Plan general : famous jews

SALOMON MUNK



MAIMONIDE
ALEXANDRIE
HISTOIRE



Salomon Munk





MUNK, SALOMON (Gross Glogau [Silésie] 1803 – Paris 1867) : le traducteur du Guide des Egarés en français était aussi l’un des plus grands « orientalistes » (pour utiliser une expression aujourd’hui de plus en plus discréditée) du XIXe siècle. Il reçoit une stricte éducation hébraïque et talmudique dans sa communauté d’origine à Gross Glogau en Silésie. Il poursuit ensuite (1820) ses études à Berlin, où il
étudie le grec et le latin : il s’inscrit au Joachimsthaler Gymnasium puis à l’université de Berlin (1824), où il suit notamment les cours de Hegel. Etant donné que les Juifs n’avaient pas le droit de devenir fonctionnaires en Prusse, Munk renonce à passer son diplôme à l’université de Berlin et choisit de partir en France. En route, il passe un trimestre à l’université de Bonn, où il étudie l’arabe avec Freytag et le sanscrit avec Lassen ; il visite également Goethe à Weimar. A Paris, il commence par mener une vie modeste, gagnant sa vie comme tuteur, notamment des jeunes Alfonse et Gustave de Rothschild. En 1838, il est nommé au catalogue de la Bibliothèque Nationale pour les manuscrits hébreux, chaldéens, syriaques et arabes. C’est alors qu’il commence à se consacrer à l’étude de la littérature arabo-juive du Moyen Age en général et de Maïmonide en particulier. Il réalise une première édition critique du texte arabe original du Guide des Egarés (copies de Paris et d’Oxford). A partir des années 1850, Munk commence à perdre la vue : sa magistrale édition du Guide en trois volumes (1856, 1861 et 1866) paraît alors qu’il était déjà aveugle. Munk a également accompagné Montefiore et Crémieux en Egypte dans le cadre de « l’affaire de Damas » (affaire un peu morbide : à Damas, un capucin italien disparaît et le consul de France accuse les Juifs de l’avoir assassiné pour utiliser son sang à des fins rituelles, pour confectionner des pains de Pâques. Par la suite, sept notables juifs de Damas sont arrêtés et torturés :
grâce à l’action de Isaac Adolphe Crémieux et Moses Montefiore, les puissances occidentales se mobilisent pour les juifs de Damas et font pression sur le Sultan turc et le Pacha d’Egypte, Mohammed Ali.
Ce dernier obtient finalement la libération des juifs, et le sultan Abdul Majid proclamera un décret de protection des juifs de l’Empire ottoman contre les accusations de crimes rituels). Durant ce séjour au Caire, Munk promeut des écoles modernes pour la communauté juive, et il a acheté de nombreux manuscrits arabes et hébreux pour le compte de la Bibliothèque Nationale de Paris. A son retour en
France, Munk est nommé secrétaire du Consistoire Central des Israélites de France, et en 1858 (déjà aveugle), il est élu membre de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres. Quelques années plus tard, il succède à Renan comme professeur d’hébreu au Collège de France. Outre sa magistrale éditiontraduction annotée du Guide, il faut retenir ses Mélanges de philosophie arabe et juive (1859) et de
nombreuses notices qu’il a réalisées pour le Dictionnaire des ciences
philosophiques. abelard

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés