Plan general : famous jews

YEHUDA AMICHAI


POEME
BIO
PAIX
INSTITUTE
TEXTE
NOUVELLE
POETES
LITTERATURE
ECHO




Yehuda Amichai (1924-2000; né à Wurtzbourg, Allemagne), est né dans une famille religieuse, et fut un des premiers auteurs contemporains d'Israël. Il a été élevé en parlant deux langues, l'hébreu et l'allemand.
Amichai immigra avec ses parents en Eretz Israël en 1935. Il a fini ses études secondaires dans un lycée religieux et servi avec la brigade juive de l'armée britannique pendant la deuxième guerre mondiale. Il a aussi servi avec l'unité d'élite du Palmach dans la guerre d'indépendance.de 1948
Amichai a étudié la littérature et les études bibliques à l'université hébraïque. Il s'est exercé en tant que professeur et a enseigné dans de nombreux établissements scolaires en Israël et à l'étranger
Amichai était plus connu pour sa poésie, qui a été traduite en 33 langues.Il a également publié deux romans, un recueil d'histoires courtes et un certain nombre de pièces qui ont été mises en scène en Israël. Amichai a reçu le prix Bialik et le prix Israel.1982hebreunet

Il a reçu en 1986 le prestigieux Grand Prix d’Israël de la poésie et ses oeuvres ont été traduites dans 33 langues. Il est en avril 1994 l’un des poètes invités par “Les Belles Étrangères” consacrées à Israël.
Engagé très tôt dans la lutte pour l’indépendance et la défense de son pays, il participe à tous les combats d’Israël,tout en maintenant une profonde aspiration à la paix.
C’est là l’un des thèmes majeurs d’une oeuvre nourrie d’images simples
et en même temps universelles. Participant dans les années 50 avec d’autres poètes du Groupe “Likrat” ( Nathan Zach et David Avidan) à une véritable révolution poétique, on lui doit, entre autres, l’immense popularité de la poésie en Israël. Beaucoup de poèmes sont devenus des chansons à succès qui par leurs thèmes scandent les événements de la vie culturelle et publique israélienne.

Bruit du tiroir qui se ferme : voix de Dieu
bruit du tiroir qui s’ouvre : voix de l’amour
mais ce peut être aussi le contraire.
Pas qui se rapprochent : voix de l’amour
pas qui s’éloignent : la voix de Dieu
qui a soudain quitté la terre, un instant, pour l’éternité.
Livre resté ouvert sur la table à côté de lunettes :
Dieu, un livre fermé et une lumière encore allumée :
Amour. Une clé tourne dans la porte sans bruit :
Dieu, une clé hésite : amour et espoir.
Mais ce peut être aussi le contraire.
victime du doux parfum de Dieu,
victime des autres sens de l’amour :
victime du toucher et de la caresse, de la vue et de l’ouïe
et victime du goût.
Mais ce peut être aussi le contraire.

Il est un jour où personne n’est lui-même dans cette ville,
mais le fils de quelqu’un. Tout le monde s’appelle Ibn, Ben
Son. On n’est pas soi, vous n’êtes pas vous
ni moi moi, mais Ben Ani, le fils de moi, Ibn Ezra ou Ibn Moussa,
Ben Avraham ou Ibn Allah, le fils d’Allah, le fils de Dieu.
Et tous annoncent ce qui sera et même ceux
qui ne se souviennent de rien se rappellent aux autres,
même l’amour s’abrite dans les ruines du Temple.
Le balancement du corps dans la prière et l’amour ne font qu’un.
Il est un jour où tous sont pères de quelqu’un,
ils s’appellent Abou par-ci, Abou par-là.
Pères de leurs semences, pères d’orphelins, pères des douleurs
père de miséricorde, notre père à tous. Notre père, notre roi.

yehuda amichai

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés