Plan general : famous jews

GEORGE A.OLAH


PRIX NOBEL 1994
ECOREV
METHANOL
INSTITUT







"Pour sa contribution à la chimie des carbocations"


Né le 22 mai 1927 à Budapest - Chimiste américain d'origine hongroise.

Dans le domaine de la chimie organique moderne, ce sont ses travaux qui ont détruit le dogme selon lequel le carbone ne peut avoir que quatre valences et qui ont ouvert de nouvelles perspectives dans la production des hydrocarbures.
A cet égard, l’essence sans plomb revêt une importance toute particulière.
Il a achevé ses études à la Faculté de Génie chimique de l’Université Technique de Budapest. Ses recherches débutant aux coˆtés du professeur Géza Zemplén (1883-1956) ont ouvert un chapitre totalement neuf dans la chimie des composés contenant des atomes carboniques de charge positive.
Il a également utilisé avec succès ses connaissances théoriques acquises lors de l’étude des carbocations dans les synthèses industrielles : il a obtenu des hydrocarbures (d’un indice d’octane élevé) à chaînes ramifiées à partir d’autres hydrocarbures (d’un indice d’octane réduit et de qualité faible)à chaînes carboniques
droites. Sur sa proposition, on donna le nom collectif de carbocation aux ions contenant des atomes carboniques positifs.
A l’issue et en reconnaissance de 12 ans de recherches fructueuses,l’Université de Californie du Sud à Los Angeles, avec le soutien de D.P.Locker, de sa femme et d’autres sponsors, a créé pour George A.Oláh et ses collaborateurs un institut
de recherche chimique embrassant le vaste domaine de la chimie des hydrocarbures. Depuis lors, l’Institut Locker Hydrocarbon se développe et s’enrichit sous la direction du professeur Oláh.En sa personne, nous pouvons honorer un chimiste ayant relié les recherches fondamentales à l’application économique.
Il se meut avec aisance à tous les niveaux de la chaîne d’innovation entre universités et entreprises, et ses résultats sont devenus des ressources économiques tout en protégeant l’environnement et les richesses naturelles. Il nous avertit aussi – à l’instar des autres lauréats du prix Nobel–que nos principales richesses aturelles sont les trésors intellectuels, que la valeur suprême est l’homme, en l’homme la culture,ainsi qu’un bon système éducatif propre à améliorer le niveau culturel.mfa gov hu


Un expert décrit en effet le méthanol, un alcool assez proche de l'éthanol, comme très intéressant, car il combine les avantages de l'éthanol et de l'hydrogène.

Le lauréat prix Nobel de Chimie, George Olah, soutient l'économie du méthanol, car cette dernière ne serait pas dépendante des champs de maïs et parce que sa combustion émettrait moins d'émissions de gaz au pot d'échappement, sans oublier la diminution de risques d'incendie.

Le méthanol pourrait non seulement être utilisé pour les automobiles, mais aussi pour alimenter des piles à combustible (et générer de l'électricité de cette manière) ou pour faire fonctionner des turbines à gaz dans les centrales. On pourrait même l'utiliser dans la chimie des matériaux et produire des plastiques.

La Chine serait sur les rangs pour produire plusieurs milliards de litres par an. Des chercheurs travaillent actuellement dans le monde entier afin d'explorer de nouvelles pistes pour des méthodes de fabrication plus innovantes et efficaces.

Le problème résiduel qui reste de taille est que la production de méthanol dégage du CO2 comme produit secondaire.
Des scientifiques développent donc en ce moment des processus qui pourraient carrément convertir le dioxyde de carbone en du méthanol ou d'autres matériaux réutilisables. sur la toile



Fluorinated superacidic systems
par Georges A. Olah, G.K. Surya Prakash, Alain Goeppert

Systèmes superacides fluorés

Dans les superacides, des acidités plusieurs milliards de fois plus élevées que celle de l’acide sulfurique concentré ont été obtenues. Dans la plupart de ces superacides, le fluor très électronégatif joue un rôle essentiel. Dans les systèmes superacides, l’acidité élevée et la faible nucléophilicité des contre-ions ont rendu possible la préparation et l’observation en solution de cations stables et à longue durée de vie, en particulier des carbocations, espèces très réactives qui n’avaient été auparavant observées qu’en phase gazeuse. Les carbocations étant des intermédiaires réactionnels dans de nombreuses réactions chimiques catalysées par des acides, leur étude et leur meilleure compréhension peuvent aider à diriger une réaction dans un sens voulu afin de former les produits désirés. De nouvelles synthèses organiques, impossibles dans des acides ordinaires, incluant la synthèse d’hydrocarbures importants d’un point de vue économique, sont possibles dans les superacides. La capacité des superacides à transformer les hydrocarbures, relativement inertes, et même le méthane, a permis d’ouvrir un nouveau et fascinant domaine de la chimie.lactualitechimique

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés