Plan general : famous jews

HANS BETHE

PRIX NOBEL
VIDEO
BIOGRAPHIE
SCIENCE
HISTOIRE
BIG BANG
HUBERT REEVES
QUIZ
VIDEO
BRUCE


Hans Bethe, physicien théoricien de la bombe nucléaire

Prix Nobel de physique en 1967, Hans Bethe est mort, dimanche 6 mars 2004, à son domicile d'Ithaca (Etats-Unis). Il était âgé de 98 ans.

Avec ses travaux sur les réactions nucléaires au sein des étoiles qui l'ont conduit à contribuer à la conception de la bombe atomique, il était la dernière grande figure de la génération de chercheurs qui a incarné l'âge d'or de la physique nucléaire au XXe siècle, aux côtés d'Enrico Fermi ou de Robert Oppenheimer.

Hans Bethe est né le 2 juillet 1906 à Strasbourg, alors ville de l'empire allemand. Il fuit l'Allemagne en 1933, après l'arrivée au pouvoir de Hitler qui devait lui valoir d'être démis de son poste de professeur de physique à l'université de Tübingen à cause de la religion juive de sa mère. Après un passage en Grande-Bretagne, Hans Bethe s'installe en 1935, aux Etats-Unis. Il enseigne à l'université Cornell d'Ithaca (Etat de New York) qu'il n'a plus quittée, à l'exception de trois années pendant la seconde guerre mondiale.

Hans Bethe a accédé à la célébrité scientifique en 1938, grâce à la publication de ses recherches sur la manière dont les étoiles produisent leur énergie. Le physicien sera le premier à décrire le "cycle du carbone", les six réactions nucléaires successives qui expliquent pourquoi des astres comme le soleil brillent. Ce sont ces travaux qui lui ont valu le prix Nobel en 1967.

En 1943, Hans Bethe est convié par Robert Oppenheimer au laboratoire de Los Alamos (Nouveau-Mexique) pour participer au "projet Manhattan" qui devait développer les premières bombes atomiques. Persuadé que ces recherches pouvaient devenir le "meilleur moyen d'empêcher Hitler de répandre la terreur dans le monde entier", Hans Bethe prend la responsabilité du département de physique théorique. Son équipe devait déduire, par la théorie, ce qui devait se passer à l'intérieur des bombes.

Le physicien assiste à la première explosion d'un de ces engins, le 16 juillet 1945, lors d'un essai dans le désert du Nouveau-Mexique. "Nous ne savions pas si le prototype que nous avions conçu et fabriqué allait même exploser, racontait-il. Comme tous ceux qui avaient travaillé sur le projet, j'ai été comblé par le succès - et terrifié par l'événement." Les deux autres bombes atomiques produites à Los Alamos explosèrent, en août, au-dessus de Hiroshima et Nagasaki, tuant environ 250 000 personnes.

Dès la fin de la guerre, il se prononce contre l'utilisation de la puissance nucléaire à des fins guerrières. Il devient, en 1946, l'un des neuf membres du comité instauré par Albert Einstein pour informer le public sur l'énergie nucléaire. En désaccord avec les positions ultraconservatrices du physicien Edward Teller, principal artisan de la conception de la bombe H, Hans Bethe décline, à plusieurs reprises, ses invitations à participer à ce nouveau projet d'arme de destruction massive. Il participe, en tant qu'expert, aux négociations avec les Soviétiques qui devaient conduire aux traités d'interdiction des essais nucléaires dans l'atmosphère, en 1963, et des missiles antibalistiques, en 1972.

Adversaire du projet de "guerre des étoiles" de Ronald Reagan, le physicien pressait encore Bill Clinton, en 1997, de renoncer à "toute expérimentation dont le but serait de développer de nouveaux types d'armes nucléaires".

Parallèlement, Hans Bethe n'a jamais renoncé à ses recherches, se tournant particulièrement, à partir de 1975 quand il s'est retiré de l'enseignement, vers l'astrophysique. Il a ainsi notamment contribué à faire progresser les connaissances sur les supernovae et les explosions géantes d'étoiles en fin de vie. Cet amoureux des montagnes et des chiffres, père de deux enfants, aura, au total, publié plus de trois cents travaux, dont bon nombre avaient été à l'origine classés secrets.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés