Plan general : famous jews

BARUJ BENACERRAF

PRIX NOBEL 1980
COLLOQUE

FICHE
NORMALE SUP
PRIX NMS



Benacerraf, Baruj (1920- ), pathologiste américain, titulaire du prix Nobel, spécialisé dans l'étude des mécanismes de la réponse immunitaire, de ses bases génétiques et de ses effets sur les maladies auto-immunes.

Baruj Benacerraf naquit à Caracas, au Venezuela, vécut un temps à Paris et émigra aux États-Unis en 1939. Il étudia à l'université Columbia et à la faculté de médecine de Virginie où il obtint un diplôme de docteur en médecine en 1945.

Benacerraf effectua son service militaire à l'hôpital général du Queens, à New York, et, après un court passage dans l'armée, se consacra à la recherche et à l'enseignement. Il travailla d'abord à Columbia, puis à Paris à l'hôpital Broussais. Retourné aux États-Unis, il entra en 1956 à la faculté de médecine de New York où, en 1960, il fut nommé professeur de pathologie.

De 1968 à 1970, il dirigea le laboratoire d'immunologie à l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses. En 1970, il fut nommé professeur de pathologie comparée à l'université Harvard.

Benacerraf s'intéressa tout d'abord à l'allergie avant d'entamer des travaux sur les cellules du système immunitaire. Au cours de ses expériences, il remarqua que certains de ses cobayes ne produisaient pas d'anticorps. Ce fut le point de départ de travaux visant à démontrer que la capacité à déclencher une réponse immunitaire est d'origine génétique. Il appela ces gènes Ir pour « Immune response ».

Cette découverte valut à Baruj Benacceraf le prix Nobel de médecine ou physiologie en 1980, qu'il partagea notamment avec George Davis Snell et Jean Dausset, découvreur d'un système analogue chez l'Homme, le HLA .encarta

"Chaque homme est unique, ce qui magnifie sa dignité. Jamais sur la terre il n'y a eu et il n'y aura jamais, en dehors des vrais jumeaux, deux individus strictement identiques. La différence est non seulement utile mais nécessaire, voire indispensable à la défense de l'individu et de l'espèce. Pour chaque homme la différence génétique entre ses parents est un gage de survie. Pour chaque population, pour l'humanité toute entière les différences génétiques sont une nécessité pour évoluer et pour survivre. Les différences physiques sont des richesses inestimables. II en est de même des différences morales, intellectuelles ou religieuses que nous devons non seulement tolérer mais cultiver."
Jean Dausset
The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1980

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés