Plan general : famous jews

GEORGE GERSHWIN



VIDEO
SITE





"La vie ressemble beaucoup au jazz. Elle est plus belle quand on improvise "



26 septembre 1898 à Brooklyn, New York – 11 juillet 1937 à Hollywood
Compositeur américain, né Jacob Gershowitz, de parents juifs immigrants russes.


George Gershwin est né à Brooklyn (état de New York) le 26 septembre 1898 ; il est le second de quatre enfants dont son frère aîné, Ira, né en 1896, deviendra son principal collaborateur en tant que parolier. Son père exerce une série de métiers dans des domaines très divers, qui obligent la famille à de multiples déménagements.

Installée à Manhattan, la mère achète un piano pour faire donner des leçons à Ira mais c'est finalement George qui manifeste un intérêt particulièrement développé pour la musique ; ses goûts sont très éclectiques, allant du classique aux chansons populaires, et il s'intéresse en particulier aux rythmes de la musique des Noirs américains.

George quitte rapidement la High School of Commerce où il a commencé ses études pour devenir pianiste dans la "Jerome H. Remick Music Publishing Company".

Ses premiers essais de compositeur sont des chansons qui n'ont pas été publiées.

Grand admirateur de Irving Berlin et de Jerome Kern, George devient accompagnateur de vaudeville et ensuite pianiste répétiteur pour la revue Miss 1917 de Jerome Kern et Victor Herbert.

Deux chansons de George Gershwin, "You-oo Just You" et "There's More to the Kiss Than the X-X-X", attirent sur lui l'attention de l'éditeur Max Dreyfus qui l'engage dans son équipe régulière de compositeurs.

En 1918, George et Ira écrivent leur première chanson en collaboration, "The Real American Folk Song", que l'actrice Nora Bayes introduit dans le spectacle Ladies First. La même année, cinq autres chansons de Gershwin sont entendues dans la revue Half Past Eight jouée à Syracuse (état de New York) et quelques mois plus tard (mai 1919), c'est La La Lucille qui marque les débuts de George Gershwin à New York.

C'est également en 1919 que George écrit son premier grand succès populaire, "Swanee", d'abord introduit dans la revue Demi-Tasse du Capitol Theatre et repris ensuite par Al Jolson pour une tournée de son spectacle Sinbad (musique de Romberg).

Suite à ce succès, George est appelé à composer la musique de cinq éditions des revues annuelles George White's Scandals, celle de 1922 contenant le célèbre "I'll Build a Stairway To Paradise"; elle contient aussi une séquence "jazz opéra" d'une vingtaine de minutes, "Blue Monday", qui sera coupée après le soir de la première mais qui attire l'attention du chef d'orchestre Paul Whiteman; ce dernier incite Gershwin à écrire une pièce de structure classique mais de style jazz : ce sera la célèbre Rhapsody in Blue créée en février 1924 au Aeolian Hall sous la direction de Whiteman et avec George Gershwin lui-même au piano.

À partir de 1924 et après l'échec de A dangerous Maid créé à Atlantic City (état de New Jersey) et jamais joué à New York, les partitions des frères Gershwin se succèdent en suscitant, dans la plupart des cas, l'enthousiasme tant du public que de la critique.

Citons entre autres :
Lady, Be Good! avec Fred et Adele Astaire
Tip-Toes avec Jeanette Mac Donald.
Oh, Kay! avec Gertrude Lawrence et Victor Moore.
Funny Face avec Fred et Adele Astaire, Victor Moore
Girl Crazy avec Ethel Merman, Ginger Rogers et le Red Nichols Orchestra (dans lequel se trouvaient Benny Goodman, Gene Krupa, Jimmy Dorsey et Glenn Miller!).
Strike up the Band avec Vivian Hart et Herbert Corthell
Of thee I Sing avec Victor Moore et William Gaxton (cet ouvrage est couronné par le prix Pulitzer).

Après le succès de la Rhapsody in Blue, Gershwin a encore écrit quelques très grandes pages de musique classique : le Concerto in F (1925), la suite An American in Paris (1928) et la Second Rhapsody (1930).

Enfin, en 1935, l'opéra Porgy and Bess est créé à Boston (état de Massachussets); bien que mal accueilli par la critique et suscitant peu d'intérêt de la part du public, l'ouvrage devient au fil des années et des reprises celui du compositeur le plus souvent joué.

En 1936, pressentant la fin de leur succès à Broadway, les frères Gershwin se tournent vers Hollywood où certains de leurs ouvrages ont déjà été filmés; parmi leurs grands succès pour l'écran, citons :
Shall we Dance avec Fred Astaire et Ginger Rogers.
A Damsel in Distress avec Fred Astaire.
The Goldwyn Follies; c'est en travaillant sur les chansons de ce film que le compositeur commence à souffrir de la tumeur au cerveau qui devait l'emporter, ce qui ne l'empêche pas d'écrire quelques pages qui sont parmi ses meilleures : Love Is Here To Stay et Love Walked In.

George Gershwin décède le 11 juillet 1937, à Beverly Hills (état de Californie).
pagesperso orange


Gershwin est demeuré si actuel et reste si profondément symbolique de l'Amérique de l'entre-deux guerre qu'un Woody Allen fait encore appel à sa musique pour évoquer un certain rêve américain (Manhattan, 1978).


Lire le Portrait de Gershwin
Les parents de Gershwin,Rosa et Moise Gershwitz étaient des juifs russes originaires de Saint Petersbourg. Ils arrivèrent à New York en 1891 ; leur nom s'américanisa en Gershwin puis Gershwin. Ils eurent d'abord un fils Israël surnommé Ira puis un second qu'ils appelèrent d'abord Jacob puis George né en 1898 le 26 septembre.
En 1910 la mère du compositeur acheta un piano pour son fils aîné Ira, l'enfant studieux de la famille. George y prit goût rapidement et en cachette il jouait des airs populaires.
Sans que sa famille l'ait soupçonné, il s'était intéressé à la musique grâce à un récital qui avait été donné par les enfants de son école, et à l'un des jeunes interprètes, Maxie Rozenzweig (le futur Max Rosen) qui jouait de l'alto. Enthousiasmé par le timbre de cet instrument, il s'enquit de l'identité du jeune homme et réussit à faire sa connaissance. Leur goût commun pour la musique devint vite le ciment d'une grande amitié.
George était exceptionnellement doué pour le piano et ses parents bien que pauvres lui firent donner des leçons. Après avoir eu plusieurs professeurs médiocres, il eut la chance de rencontrer Charles Hambizer, en 1912, aussi bon musicien que pédagogue. Celui ci remarqua le talent du jeune garçon et voulut bien se charger de son enseignement musical.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés