Plan general : famous jews

GEORGES MANDEL


MEMOIRE
PORTRAIT
Alsace














Né, selon sa biographie « officielle », à Chatou (Seine et Oise), le 5 juin 1885, dans une famille juive aisée réfugiée d’Alsace en 1871, Louis Georges Rothschild prend en 1903 le nom de Mandel, nom de famille de sa mère. Après un passage dans le journalisme à « L’Aurore », puis au cabinet de Georges Clémenceau dès 1908, Georges Mandel devient son chef de cabinet quand celui-ci assume la conduite de la guerre en tant que président du conseil à partir de novembre 1917.Salan



En juin 1940, à Bordeaux, Georges Mandel, député de la Gironde s'oppose de toutes ses forces aux manœuvres de Pétain, Laval, Marquet et Chautemps pour faire admettre l'armistice. Mandel organise le départ en Afrique du Nord, sur le Massilia, pour continuer la lutte aux côtés des Alliés, du Président de la République, les Présidents des deux Chambres et la majorité des Parlementaires. Hélas! La trahison des capitulards l'emporte, et, seuls, quinze parlementaires guidés par Mandel et Jean Zay prennent le départ.

Mais les instructions de Pétain devancent le Massilia. Mandel est déféré à la Cour de Rion. Conduit à Chazeron il y retrouve Paul Reynaud, Daladier et le général Gamelin.

Le 31 décembre 1940, tous les détenus sont transférés dans un hôtel de Vals. Le 7 novembre 1941, le "Chef de l'État français" prend la décision de condamner les quatre hommes d'Etat à la détention dans l'enceinte fortifiée du Portalet. Mandel y est traité de manière honteuse dans une cellule de trois mètres sur trois mètres sans soleil.

Le 20 novembre 1942, le développement américain se produit en Afrique du Nord. Affolés, les Allemands envahirent la zone sud et Mandel et Reynaud sont livrés par le maréchal Pétain aux occupants.

Mandel est envoyé rejoindre Léon Blum à Buchenwald où ils servirent de monnaie éventuelle d'échange. En juillet 1944, les Allemands viennent chercher Mandel à Buchenwald et le conduisent en avion à Reims puis à Paris comme otage. Il est interné à la Santé.

Le 7 juillet au matin, Knipping, chef des Milices de zonz Nord, assisté de cinq miliciens et d'un officier Allemand, extraient Georges Mandel de la Santé. Conduit en pleine forêt de Fontainebleau, il est abattu de plusieurs rafales de mitraillette.

Les miliciens se vengeaient par ce crime de l'exécution par la Résistance du traître Philippe Henriot, le 28 juin 1944. Son corps avait été atteint de 16 balles. Une balle dans le cou, deux dans la tête, une à la cuisse, cinq dans la poitrine. Un coup a été tiré derrière l'oreille.

Un monument a été érigé à l'endroit même où Georges Mandel fut abattu. Bio

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés