Plan general : famous jews

LE GAON DE VILNA


LE GENIE











Rav Eliahou ben Shlomo Zalman Kramer
Le Gaon de Vilna (1720-1797)

Eliahou ben Shlomo Zalman Kramer, plus connu sous le titre du
Gaon de Vilna est l'un des plus grands rabbins de l'ère des
Aharonim, expert en Torah, Talmud, Cabale et Halakha.
Gaon signifie non seulement "génie", mais directeur d'une
académie talmudique, un titre disparu. Le Gaon de Vilna fut aussi
un des farouches opposants au courant hassidique.
Un génie précoce
• Naissance d’Eliahou ben Shlomo Zalman Kramer à Vilna en Lituanie en 1720. Il manifeste des dons aussi précoces qu'extraordinaires : à trois ans, il mémorise la Bible ; à sept ans, apprenant le Talmud sous l'aile de Moshe Margalit, rabbin de Kaidan, auteur d'un commentaire sur le Talmud de Jérusalem,
il retient là aussi nombre de traités par coeur; à huit ans, il étudie l'astronomie. À dix ans, il continue ses études sans précepteur. À un âge plus avancé, il parcoure la Pologne et l'Allemagne, comme il était de coutume chez les Talmudistes de l'époque.
• Il revient à Vilna en 1748, déjà auréolé d'une renommée considérable. Âgé d'à peine vingt ans, il reçoit la visite de rabbins bien plus âgés pour trancher sur les questions halakhiques les plus épineuses.
Il est également prisé des savants non juifs qui apprécient ses inspirations en mathématiques et en astronomie.
La crainte d’un faux Messie
• Le hassidisme, nouvelle relation à la religion, déplaît aux autorités
rabbiniques établies, ceux qu'on nomme les mitnagdim (opposants),
rassemblés sous l'autorité du Gaon de Vilna. La crainte de voir le
hassidisme dévier vers l'hérésie, en particulier vers des pratiques
extatiques ou messianiques était forte.
• Ce qui inquiète alors le Gaon de Vilna n'est pas les aspects
cabalistiques du hassidisme - il avait lui-même étudié la cabale - mais les
risques de le voir mettre en avant un nouveau faux Messie, comme
Sabbataï Tsvi. Il redoute que le mouvement proclame un jour ou l'autre
le Baal Chem Tov comme étant le Messie, ce qui n'arriva jamais.
Le rôle des mitnagdim
• Certains reconnaissent que l'influence du Gaon de Vilna a été
positive, en ce qu'elle a obligé le mouvement hassidique naissant
à éviter d'aller trop loin dans ses innovations ou son antinomisme.
L'antinomisme est l'opposition ou l'indifférence à la Loi, par volonté
de mieux communier avec Dieu. Il s'agit d'une tendance récurrente
dans les mouvements mystiques.
• L'opposition des successeurs du Gaon de Vilna va parfois très
loin, jusqu'à dénoncer les premiers hassidiques aux autorités
étatiques pour tenter de gêner leurs actions "hérétiques". Les
relations s'améliorent dans la seconde moitié du XIXe siècle.akadem

1 commentaire:

Anonyme a dit…

LE GAON DE VILNA

(1720-1797)



IL naquit en 1720, le premier jour de Pessah, dans une famille où l'on comptait de nombreux savants talmudistes. Dès son plus jeune âge, il fit preuve d'une intelligence extraordinaire.

A dix ans il devint impossible de lui trouver un maître et c'est chez lui, sans professeur, qu'il continua à apprendre la Thora et acquit une connaissance vaste et approfondie. Il se maria jeune et s'établit à Kaïdan, où il passa ses jours et ses nuits, enfermé dans sa chambre à étudier.

Dans sa jeunesse, il s'impose le joug de l'exil et il erra dans les communautés de Pologne et d'Allemagne. A son retour de Vilna, malgré ses efforts de dissimuler sa science et sa piété, de partout affluent les élèves désireux d'écouter ses enseignements et de prier dans son Beth-Hamidrach.

Ses disciples étaient en petit nombre, car le maître est exigeant ; parmi eux R. Chlomo Zalman et Rabbi Haïm de Volojine où l'on enseigna durant près de 100 ans la Thora suivant l'école du Gaon. Deux autres disciples montèrent en Eretz Israel et fondèrent deux communautés, l'une à Jerusalem l'autre à TSFAT (SAFED).

Le Gaon lui-même, désirait se rendre en Eretz pour y accomplir les mitsvot liées à la terre d'Israel, mais il se ravisa et retourna chez lui. Selon certains, on lui avait interdit l'accès car il portait une étincelle de Moshé Rabbenou.

Il restait enfermé dans sa chambre, enveloppé de son Taleth et paré de ses Tephilin, le Gaon était plongé jour et nuit dans la Thora, afin d'éviter les perturbations, il fermait les volets dans la journée et s'éclairait à la bougie; craignant de s'endormir dans les longs mois d'hiver, il étudiait dans une chambre sans chauffage et trempait ses pieds dans une bassine d'eau froide; il ne tenait jamais de vains propos.

Dans le domaine de la Kabale, sa compréhension était d'un niveau tout aussi élevé; il n'y avait pas pour lui d'opposition entre Talmud et Kabale. Ces commentaires exprimant à des niveaux différents la vérité de la source biblique. C'est l'étude de la kabale et du Zohar qui rapproche la délivrance.

A sa grande science correspond une égale grandeur d'âme. De son maigre salaire, il prélevait 20% pour les œuvres de charité. Il lui arrivait de donner tout son avoir pour racheter des prisonniers ou pour doter une orpheline. Il choisit un jour de souffrir la faim plutôt que d'humilier celui qui l'avait volé.

Il n'accepta jamais le poste de rabbin ou de Roch yéchiva.

Reprochant l'abus du pilpoul pratiqué dans les yéchivot de Pologne, il insistait sur le fait que l'essentiel est de pénétrer l'intention.

EDUCATION: Au lieu de commencer par l'étude du Talmud, il exigeait que l'on commença dans l'ordre par la MIKRA (Bible) , puis la MICHNA et seulement ensuite le TALMUD.

IL demandait que chacun sache par cœur un traité talmudique pour méditer jour et nuit.

Sciences: Loin d'être contre l'étude des sciences, il exhortait ses disciples à étudier les sciences profanes afin que le sage juif sache répondre aux apicors, et pour que les non juifs ne puissent mépriser les juifs pour cette méconnaissance.

(suivant le nombre de prix nobel d'origine juive on peut dire qu'il fut écouté).

Hassidout: Dès l'apparition du Hassidisme, il sortit de son isolement et s'opposa à ce mouvement de toutes ses forces; afin de bloquer la diffusion du Hassidisme en Lithuanie, suite à sa propagation en Pologne et en Ukraine. Il craignait qu'à l'instar du Chabtaïsme, ce mouvement soit déviationniste.

Inversement, les hassidim critiquaient ceux qui voyaient le sommet de la piété dans l'érudition; et ils reprochaient le manque d'enthousiasme dans la pratique des mitsvot.

Ses livres: Commentaires sur la Thora "Adret Eliahou" Commentaire sur la michna, le Talmud, la kabale commentaire sur le "Sefer Yetsira".. . .

GUEOULA: Le Gaon de Vilna enseignait : A chaque millénaire correspond un livre de Thora. C'est le cinquième qui correspond à notre millénaire. Ce livre est divisé en 10 Parachot, qui correspondent aux 10 siècles de notre millénaire; celle de notre époque sont celles de KI-TAVO (où est fait allusion à la choa et à la renaissance d'Israel) et la paracha Nitsavim-Vayelekh où l'on peut lire "Si tu reviens au Sei-gneur ton D' il te ramènera dans ton pays" c'est la double techouva spirituelle et géographique.

Dans le livre "Hatekoufa Haguedola" on nous communique un calcul du Gaon de Vilna: Adam fut mis sur pied à la cinquième heure du jour. Le jour est compté comme 1000 ans pour D' ; la journée commence la veille au soir, 500 ans se passent donc avant le jour (qui correspondent à la nuit qui précède le jour); le jour étant de 24h; chaque heure vaudrait: 1000 : 24 = 41 ans + 8 mois. Nous parlions de la 5° heure (41 ans + 8 mois ) x 5 = 208 ans

TOTAL: 5000 (sixième millénaire) + 500 (nuit) + 208 (5° heure) = 5708 Date de la création de l'état d'Israel.

Le Gaon de Vilna disait: Lorsque les russes passeront le Bosphore et la Turquie on préparera les habits pour MACHIAH. Les gentils diront cette fois ci leur sort est joué, alors il sera clair pour toi que la délivrance est proche.

COMME AU JOUR DE LA SORTIE D'EGYPTE JE TE MONTRERAI DES MERVEILLES

Messages les plus consultés