les exhibitions, les parties à l'aveugle (il parvint même à jouer ainsi contre vingtdeux adversaires simultanément !), et tout cela pour gagner l'argent suffisant pour vivre. Il traversa de nouveau l'Atlantique pour participer au tournoi de Londres 1899. Pour la première fois dé sa carrière il n'eut pas droit aux places d'honneur (1 er Lasker).

En 1900, il commença à croire qu'il pouvait émettre un courant électrique qui lui permettait de mouvoir les objets à distance, notamment les pièces d'échecs. Affirmant pouvoir téléphoner à Dieu, il défia celui-ci dans un match en lui offrant l'avantage d'un pion.
A New-York, ses voisins racontent que tous les jours il passait une heure ou deux, pieds nus, à tourner en rond dans un terrain vague. Sans doute y puisait-il son courant dans la terre.
Ses amis se cotisèrent pour le sortir de la misère matérielle dans laquelle il se trouvait depuis quelques mois. Peine perdue. Steinitz s'éteignit le 12 août 1900.
Vingt-huit ans de suite champion du monde. Ce record de Wilhelm Steinitz n'est toujours pas battu.

Extraits tirés du livre "La fabuleuse histoire des champions d'echecs", Nicolas Giffard

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés