Plan general : famous jews

EDMOND DE ROTHSCHILD


















Le Baron Edmond James de Rothschild est un philanthrope et collectionneur français né à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) le19 août 1845 et mort à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) le 2 novembre 1934. Il a été une des figures de proue du sionisme


par Eliane Ketterer
un-echo-israel





James Edmond (Abraham Benjamin) baron de Rothschild (1845-1934), l’un des Pères de la colonisation juive en Israël. Fut connu par des surnoms : "Le philanthrope bien connu", "Le père du Yishouv". Grâce à sa fortune familiale, il vint grandement en aide aux villages agricoles qui furent fondés en Israël à l’époque de la première vague d’immigration. Le troisième fils de James, Jacob Rothschild, est le fondateur de la branche française de la famille Rothschild.


Dans sa jeunesse, le baron James Edmond de Rothschild ne prit pas part aux affaires familiales, mais fut actif dans les domaines de l’art et des lettres en France. A la suite de "tempêtes dans le Neguev", une suite de pogromes en Russie dans les années 1881-1882, il participa à un comité afin d’aider les immigrés juifs de Russie. En 1882, les gens des premiers villages agricoles fondés en Israël s’adressèrent à lui, par l’intermédiaire du Rav Samuel Mohaliver et du Rav Tsadok Cohen, le grand rabbin de Paris, et demandèrent son aide. Entre les années 1883 et 1889, le baron James de Rothschild soutint complètement les villages agricoles de Rishon le-Tsion, de Zikhron Ya’akov, de Rosh Pina et de ’Aqron. Il apporta également son aide à d’autres villages agricoles grâce à des donations qui s’élevèrent à cinq millions de livres sterling, et acquit même de nombreuses terres dans tout Israël. L’aide financière qu’il accorda aux villages agricoles les sauva de la crise, mais ne les conduisit pas à une autonomie économique.


Pour libérer les gens des villages agricoles de la dépendance de son argent, le baron James Edmond de Rothschild créa un dispositif de surveillance et de conseil par des employés français et des spécialistes en agriculture, qui répartirent son argent selon des considérations économiques.
Le dispositif de surveillance entreprit, entre autres choses, l’importation de technologies agricoles, le développement de diverses industries, la plantation de vignes et la création de pressoirs. Parce qu’ils étaient maîtres du versement des fonds, les employés devinrent dans les faits les directeurs des villages agricoles et suscitèrent souvent l’hostilité.
Le Baron visita, en personne, Israël plusieurs fois et désira être tenu au courant régulièrement de la situation de l’oeuvre de la colonisation. Des griefs contre corruption et cruauté arrivèrent aux oreilles du baron, et il est possible qu’ils furent la cause de sa décision de transmettre la surveillance en 1900 à la société ICA, fondée par le baron Maurice de Hirsch, dont il fut le secrétaire général.
La contribution du baron James Edmond de Rothschild à l’oeuvre sioniste fut décisive, et il n’y a pas de doute que les gens de la première vague d’immigration n’auraient pas réussi à dépasser leurs difficultés existentielles sans lui. Les motifs de son action philanthropique ne sont pas totalement clairs, mais il est possible qu’il ait vu dans l’oeuvre de la colonisation une solution effective pour les Juifs d’Europe de l’Est, plus que l’infrastructure permettant de créer "un Etat des Juifs".

Le baron James de Rothschild désira implanter en Israël des agriculteurs juifs, gardant la tradition et parlant hébreu, indépendants, mais il s’opposa au "sionisme politique", refusa de soutenir la vision de Théodor Herzl et fut en conflit avec les gens des "Amants de Sion".

Durant ses années d’activité, le baron James Edmond de Rothschild désira rester anonyme, semble-t-il, par peur de calomnies antisémites, et c’est pourquoi, il est mentionné dans les écrits par le surnom "Le philanthrope bien connu".


Lors de la Première guerre mondiale et ensuite, le baron James Edmond de Rothschild se rapprocha peu à peu du mouvement sioniste. En 1929, il fut secrétaire général honoraire del’Agence Juive.
Il décéda en 1934. En 1954, ses ossements et ceux de son épouse furent transférés en Israël et enterrés à Ramat ha-Nadiv qui se trouve près de Zikhron Ya’akov. Le village agricole, Binyamina porte son nom ; le village agricole voisin, Giv’at ’Ada porte celui de son épouse.
Son fils James Edmond, (1878-1957), homme politique juif britannique, fut lui aussi, très philanthrope et actif sur tout ce qui concerne Israël. Il fut officier dans les bataillons hébreux, puis directeur de la société PICA. Il contribua par le legs de son argent à la construction à Jérusalem de la Knesset.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés

BIOGRAPHIE PORTRAIT POETE BIO TEXTE RADIO MON JARDIN POEZIBAO PRESENTATION ACTUALITE "Etre poete pour que vivent les hommes...