Plan general : famous jews

LUDWIK RAJCHMAN

UNICEF

PORTRAIT
CENTER
CHILDREN
ARMS

Ludwik Rajchman




(1881-1965)

Ludwik Rajchman, qui fut le premier directeur de l'organisation qui préfigura l'OMS et dont le rôle fut central dans la création de l'Unicef, eut un destin exemplaire qui se confond avec l'histoire tragique du xx[e] siècle depuis l'agitation révolutionnaire de 1905 jusqu'aux pages les plus noires de la guerre froide.

Premier président de l'UNICEF en 1946, Ludwik Rajchman est un proche contemporain et un camarade de Korczak, diplômé de médecine en même temps que lui en 1905 et qui a comme lui consacré sa vie à la sauvegarde de l'enfance après avoir créé à Varsovie en 1919 l'Institut national d'hygiène de Pologne.
Les travaux de recherche de son arrière-petite-fille, Marta Aleksandra Balinska , ont récemment permis de redécouvrir toute l'importance de l'œuvre de ce véritable pionnier de la Santé publique et du droit d'ingérence international, qui fut un précurseur dans le domaine la prévention et qui est aussi à l'origine de la création de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le cofondateur avec Robert Debré du Centre international de l'Enfance.



Né en 1881 dans une famille juive aisée de Varsovie Ludwik Rajchman fait des études de médecine il complétera par une spécialisation en épidémiologie . Il participe activement a l'émancipation du pays puis la recréation de l'etat polonais en fondant en 1920 l'Institut national d'hygiène a Varsovie. L' Europe centrale et orientale est alors la proie de la famine et est ravagée par de nombreuses épidémies notamment le typhus .Sous la direc tion de l' Américain Herbert Hoover entre autres l'aide internationale s'organise et Rajchman joue un rôle important. Voilà donc le patriote polonais entraîné dans le monde nouveau de l'institution internationale qui se met en place a Genève ville où Rajchman va résider de nombreuses années a la tête de la section d'hygiène de la SDN .Il appartient a cette nouvelle fonction publique internationale dont la collaboration avec les diplomates et les gouvernements nationaux ne va pas toujours de soi.l' engagement passionné de Rajchman dans les années 1930 pour la Chine pour les problèmes de santé publique et de développement de ce pays mais aussi sa lutte contre l'impérialisme nippon lui
vaudront bien des ennuis mais lui gagneront amitié des Soong la puissante belle- famille de Tchang Kai shek ainsi que de Jean Monnet .Les causes politiques qu'il embrasse n'ont jamais détourné Rajchman de l'idée que la lutte pour la santé publique passait par l'éradication de la misère. Réfugié durant la seconde guerre mondiale aux tats-Unis Rajchman participera a la création de l'UNRRA et la fondation de l'UNICEF et de l'OMS .Il meurt en France en 1965 où il s'est retiré en raison des attaques portées contre lui durant la guerre froide. La biographie de Rajchman ne peut toutefois se limiter a l'évocation des institutions qu'il créa ou auxquelles il collabora .Elle ne se décline pas sur le mode des vertus privées chez cet homme généreux passionné infatigable combattant de la santé pour tous Car Rajchman n'est jamais là où on est tenté de le chercher .Juif il appartient a une bourgeoisie des Lumières totalement intégrée et tant pis pour Céline qui travailla sous ses ordres et le caricatura sous les traits de Yudenzweck dans une mauvaise comédie .Patriote polonais il réside a l'étranger la plus grande partie de sa vie .Démocrate passionné il s'adapte au changement de régime dans son pays après 1947. Sa vie est remplie d'amitiés qui tissent un impressionnant réseau a travers le monde .Mais il suscite aussi des rejets violents et des contestations qui ne sont pas toutes réactionnelles si bien que l'on ne saurait voir en lui le représentant typique d'un groupe ou d'un milieu .

Jean-Claude Favez


Une vie pour l'humanitaire
Ludwick Rajchman
Marta Aleksandra BALINSKA

Quoi de moins héroïque qu'un fonctionnaire international ? C'est pourtant le portrait d'un héros de notre temps que trace Marta A. Balinska avec cette biographie de Ludwik Rajchman. Précurseur de l'ingérence humanitaire, défenseur des peuples colonisés, aussi doué pour la diplomatie secrète que pour la lutte anti-épidémique, Rajchman est né en 1881 en Pologne dans une famille d'intellectuels juifs patriotes et socialistes. Après une jeunesse d 'étudiant en médecine et de militant anti-tsariste, ses qualités exceptionnelles lui valent d'être nommé en 1921 à la tête de la Section d'hygiène de la Société des nations. Il combat le typhus en Europe de l'Est, anime l'aide sanitaire à l'URSS et promeut l'intégration de l'Allemagne aux instances internationales. Bête noire des cercles diplomatiques conservateurs et des régimes fascistes, ce Polonais démocrate et internationaliste s'attirera également dans les années trente l'hostilité des milieux colonialistes européens en organisant l'aide à la Chine nationaliste agressée par le Japon. Il inspire en 1945 la création de l'OMS et impulse celle de l'UNICEF, dont il est le premier président. Progressiste de tout cœur mais hostile à tous les dogmes, il devra fuir les Etats-Unis face aux menées maccarthystes, mais sera vite dans le bloc soviétique l'objet d'une méfiance qui l'éloignera de sa Pologne bien-aimée. C'est en France qu'il s'éteindra en 1965. A travers cette vie aventureuse, on accède aux coulisses d'épisodes fondamentaux du XXe siècle : la création de la SDN, la guerre civile et la famine en Russie, le jeu des puissances dans l'entre-deux guerres, le destin tragique de la Pologne, la montée de l'antisémitisme, le combat et l'éveil de la Chine, les ambiguïtés de la guerre froide. S'appuyant sur les archives familiales et sur des sources documentaires dispersées dans une douzaine de pays, l'auteur reconstruit avec brio l'extraordinaire parcours d'un homme qui fut non seulement sans doute " médecin sans frontières ", mais aussi une grande figure d'intellectuel doué, comme l'a dit son ami Jean Monnet, d'un exceptionnel " sens de l'universel ".

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés