Plan general : famous jews

ARIEL SHARON


PORTRAIT
Sabra et Chatila
L'Arche
KAHAN
BIO
VIDEO
FICHE
GAZA
UNITE 101



Le dernier des géants



" J'ai vu les horreurs de guerres féroces. J'ai vu mes amis se faire tuer. Croyez-moi, je comprends l'importance de la paix mieux que bien des hommes politiques qui parlent de paix, mais qui n'ont jamais eu cette expérience. " A. Sharon 2001

" Depuis Ben Gourion, jamais Israël n'avait eu une telle figure tutélaire. Sharon a su allier deux qualités : l'aptitude à « cogner » et celle d'initier du nouveau, de permettre un nouveau commencement." Elie Barnavi

"Israël veut donner aux Palestiniens ce que jamais personne ne leur a donné : un état. Ni les Turcs, ni les Britanniques, ni les Egyptiens, ni les Jordaniens ne leur ont donné cette occasion."


Haï ou admiré, la vie d'Ariel Sharon se confond avec un demi-siècle d’histoire d’Israël. À la fois fin stratège pour la sécurité de son pays et néanmoins partisan à son heure de la création d’un État palestinien, son rôle véritable est souvent mal connu.


par Eliane Ketterer

Ariel Sharon (Sheinerman, né en 1928), Premier Ministre d’Israël. Exerça les fonctions de ministre de la Sécurité, de ministre des Infrastructures, de ministre des Affaires étrangères, et de Général de Tsahal. Une des figures politiques dominantes et les plus controversées de toute l’histoire de l’Etat d’Israël.

Comme militaire, général de Tsahal, Sharon participa en tant que commandant de division à la Guerre des Six Jours et à celle de Yom Kippour. Comme homme politique, il eut l’initiative de la fondation du Likud, fut impliqué dans la guerre du Liban, et finalement fut choisi comme Secrétaire général du Likud et comme Premier Ministre.

Son enfance et son action militaire

Né au village de Malal. pratiqua l’agronomie. Fils de Deborah et de Samuel Sheinerman, émigrants de la troisième vague d’immigration, qui émigrèrent de Russie en Israël après la première guerre mondiale. Tous deux s’installèrent au village de Malal et furent à la tête d’une entreprise agricole. Ariel est le second d’une famille de deux enfants. Sa soeur aînée porte le prénom de Judith.

Sharon fit ses études secondaires à Tel-Aviv. En 1945, il rejoignit les rangs de la "Haganah", et commença une carrière militaire qui se déroula sur de nombreuses années. Durant la Guerre d’Indépendance, il fut, alors qu’il était âgé de seulement vingt ans, chef de section dans l’unité "Alexandroni" ; il fut blessé durant le siège de Latroun. En 1949, il fut commandant de compagnie et, en 1951, il fut nommé officier de renseignements de commandement, au commandement de la région Centre. En 1953, il fonda l’unité 101 dont le but était d’effectuer des opérations de représailles en réponse aux attaques des infiltrés, ("Padayion"). Parallèlement il étudiait en vue d’obtenir une licence en Histoire et en Orientalisme à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

Sous sa direction, l’unité effectua avec succès un assez grand nombre d’opérations de représailles. Cette unité est, aux yeux de nombreux chercheurs, responsable de l’orientation des valeurs dans la conduite de la lutte et de la victoire. En octobre 1953, l’opération de représailles s’acheva au village de Kabya par un nombre important de tués, (soixante-dix environ). Les circonstances de l’opération de Kabya font toujours l’objet d’un débat, et à cause d’elle, Sharon essuya plus d’une fois la critique. En janvier 1954, l’unité 101 fusionna avec l’escadron de parachutistes, sous le commandement de Sharon, et les opérations de représailles continuèrent dans ce cadre.

En 1956, il fut nommé commandant de la brigade des parachutistes et combattit à l’opération de Qadesh. Durant le déroulement de cette opération, la force placée sous le commandement de Sharon participa au difficile combat du col de Mitla. Ce combat fit de nombreuses victimes et suite à ce combat, Sharon fut très vivement critiqué : il lui était reproché d’avoir mené un combat qui, dès le départ, était superflu. A la suite de cette critique, Sharon partit étudier en Grande Bretagne à l’école de commandement et son avancement à Tsahal fut bloqué sur une longue période.

Dans les années 1958-1962, il étudia le droit à l’Université Hébraïque de Jérusalem et commanda la brigade et l’Ecole des soldats de première classe. Avec la nomination d’Itzhak Rabin comme chef d’état-major général en 1964, Sharon fut nommé chef d’état-major de la région Centre, et deux ans après en 1966, il reçut le grade de Général.

Il participa à la Guerre des Six Jours comme commandant de la division des blindés et jouit alors d’une grande estime. En 1970, il fut nommé commandant de la région Sud. Il participa à la guerre d’usure, critiqua très vivement la politique du chef d’état-major général d’alors, Haim Bar-Lev, et se brouilla avec ses pairs à l’état-major général. A la fin de la guerre d’usure (août 1970) et durant l’année 1971, il fut chargé de la liquidation des cellules de terroristes dans la Bande de Gaza. De même il évacua les bédouins du Nord Sinaï, action pour laquelle il fut blâmé par le chef d’état-major général.

En juin 1973, Sharon se retira de Tsahal et se libéra pour se présenter dans le cadre du parti libéral aux élections à la Knesset qui eurent lieu cette année-là. Entre juin et octobre 1973, il s’activa énergiquement pour fonder le Likud.

A la déclaration de la guerre de Yom Kippur, Sharon fut rappelé comme chef de la division des blindés, se brouilla avec le commandement, traversa le canal de Suez, opération qui fut le commencement d’un changement dans le déroulement de la guerre.

Le passage à la politique

Aux élections à la Knesset qui eurent lieu en décembre 1973, Sharon fut élu député, mais au bout d’un an (décembre 1974), il démissionna et revint servir à Tsahal.

Dans les années 75-76, il remplit la fonction de conseiller du Premier Ministre, Itzhak Rabin, dans le domaine de la sécurité. Aux élections de la neuvième Knesset (1977), il se présenta à la tête du parti qu’il avait fondé "Shlomzion", qui gagna deux sièges. Après les élections, son parti fusionna avec le mouvement "Herut". Dans le gouvernement que mit en place Ménahem Bégin, Sharon fut nommé ministre de l’Agriculture. Durant cette période, il appela au renforcement de la colonisation juive dans les territoires de Judée et de Samarie.

En 1980, après la démission d’Ezer Weizman de la fonction de ministre de la Défense, Sharon aspira a être nommé à sa place, mais Bégin refusa sa demande et entre les deux hommes la relation devint très tendue. C’est seulement après les élections à la dixième Knesset (1981) que Sharon fut nommé ministre de la Défense. Dans le cadre de sa fonction, il prit l’initiative de l’opération "Ornim", destinée à liquider les bases des terroristes au Liban et à arrêter les offensives contre la frontière nord. L’opération qui se réalisa sous le nom d’"Opération Paix de la Galilée" ("Shlom ha-Galil") commença le 6 juin 1982. Sharon y fut mêlé à tous les niveaux, et selon les affirmations de ceux qui le critiquent, il réalisa certaines parties de l’opération sans en tenir informé le Premier Ministre, Ménahem Bégin, ni avoir reçu son accord.

En septembre 1982, après l’attentat contre le Président du Liban, Beshir Gemayel, les forces des Phalanges libanaises massacrèrent les habitants palestiniens de deux camps de réfugiés au Liban, Sabra et Shatila. Dans le compte-rendu de la Commission Cahane, qui enquêta sur l’affaire et sur la responsabilité de l’Etat d’Israël dans les événements, il fut établi que Sharon était responsable pour n’avoir pas tenu compte de la possibilité du massacre, à la fois dans la prise de décision de faire entrer les phalanges dans les camps et pour n’avoir pas pris les moyens pour empêcher la possibilité du massacre. A la suite de la proposition de la commission, le Premier Ministre d’alors, Ménahem Bégin, releva Sharon de sa charge de Ministre de la Défense.

Sharon continua toutefois d’assumer dans ce gouvernement la charge de ministre sans portefeuille. Dans le gouvernement d’union nationale qui fut mis en place après les élections de 1984, il fut nommé ministre de l’Industrie et du Commerce, et ce, malgré l’opposition des députés du Ma’arakh. En février 1990, Sharon démissionna du gouvernement, à la suite de son opposition à la décision du gouvernement d’organiser des élections dans les Territoires. Après la chute du gouvernement, le 15 mars, Sharon fut nommé ministre de la Construction et de l’Habitation dans le gouvernement que mit en place Itzhak Shamir. A l’occasion de cette fonction, il stimula de façon massive la construction dans les Territoires. A l’occasion des élections de 1992, Sharon se présenta afin d’être élu Secrétaire Général du Likud, mais il arriva en troisième position après Itzhak Shamir et David Lévi. La chute du Likud aux élections amena la démission de Shamir de la tête du parti. Aux élections primaires, qui eurent lieu à l’intérieur du mouvement en février 93, Sharon s’abstint de se présenter contre Binyamin Netanyahou.

Dans le gouvernement que mit en place Netanyahou en 1996, au départ, le nom de Sharon n’apparaissait pas, mais par suite de l’ultimatum que posa David Lévi, on créa pour lui le ministère des Infrastructures nationales. Il fut membre du Cabinet politique de Sécurité et assuma, à la fin de la législature, la charge de ministre des Affaires étrangères.

Premier Ministre

Suite à l’échec aux élections de 1999, Netanyahou démissionna du poste de la direction du Likud. Aux élections primaires du mouvement qui eurent lieu en septembre 1999, Sharon fut élu Secrétaire Général du Likud. A la quinzième Knesset, il assuma la charge de membre de la Commission des Affaires étrangères et de la Sécurité.

En septembre 2000, il fit une visite très médiatisée au mont du Temple, malgré plusieurs avertissements de différentes instances. Après la visite explosa une vague d’émeutes violentes chez les Palestiniens des Territoires de Judée et de Samarie et de la Bande de Gaza, ainsi que chez les citoyens arabes israéliens. Cette vague marqua en fait le commencement de l’Intifada d’El Aqsa. Le lien de cause à effet entre la visite de Sharon et l’explosion de l’Intifada est sujet à une controverse publique et politique, certains voyant en effet dans la visite une cause accidentelle qui servit de prétexte aux Palestiniens pour renouveler le combat violent contre l’Etat d’Israël.

Aux élections qui eurent lieu le 6 février 2001, Sharon se présenta face Ehud Barak à la fonction de Premier Ministre et gagna avec une énorme différence.

Le 7 mars 2001, Sharon mit en place un gouvernement d’union nationale. En janvier 2003, il conduisit le Likud à une victoire éclatante aux élections à la Knesset et forma un nouveau gouvernement sous sa responsabilité, mais non un gouvernement d’union. A ces élections, son fils, Omri Sharon, fut élu comme député sur la liste du parti Likud. Au cours de l’année 2003, Sharon et ses fils (Gilad et Omri) furent l’objet d’une enquête par la police israélienne. L’enquête porta sur deux affaires : le prêt reçu du millionnaire , Cyril Qeren et l’emploi problématique de Gilad Sharon par l’homme d’affaires, Dudi Apel.

Le 18 décembre 2003, Sharon présenta son programme de désengagement unilatéral de la Bande de Gaza. Les détails complets de ce programme furent présentés en avril 2004. Sharon informa alors qu’il avait l’intention d’exécuter le programme de désengagement et de séparation de la Bande de Gaza. Ce programme incluait l’évacuation de toutes les implantations juives de la Bande ainsi que l’évacuation de quelques implantations situées au nord de la Samarie. Au cours des mois qui suivirent, Sharon réussit, en dépit de nombreuses difficultés, à maintenir la stabilité de son gouvernement et à amener à l’étape de réalisation le programme de désengagement. En août 2005, les implantations israéliennes de la Bande de Gaza ainsi que quatre autres implantations situées au nord de la Samarie furent évacuées.

Après l’élection d’Amir Péretz à la tête du parti travailliste, Sharon voyant qu’il n’a pas la possibilité de poursuivre son programme politique au sein de son propre parti décide le 21 novembre 2005 de le quitter et de créer une nouvelle formation politique.

Dans sa vie personnelle, Sharon a subi plusieurs tragédies : sa première femme, Margalit, inspectrice principale d’un l’hôpital psychiatrique était âgée de 30 ans lorsqu’elle fut tuée dans un accident de voitures. En 1968, son fils Gour, âgé de 11 ans fut tué en jouant avec un révolver. En l’an 2000, il perdit sa seconde épouse, Lili.

Réside à la ferme des Sycomores.
un echo israel


4 janvier 2006. Ariel Sharon est victime d'une deuxième attaque cérébrale en l'espace de quinze jours. Si la première s'était avérée légère, la seconde est une hémorragie cérébrale massive. Le premier ministre israélien subit plusieurs longues opérations avant d'être plongé dans un coma artificiel. Une semaine plus tard, les chirurgiens décident de le ramener progressivement à la conscience. S'il récupère rapidement la sensibilité nerveuse des membres et réagit aux sollicitations externes, Ariel Sharon ne sortira cependant pas du coma. horaz


Ecouter sur akadem : Les années Sharon (2001-2005)

Simon Epstein, chercheur à l'Université hébraïque de Jérusalem


* *


Bonne navigation!...

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés