Plan general : famous jews

MARCEL SCHWOB


SITE
CLAUDE CAHUN
REVUE
OEUVRE
SOCIETE
EXPO
LETTRE
M MORENO


"L'art est l'opposé des idées générales... Il ne classe pas : il déclasse." - Coeur double

"Sois heureux avec le moment. Tout bonheur qui dure est malheur." - Le livre de Monelle

"Ne porte pas en toi le cimetière. Les morts donnent la pestilence." - Le livre de Monelle

"N'embrasse pas les morts car ils étouffent les vivants." - Le livre de Monelle

"Toute pensée qui dure est contradiction. Tout amour qui dure est haine. Toute sincérité qui dure est mensonge. Toute justice qui dure est injustice." - Le Livre de Monelle

1867-1905
Magicien du conte, poète, essayiste, philologue, romancier, traducteur de Shakespeare pour Sarah Bernhardt, journaliste, ami de Stevenson qu’il aurait aimé rejoindre aux Samoa, érudit captivé tout autant par le théâtre élisabéthain que par les récits de piraterie ou le jargon des Coquillards, esprit inquiet et passionné que les manuscrits anciens
n’attiraient pas moins que les faubourgs ouvriers, Marcel Schwob
eut le temps d’être tout cela au cours de sa brève existence (1867-1905). Les Vies imaginaires, Le Livre de Monelle, Cœur double ou La Croisade des enfants sont des livres qu’on n’oublie pas. Poète de la diversité du monde et de la réconciliation de l’art et de la quête de vérité, attentif à la parole et à la mémoire des marginaux, persuadé que « le vrai lecteur construit presque autant que l’auteur » et que celui qui entre en littérature arpente un territoire ouvert, à la fois nonpareil et commun — le territoire de l’homme —, Marcel Schwob a suscité l’admiration d’une pléiade d’écrivains, de Rainer Maria Rilke à Jorge Luis Borges, de Michel Leiris à Gilles Deleuze, d’Antonin Artaud à Jean Échenoz. Comme l’écrit ici même Florence Delay, « ils sont rares et précieux les gens qui nous font sentir comment, lisant, traduisant ou écrivant, nous devenons ce que nous sommes avant de nous en aller. »
europe revue

1867 naissance de Marcel Schwob à Chaville le 23 août. Son père, George Schwob, est proche de Théodore de Banville et de Théophile Gautier, participa au Corsaire Satan de Baudelaire, et signe avec Jules Verne une pièce de théâtre ; mêlé au mouvement fouriériste, il vécut dix ans en Egypte comme chef du cabinet du ministre des affaires étrangères.

Sa mère, Mathilde Cahun, est issue d’une famille d’origine alsacienne, remontant jusqu’à selon une légende familiale jusqu’à saint Louis (Caym de Sainte-Menehould, que Joinville avait emmené outremer). Les Cahun forment une longue lignée d’intellectuels juifs (l’arrière-grand-père de Marcel, Anselme Cahun, fut président du Consistoire israélite au temps du Concordat), dont la très haute culture et le patriotisme feront toujours l’orgueil de Marcel.marcel schwob

Le 26 février 1905, mourait Marcel Schwob. Figure centrale du monde littéraire au tournant du XIXe et du XXe siècle, il était admiré tant pour son œuvre de fiction (Cœur double, Le Roi au masque d’or, Mimes, Le Livre de Monelle, Vies imaginaires, La Croisade des enfants) que pour son rôle de traducteur et de « passeur » des littératures étrangères, et pour son érudition devenue légendaire. Le cercle de ses amitiés (Stéphane Mallarmé, Jules Renard, Paul et Camille Claudel, Oscar Wilde, Robert Louis Stevenson, Alfred Jarry, Paul Valéry, André Gide, Colette, Paul Léautaud...) manifeste l’importance d’un créateur qui demeura en marge des écoles ; sa disparition prématurée contribuant à la relative éclipse d’une œuvre hâtivement classée comme symboliste ou décadente et « fin de siècle ». En réalité, multiforme et paradoxale, elle pose avec acuité quelques-unes des questions dont vit aujourd’hui la littérature : qu’il s’agisse des rapports du biographique, de l’historique et du fictionnel, des jeux du fantastique, de la voix du récit et des « rapports mystérieux » des signes entre eux. Elle n’a cessé d’exercer une influence diffuse, souvent méconnue, sur de nombreux écrivains du siècle écoulé, en France comme à l’étranger, des surréalistes à Jorge Luis Borges.larevuedesressources

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés