Plan general : famous jews

IDA RUBINSTEIN



COLLOQUE
BIARRITZ
ART
ACTRICE





Ida Rubinstein (1883 (?)-1960). Célèbre d'abord comme danseuse au sein des Ballets Russes - elle obtint un triomphe au côté de Nijinski dans Shéhérazade -, elle prit rapidement son indépendance. Complétant sa formation auprès de Sarah Bernhardt, elle devint une interprète multiple - danseuse, récitante et actrice -, et, grâce à sa fortune, put commander des oeuvres à sa mesure - ou démesure -, contribuant au renouvellement et à l'expérimentation artistique à une époque où l'Etat n'était pas encore engagé dans une vraie politique culturelle. C'est ainsi qu'elle fit collaborer les artistes les plus importants de son époque : Gabriele d'Annunzio et Debussy pour Le Martyre de saint Sébastien, Verhaeren et Déodat de Séverac pour Hélène de Sparte, Paul Valéry et Arthur Honegger pour Amphion et Sémiramis, André Gide et Igor Stravinski pour Perséphone, Paul Claudel et Darius Milhaud pour La Sagesse, enfin Paul Claudel et Arthur Honegger pour Jeanne d'Arc au bûcher, sans parler d'autres spectacles et ballets dus à Maurice Ravel, Florent Schmitt ou Jacques Ibert, avec la collaboration de chorégraphes comme Léonide Massine, Michel Fokine ou Bronislava Nijinska, et de décorateurs comme Léon Bakst ou Alexandre Benois.


Cette carrière aussi féconde reste, surtout en France, méconnue. En France, seul Jacques Depaulis a consacré une importante biographie à Ida Rubinstein, publiée en 1995 chez Champion. En revanche, plusieurs chercheurs étrangers - Michael de Cossart en Angleterre, Lynn Garafola aux Etats-Unis, Yehuda Moraly en Israël - ont consacré d'importants travaux à l'artiste. Sa personnalité et ses qualités d'interprète, souvent discutées, lui ont attiré des critiques parfois acerbes et ont contribué à sa méconnaissance actuelle. Pourtant, c'est bien à elle et à sa conception artistique que l'on doit des oeuvres comme Le Boléro de Ravel ou Jeanne d'Arc au bûcher de Claudel et Honegger, indéniables succès populaires. Ne serait-il pas temps de réexaminer son cas ? Cherchant à reprendre l'insoluble question de la synthèse des arts, n'a-t-elle pas su proposer une ambition artistique neuve qui mériterait une réévaluation ?

Ida Rubinstein mourut à Vence en 1960, injustement méconnue. Sa tombe ne porte pas de date de naissance car, très secrète là dessus, comme d ailleurs dans sa vie privée, elle ne la donna jamais. Il est établi aujourd’hui, sur la foi de documents établis en hébreu qu’elle serait née en 1883 plutôt qu’en 1888 comme le mentionnent les archives de Vence.racines juives

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés