Plan general : famous jews

LORENZO DA PONTE


BIOGRAPHIE
PORTRAIT
ENCYCLOPEDIA
ARTICLE
OPERA
DON GIOVANI
MOZART
RACINES





1749-1838 - Librettiste de Mozart

L'un est italien, l'autre de souche allemande né en Autriche. Da Ponte, plus tard converti au catholicisme, naît juif... Même leurs caractères s'opposent : rien ne semblait prédisposer Mozart et Da Ponte à entamer l'une des collaborations les plus exceptionnelles de l'histoire de la musique.
Ils ont pourtant en commun d'avoir par la volonté paternelle changé de nom. Mozart, d'origine allemande se prénomme Théophile, puis Gottlieb pour faire autrichien, puis enfin Amadeus pour ne pas faire trop allemand ! Da Ponte s'appelle Emanuele Conegliano. Baptisé à quatorze ans car son père, veuf, convertit sa famille afin de pouvoir épouser une jeune catholique, il prend selon la tradition le nom de l'évêque chargé de l'affaire : Lorenzo Da Ponte. On pourrait voir dans ce parallélisme une explication à la part belle donnée au travestissement dans leur œuvre commune.



Da Ponte est peu apprécié de ses contemporains. Personnage d'une intelligence singulière mais vaniteux et retors, il a plus souvent inspiré le mépris que l'admiration. La réputation de Mozart a sans doute pâti de cette fréquentation. Mais tous ne voient pas en lui le "divin Mozart" ; en 1865 on écrit qu'il est "un libertin, courant les bals en Pierrot, hantant les tripots et les billards, donnant à la composition les restes d'une nuit de fredaines."
Mozart l'européen, suivant son père de Londres à Paris, de Venise à Vienne, comprend vite qu'on ne fait rien tout seul. Il est incontestablement un homme de théâtre. Il choisira le Mariage de Figaro, et si Da Ponte lui propose Don Giovanni, il sait ce qu'un tel livret peut susciter chez le jeune prodige.

Da Ponte arrive à Vienne en 1781, après un passage à Dresde où il s'était réfugié, chassé de Venise par de sombres histoires. On attribue en effet à l'abbé (Da Ponte est ordonné prêtre en 1773) quelques grossesses chez d'honnêtes femmes de la République Sérénissime ! A Vienne, l'Empereur Joseph II le nomme poète officiel de la Cour. Il travaille avec Salieri, compositeur né en Vénétie comme lui. Il collabore aussi avec Giuseppe Gazzaniga, auteur en 1787 d'un Don Giovanni Tenorio ossia il Convita di pietra sur un livret de Bertali. L'ouvrage intéresse à ce point Da Ponte qu'il en fera le point de départ du Don Giovanni de Mozart.
Car Da Ponte repère le jeune Mozart parmi les innombrables compositeurs que compte Vienne. Il fait montre de courage et d'intuition en se mettant au service d'un compositeur qui ne jouit pas alors d'une considération excessive. Il écrit dans ses Mémoires : "Wolfgang Mozart, quoique doué par la nature d'un génie musical supérieur peut-être à tous les compositeurs du monde passé, présent et futur, n'avait jamais pu encore faire éclater son divin génie à Vienne, par suite des cabales de ses ennemis ; il y demeurait obscur et méconnu, semblable à une pierre précieuse qui, enfouie dans les entrailles de la terre, y dérobe le secret de sa splendeur. Je ne puis jamais penser sans jubilation et sans orgueil que ma seule persévérance et mon énergie furent en grande partie la cause à laquelle l'Europe et le monde durent la révélation complète des merveilleuses compositions musicales de cet incomparable génie."

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés