Plan general : famous jews

GARCIA DA ORTA



BIO


Colóquios de Garcia de Orta


Garcia (Abraham) da Orta
1499 ? - 1568
Médecin, botaniste, philosophe, humaniste portugais



Le XVe siècle qui s'achève fut celui de la peste noire, épidémie la plus dévastatrice de tous les temps qui fit des millions de morts en Europe et en Asie. François 1° va succéder à Louis XIII, Léonard de Vinci continue à disséquer des cadavres, Michel Servet s'apprête à décrire la circulation pulmonaire (après Ibn al-Nafis), Vésale s'attelle à corriger les erreurs contenues dans les livres de Galien tandis qu'Ambroise Paré se lance en pionnier dans le continent de la chirurgie. On découvre le clystère qui restera un symbole de la médecine de la Renaissance. Garcia da Orta fut un expérimentateur pragmatique, et un pionnier de la Médecine tropicale.

Sa vie
Garcia da Orta est né à Castelo de Vide, au Portugal, probablement vers 1499. Il est le fils de Fernao (Isaac) da Orta, marchand, et de Leonor Gomes. Il avait trois sœurs, Violante, Catarina et Isabel. Ses parents étaient juifs espagnols originaires de Valencia de Alcantara qui pour échapper à l'Inquisition, se convertissent au christianisme et se réfugient au Portugal, au moment de la grande expulsion des Juifs Espagnols par les rois Catholiques Ferdinand et Isabelle d'Espagne en 1492. Convertis de force au Christianisme en 1497, ils furent dorénavant classés sous les noms méprisant de "Cristaos Novos" (Nouveaux Chrétiens) et marranos. Certains de ces réfugiés continuant à pratiquer secrètement leur foi.

Il entame des études de médecine, d'arts et de philosophie dans les deux universités les plus célèbres d'Espagne, Salamanque et Alcala de Hénarès (patrie de Cervantès). Il étudie la pharmacie médiévale arabe, examine et débat des auteurs grecs, latins, arabes et persans. Diplômé il revient au Portugal en 1523, deux ans après la mort de son père. Il exerce alors la médecine dans sa ville natale à Castelo de Vide dans la région d'Alentjo au sud du Tage, puis aux alentours de Lisbonne où il est nommé professeur à l'université en 1530.

Craignant peut-être la puissance croissante de l'Inquisition, et se soustrayant à l'interdiction d'émigration aux Nouveaux Chrétiens, il embarque pour l'Inde en 1534 en tant que médecin en chef à bord de la flotte du Viceroi Martim Afonso de Sousa. Il a voyagea avec le Viceroi au cours de plusieurs campagnes, puis, en 1538, s'installa à Goa, où il t eu rapidement une pratique médicale reconnue. Il était médecin de Burhan Shah I de la dynastie de Nizam Shahi d'Ahmadnagar, ainsi que succesivement de plusieurs Vicerois portugais et de leurs cours et des gouverneurs de Goa : un de ces derniers lui ayant accordé un bail de l'île de Bombay, bien qu'il n'y ait jamais vécu.

Garcia de Orta épousa une riche parente "Nouvelle Chrétienne", Brianda de Solis, en 1543 ; le mariage fut malheureux, mais le couple eut deux filles. En 1549 sa mère et deux de ses soeurs, qui avaient été emprisonnées comme juifs à Lisbonne, parvinrent à le rejoindre à Goa. Selon une révélation faite par son beau-frère après sa mort, Garcia da Orta continuait d'affirmer en privé que "La loi de Moïse était la vrai Loi"; en d'autres termes, il est probablement resté un croyant juif comme d'autres membresz dans sa famille.

En 1565 l'Inquisition fut présenté à la Viceroyauté Indienne et un Tribunal (cour Inquisitrice) fut ouvert à Goa. Les persécutions actives contre des juifs, des juifs secrets et autres Nouveaux Chrétiens commença. Garcia da Horta lui-même mourut en 1568, apparemment sans avoir vraiment souffert de l'Inquisition, mais sa sœur Catarina fut arrêtée comme Juive et fut brûlée sous l'inculpation de Judaisme, à Goa en 1569. Garcia lui-même convaincu de judaisme fut condamné à titre posthume. Ses restes furent exhumés et brûlés en autodafé en 1580, soit 12 ans après sa mort. Le destin de ses filles n'est pas connu.

Son œuvre
Pendant 30 ans, il va partager son temps entre la pratique de la médecine au service des humbles et des puissants et à l'étude et à l'observation pragmatique de la pharmacopée végétale et minérale de son temps et du lieu. A Goa il rencontre des négociants, des commerçants d'épices ainsi que des médecins de beaucoup de parties de l'Asie méridionale et des côtes de l'Océan Indien. Des Portugais, des Espagnols, des Hébreux, des Latins, des Grecs et des Arabes lui confièrent des secrets; son travail prouve qu'il a également eu des connaissances de Persans, de Marathis, de Sanskrits et de Kannadas. Les correspondants et les agents lui envoyèrent des graines et des plantes; il a également fait du commerce d'épices, de médicaments et de pierres précieuses. Il fonde un jardin botanique sur l'île de Bombay et y expérimente la culture de plantes venant d'Europe ou d'Inde, mais aussi de Chine et d'Iran.

Sa connaissance remarquable des épices et des médicaments orientauxse retrouve dans son seul ouvrage connu : Colloque des Simples et des drogues de l'Inde. ("conversations sur les simples, les drogues et les substances médicinales de l'Inde"), édité à Goa en 1563. Il traite d'une série de substances, bon nombre d'entre elles inconnues sujettes à confusion en raison de la désinformation en Europe à cette époque. Il fut le premier Européen à décrire les maladies tropicales asiatiques, notamment le choléra ; et effectua une autopsie sur une victime de choléra, la première autopsie enregistrée en Inde. Garcia da Orta révèle dans ses écrits une indépendance peu commune en comparaison des textes habituellement vénérés des anciennes autorités Grecques, latines et arabes.

En outre, le livre inclut les premiers vers édités par le poèt Luís de Camões, maintenant compté comme poète national du Portugal. Le livre suit l'ordre alphabétique de l'aloès au zédoaire en passant par la première description scientifique du cannabis et de celle du choléra. Disposant d'un jardin et d'un laboratoire, Garcia da Orta ne publie que ce qu'il a constaté lui même. Il ne s'agit pas d'un livre de recettes phytothérapiques mais beaucoup plus d'un travail de botaniste 200 ans avant la taxonomie de Linné ou Lamarck. Un index thématique détaille:

• les maladies étudiées
• les animaux, coquillages et insectes
• les minéraux, métaux, terres, pierres précieuses
• les nourritures et boissons
• les plantes et épices
• et les religions (Christianisme, Indouisme, Islam et Judaïsme)

Garcia da Orta commit l'erreur de conseiller des onguents et des parfums afin de détendre et de procurer du bien être. Il n'en fallut pas plus pour qu'il soit rattrapé par le tribunal l'Inquisition qui le condamna pour crypto judaïsme.

Ecrit au départ en latin puis traduit en portugais, le texte original du livre majeur de Garcia da Orta fut à nouveau publié 300 ans plus tard par Ficalho en 1891 augmenté d'une volumineuse mise à jour philologique et pharmacologique, notamment du livre en espagnol publié en 1578 par Crisovao da Costa ( Cristobal Acosta) : le "Traité des drogues et médicaments des Indes de l'Est"

Ce livre dont une édition contemporaine vient de sortir en français dans la collection Actes sud en avril 2004 est tout à fait extraordinaire à plus d'un titre. Il s'ouvre avec une préface de Mario Soares (2) qui sait tout ce qu'il doit à Sylvie et Antonio Ramoz (la traductrice et l'éditeur). Ce livre est présenté sous forme de 58 conversations et se lit comme un long dialogue entre le Dr Ruano un personnage de fiction et Orta. Le premier est venu à Goa pour connaître les drogues médicinales, le second s'engage à lui révéler tout ce qu'il tient pour certain dans ce domaine. Très doué pour les digressions, Garcia da Orta en profite pour parler des pierres précieuses, des mœurs des éléphants, des hôpitaux pour oiseaux, il rapporte l'étendue des navigations chinoises.
medarus

Lire : Colloques des simples et des drogues de l'Inde
« Garcia da Orta est l'exemple parfait de ces élites de la mondialisation ibérique qu'étudie Serge Gruzinski dans les Quatre Parties du Monde. Juif, expulsé avec sa famille d'Espagne, il s'est réfugié au Portugal où, après s'être converti au catholicisme, il fait des études de médecine et de physique et, évidemment, de philosophie, laquelle est, dans sa version aristotélicienne, à la base de toute spécialisation. Au service du roi Jean III du Portugal comme médecin et physicien pendant quelques années, Orta quitte son pays d'adoption pour Goa où il arrive en 1534. Il continue à exercer sa profession de médecin et, en même temps, il répertorie et étudie les plantes médicinales orientales - aussi bien persanes, arabes, indiennes que chinoises. »

*

On doit souligner aussi le role tres important de Christobal Acosta , savant Marrane d'origine judeo-portugaise pour le developpement de la pharmacie
Acosta (Christobal), chirurgien et botaniste né au Mozambique vers la fin du XVe siècle, mort dans un couvent de Burgos en 1580 (La Renaissance). Il s'embarqua comme chirurgien et fit un séjour prolongé dans les colonies portugaises, particulièrement à Goa. Là il prit goût à la recherche des plantes médicinales et des drogues et en recueillit une collection. Un jour, il fut pris par les pirates, des mains desquels le délivra le vice-roi de Goa, qui paya sa rançon. Peu après, il revint en Europe et exerça longtemps la chirurgie à Burgos.
Quelque temps avant sa mort, il publia un important ouvrage intitulé : Tractado de las drogas y medicinas de las Indices orientales, con sus plantas debuscadas al vivo (Burgos, 1578, in-4). Charles de l'Écluse le traduisit en latin sous le titre : Aromatum et medicamentorum in orientali India nascentium liber (Anvers, 1582) cosmovisions

Les oeuvres de ces deux savants furent d'une importance extraordinaire pour le progres de la pharmacie scientifique et resterent d'une grande valeur pendant plusieurs siecles


Lire : Mélanges d'histoire de la médecine hébraïque
Revue d'Histoire de la Medecine Hebraique

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés