Plan general : famous jews

GARRY KASPAROV


WORLD CHAMPION
SITE


"Il n'y a pas de sport plus violent que les échecs"



Garry Kasparov, de son vrai nom Garik Kimovitch Weinstein, est né le 13 avril 1963 à Bakou (capitale de l'ancienne république soviétique d'Azerbaïdjan) dans une famille juive arménienne. Son père Kim Moiseyevich Weinstein (décédé en 1970) est enseignant et sa mère, Clara Shagenovna Kasparian (russifié en Kasparova), ingénieur dans l'industrie prétolière. Il apprend à jouer aux échecs dès la petite enfance, suivant notamment les cours d'Alexandre Nikitine, Mikhaïl Botvinnik, Mark Dvoretsky ou encore Alexandre Ivanovich Chakarov. Joueur prodige, Garry Kasparov -- il a pris en 1975 le nom de sa mère -- devient dès l'âge de treize ans champion d'URSS junior. Après des études de langues étrangères, il dispute en 1984 sa première finale de championnat du monde d'échecs contre son compatriote Anatoli Karpov, titulaire du titre depuis 1975, mais le match est interrompu par les organisateurs. L'année suivante, âgé de 22 ans, Garry Kasparov est sacré plus jeune champion du monde de l'histoire des échecs en battant Anatoli Karpov, titre qu'il conservera lors des matchs de revanche de 1986, 1987 et 1990. En 1989, aux Etats-Unis, lors de la première confrontation entre un homme et une machine, Garry Kasparov bat en 41 coups l'ordinateur Deep Thougt. Il se marie la même année, laissant son épouse (et plus tard sa fille) vivre à New York. En 1992, celui que l'on surnomme dès lors "le tigre de bakou" (ou "l'ogre de Bakou") en raison de son caractère, de sa constitution et de son jeu offensif, se brouille avec la Fédération Internationale des Échecs (FIDE) pour diverses raisons financières et politiques. Exclu de la FIDE, il fonde une association de joueurs professionnels, la Great Master Association (GMA), qui organise un championnat parallèle et lui décerne, sous l'autorité de la Professional Chess Association (PCA), le titre de champion du monde 1993 à l'issue du match contre le britannique Nigel Short, autre maître international exclu de la FIDE. En 1995, il remporte de nouveau le championnat du monde en battant l'indien Viswanathan Anand, mais il essuie deux ans plus tard sa première défaite en jouant contre Deep Blue, un ordinateur d'IBM capable d'analyser 200 millions de coups par seconde. En 2000, il est également vaincu au championnat du monde par son compatriote et ancien élève Vladimir Kramnik. En 2005, après une dernière victoire au prestigieux tournoi de Linares (Espagne), il abandonne définitivement la compétition. Beaucoup de spécialistes considèrent Garry Kasparov comme le meilleur joueur d'échecs de tous les temps, avec Bobby Fischer (qu'il n'a jamais rencontré en compétition). Lauréat 1995, 1996, 2001 et 2002 de l'Oscar des Échecs récompensant le meilleur joueur de l'année, il reste aussi à ce jour le seul à dépasser les 2850 points ELO (cotation officielle indiquant le classement mondial des joueurs d'échecs).
Depuis la fin des années '80 Garry Kasparov s'est fortement engagé en politique, soutenant successivement Mikhaïl Gorbatchev, Boris Eltsine et le général Alexandre Lebed (décédé en 2002). Riche actionnaire de sociétés nées à la faveur de la libéralisation anarchique de l'économie russe des années '90, conseiller du président d'une grande banque suisse, chroniqueur au Wall Street Journal et invité régulier du Forum de Davos, son action politique est financée -- voire, selon certains observateurs, manipulée -- par les américains et par certains richissimes oligarques israélo-russes mafieux tels Boris Berezovski ou Mikhaïl Khodorkovski. Depuis 2004 Garry Kasparov mène une véritable croisade contre Vladimir Poutine, qu'il accuse d'être un "dictateur". En 2005, il fonde le Front Civique Unifié avec l'intention de rassembler l'opposition russe. Installé en septembre 2007 à la tête de L'Autre Russie, une petite coalition hétéroclite de communistes nationalistes et de personnalités libérales qui l'a désigné candidat pour l'élection présidentielle russe de 2008, il joue pour l'Occident le rôle d'opposant numéro 1 au Kremlin malgré le faible score de 3% d'intentions de vote dont le créditent les sondages. Il a été interpellé et brièvement emprisonné à deux reprises, les 14 avril et 24 novembre 2007, lors de manifestations non autorisées organisées pour dénoncer entre autres les violations de la démocratie et des droits de l'Homme en Russie.
Garry Kasparov est l'auteur de plusieurs ouvrages historiques et théoriques sur le jeu d'échecs mais ses deux principaux livres sont Et le fou devint roi (1987), une autobiographie écrite à 25 ans consacrée aussi en partie à la politique russe de Brejnev à Gorbatchev, et La vie est une partie d'échecs (2007), dans lequel l'ex-champion du monde d'échecs devenu politicien analyse les processus de prise de décision.

La République des Lettres, dimanche 25 novembre 2007

1 commentaire:

Anonyme a dit…

25/11/2007
Le leader d’opposition et ancien champion d’échecs été condamné samedi à cinq jours d'emprisonnement pour manifestation non autorisée.
Fin de partie forcée pour Garry Kasparov. Le chef de file du mouvement d’opposition L’Autre Russie a été arrêté à l’issue d’un défilé anti-Poutine à Moscou et condamné samedi à cinq jours de prison pour manifestation non autorisée et refus d'obéir aux ordres de la police. Des chefs d'inculpation que dénie formellement l'ancien champion du monde d'échecs qui va faire appel. "Ma condamnation est non fondée. J'ai été arrêté alors que la manifestation était terminée", a-t-il insisté devant la presse.

L'ex joueur prodige a été interpellé alors qu’il tentait de rejoindre la Commission électorale centrale. Un détour en forme de provocation pour les forces de l’ordre. Les autorités qui avait autorisé la marche contre les élections législatives «injustes» du 2 décembre, avaient interdit au cortège de se rendre à la Commission.

L’interpellation du chef de l’Autre Russie a été musclée. Il aurait été battu et poussé à terre selon son assistante. Après avoir été bloqué contre un mur avec ses gardes du corps par des policiers anti-émeutes, Garry Kasparov a été embarqué dans un bus, direction le commissariat de Basmanny. Les journalistes comme les manifestants scandalisés qui hurlaient « liberté, liberté ! », ont été violemment repoussés. Cherchant à encourager ses supporters, l’ancien champion a fait le signe de la victoire à travers la fenêtre du véhicule.

Le Figaro

Messages les plus consultés