Plan general : famous jews

SALVADOR E.LURIA


PRIX NOBEL 1969
BIO
DOSSIER
BIOLOGIE
ADN
SITE



"l'évolution travaille par menaces, non par promesses "

Né en 1912 à Turin (américain depuis 1947) Mort en 1991

Biologiste américain d’origine Italienne, colauréat du prix Nobel 1969 de physiologie-médecine, avec Delbrück, Max Ludwig Henning et Alfred D. Hershey, pour leurs découvertes sur le mécanisme de la réplication des virus et leur structure génétique. À l’aide d’un bactériophage, un virus simple qui parasite les bactéries, ils ont défini un nouveau domaine, celui de la génétique bactérienne, et contribué à poser les fondements de la biologie moléculaire moderne.

Dans les années trente, on savait que les gènes étaient responsables de la transmission des caractéristiques des parents aux individus de la génération suivante, mais sans comprendre leur structure physique, ni la manière dont les informations génétiques étaient transmises. L’idée de Delbrück était que les gènes sont des molécules dont la structure chimique peut être analysée avec précision. À la fin des années trente, à Caltech, il commence donc à étudier les bactériophages, pensant que la réplication des virus a un lien avec la réplication des gènes. En 1943, il découvre avec Luria que des mutations génétiques spontanées sont responsables de la capacité de certaines bactéries à résister à l’action destructrice de bactériophages spécifiques. Trois ans plus tard, Delbrück et Hershey s’aperçoivent, chacun de leur côté, que les bactériophages peuvent échanger de la matière génétique pour produire un descendant doté de capacités infectieuses différentes de celles de ses deux parents. C’est le premier exemple de recombinaison d’acide désoxyribonucléique (ADN) dans des virus. En 1952, Hershey et la généticienne Martha Chase, du laboratoire Cold Spring Harbor, montrent que les gènes sont composés d’ADN, et, un an plus tard, le généticien américain James D. Watson et le spécialiste britannique en biophysique Francis Crick révèlent la structure en double hélice de l’ADN et formulent une hypothèse sur le mode de transmission des informations génétiques.encarta

L'expérience de Salvador Luria et Max Delbrück ou test de fluctuation (1943) démontre que chez les bactéries, les mutations apparaissent avant le changement du milieu, et ne sont postérieures à la sélection naturelle.

Ainsi la théorie de la sélection naturelle de Darwin, s'applique aussi bien aux bactéries, qu'aux organismes complexes.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés