Plan general : famous jews

MORDECHAI ANILEVITCH


HISTOIRE
JUDAICA







Mordehaï Anielewicz (1919 – 1943) commandant de la révolte du Ghetto de Varsovie. Il est devenu le symbole du combat des Juifs durant la Shoah...



Biographie-A7

Mordehaï Anielewicz est né à Varsovie, en Pologne en 1919. Il est l’aîné d’une famille pauvre. Dès sa jeunesse, il se joint à la jeunesse du Bétar. En 1935, il passe au mouvement du «Chomer Hatsaïr» (le jeune Gardien) et devient l’un de ses chefs.

Très tôt, il se charge d’organiser la défense des Juifs de Varsovie contre les agressions antisémites. Lorsque la Deuxième guerre mondiale éclate et que l’Allemagne envahit la Pologne, il circule entre les territoires sous contrôle soviétique et ceux dominés par les Allemands. En définitive, il revient à Varsovie pour organiser les actions de son mouvement. Il tente d’entrer en liaison avec la résistance polonaise, se procure des armes et mobilise des jeunes juifs pour participer au combat.


En octobre 1942, les organisations de résistance s’unissent (sionistes de gauche : les Poaley Tsion (Travailleurs de Sion), les partisans de Jabotinsky, le Bétar…) et créent l’OJC (l’Organisation juive de Combat) Ils n’ont pour arsenal que quelques revolvers, des grenades et des cocktails Molotov fabriqués dans le ghetto. L’organisation, commandée par Anielewicz et par Marek Edelman du Bund, entre en action, contre la volonté du Judenrat (Conseil juif créé sur l’ordre des nazis pour faire régner l’ordre dans le ghetto (à la demande des Allemands, le Conseil juif crée une police juive) et établir des listes pour la déportation. L’OJC crée un kibboutz créé dans le ghetto, y organise des activités éducatives et la publication de journaux clandestins (parmi lesquels «contre le courant», et cela, entre autres, pour informer les Juifs du sort des déportés, afin qu’ils réagissent et se soulèvent. Car au départ, les Allemands leur font croire que les Juifs sont conduits vers l’Est pour travailler. Un des membres, Zalman Friedrich se sauvera même du Ghetto, se rendra jusqu’à Treblinka, découvrira la vérité en détails, et retournera au ghetto afin d’avertir les Juifs. Un des journaux du ghetto publiera une description précise du camp de Treblinka…

L’Organisation Juive de Combat attaque les SS à tous les coins de rues, libère des prisonniers, encourage la population à résister… En janvier 1943, Anielevicz et les membres se battent pour empêcher une nouvelle vague de déportation. Cette action est un succès et les Allemands se retirent du Ghetto durant trois mois. Les habitants du Ghetto profitent de cette période pour organiser le soulèvement, pour se barricader et s’armer.


Le 19 avril 1943, éclate la révolte. Des milliers de SS pénètrent dans le ghetto, accompagnés de blindés et de canons. Ils sont accueillis par une pluie de cocktails molotov. Des SS tombent et des chars sont incendiés. Les SS feront de nouvelles tentatives ratées jusqu’au jour où ils derniers décident d’incendier méthodiquement le territoire du Ghetto. Le ghetto est en flammes lorsque le 8 mai, le bunker central des chefs de la révolte, où se trouve Anielewicz, est découvert. L’endroit est alors encerclé par les SS qui y infiltrent du gaz. La plupart des combattants présents dans le bunker, trouvent la mort. Nombre d’entre eux, dont Anielewicz, décident de se suicider. Quelques combattants réussiront à s’enfuir et rejoindront la résistance polonaise. Marek Edelman est parmi eux et il rapportera plus tard un témoignage poignant de la révolte du ghetto.

Après la guerre, les rescapés du «Chomer Hatsaïr» de Pologne, créent le kibboutz de Yad Mordehaï à la mémoire d’Anielewicz. Malgré la fin tragique et amère du Ghetto de Varsovie, de nombreux témoignages écrits et oraux à propos des actions d’Anielewicz et de ses camarades ont fait de lui le symbole du soulèvement juif durant la Shoah

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés