Plan general : famous jews

ELEAZAR DE WORMS


Langage
et redemption



Livre de Raziel




Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides.




Éléazar de Worms a conservé la formule nécessaire pour construire un Golem. Les détails de l'entreprise remplissent vingt-trois colonnes in-folio et exigent la connaissance des "alphabets des deux cent vingt et une portes" qui doivent être répétées sur chaque organe du Golem. Sur le front on gravera le mot Emet, qui signifie vérité. Pour détruire la créature, on effacera la lettre initiale, car ainsi il restera le mot met, qui signifie mort
antesdetempo



Talmudiste et cabaliste, né, probablement à Mayence, environ 1176, mort à Worms en 1238.Il était un descendant de la grande famille Kalonymus de Mayence, et un disciple de Juda Ḥasid qui l'a initie dans l'étude de la cabale, à ce moment-là peu connu en Allemagne. Eleazar a été ḥazzan à Erfurt avant de devenir rabbin à Worms. Eleazar fut l'objet d'une grande souffrance pendant les Croisades. Dans la nuit du 22 Kislew, 1196, il a été engagé sur son commentaire sur la Genèse (il rapporte qu'il avait atteint la parashah Wayesheb), lorsque deux croisés sont rentres dans sa maison et tués sa femme Dulcina, ses deux filles Belat et Hannah, et de son fils Jacob. Sa femme avait une entreprise en rouleaux de parchemin afin de soutenir la famille et lui permettre de consacrer tout son temps à étudier.

Eleazar a développé une activité vigoureuse dans de nombreuses directions.D'une part, il a été un Talmudiste de grande érudition, un liturgiste doué d'une claire et facilite de style et d'un astronome, et était bien versé dans les sciences ouverte aux Juifs de l'Allemagne à ce moment-là. D'autre part, il a été un cabaliste influence par des hallucinations, il a vu des légions d'anges et de démons, et a exercé lui-même répandre des systèmes cabalistiques qui vont bien au-delà de la conception des auteurs de la cabale.Dans ses œuvres cabalistiques il a développé et a donné une nouvelle impulsion au mysticisme associés avec les lettres de l'alphabet. La cabale philosophique de l'école d'Isaac l'Aveugle est remplacé par des spéculations arithmétiques. Par la gemaṭria et noṭariḳon systèmes d'interprétation, Eleazar a inventé de nouvelles combinaisons . Le haggadic anthropomorphisme qu' il avait combattu dans ses précédents ouvrages ( "Ha-Roḳeaḥ", "ha-Sha'are gazon Weha-Yiḥud") occupaient plus tard, le premier plan dans son écrits cabalistiques. Le grand mérite d'Eleazar ne réside pas dans son nouveau système cabalistique, mais dans son éthique. Il montre une grandeur d'âme et une piété voisins de l'ascèse. Bien que gravement tenté par le destin, il inculque la gaieté, de la patience et l'amour pour l'humanité.

Travaux Cabalistiques .

Les oeuvres mystique sont: (1) "El Yir'at," encore existante à la main dans la Bibliothèque du Vatican, contenant mystique commentaires sur le Psaume lxvii., Sur la Menorah, et sur Sefirat ha-'Omer. (2) "Sefer ha-Kabod," mystique explications de divers passages de la Bible (Neubauer, "Cat. Bodl. Hebr. MSS." N ° 1566, 1).
(3) "Yayin ha-Reḳaḥ,« mystique des commentaires sur la Meguila. Ces Ruth et sur le Cantique des Cantiques ont été publiés à Lublin, 1608. (4) Un commentaire sur le Psaume CXLV. (MS. De Rossi No. 1138). (Mme De Rossi n ° 1138). (5) Un commentaire sur les prières mentionnés par Joseph Delmedigo dans son "Maẓref la-Ḥokmah» (p. 14b). (6) "Ta'ame nous Sodot-ha-Tefillah" (Neubauer, ib. No.1575.) (7) "Perush al Yeẓirah Sefer», un commentaire sur la "Yeẓirah", dans des extraits de Shabbethai Donnolo de la Commission. Fragments de ces travaux ont été publié pour la première fois à Mantoue en 1562, plus tard dans plusieurs autres endroits, une édition a été imprimée à Przemysl, 1889. (8) "Midrash nous-Perush al ha-Torah», cabalistiques commentaire sur le Pentateuque, citée par Azulai. (9) "Sha'are Binah," dans lequel, l'interprétation de versets bibliques par le système de gemaṭriyyot, il montre l'origine de nombreux haggadot du Talmud. Ce travail est souvent cité par al-Salomon Ḳabiẓ, dans son "Manot ha-Lewi. (10) "Shi'ur Ḳomah," un commentaire sur la "Shi'ur Komah", la "Pirḳe-rabbi Yishma'el,» et le «Merkabah» (Mme Michael). (11) "Sefer ha-Ḥokmah," cabalistiques traité sur les différents noms de Dieu et des anges, ainsi que sur les soixante dix à trois "Portes de la Torah" . (12) "Sefer ha-Shem," mystique mémoires sur les noms de vingt-deux lettres, avec un tableau de permutations (Neubauer, ib. N ° 1569, 4). (13) "Eser Shemot," commentaire sur les dix noms de Dieu (Mme Michael, n ° 175). (14) Un commentaire sur le piyyuṭ "Ha-Oḥez." (15) Six petits traités cabalistiques intitulé "Sod ha-Ziwwug", "Sefer ha-Ne'elam", "Sefer Mal'akim", "Sefer Tagim", "Sefer Pesaḳ» et «Sefer ha-Ḳolot," tous les qui sont encore existantes à la main (Neubauer, ib. n ° 1566). (16) "Liḳḳuṭim," fragments cabalistiques, citée par Recanate. (17) "Sode Raza," un traité sur les mystères de la cabale, en particulier sur le «Merkabah». Une partie de ce travail a été publié à Amsterdam en 1701, sous le titre "Razi'el Sefer ha-Gadol." Dans l'introduction l'éditeur dit qu'il a décidé de publier ce livre après avoir vu que la plus grande partie de celui-ci a été produit en français sous le titre "Images des lettres de l'alphabet."
jewishencyclopedia


Lire : CABALE ET CYBERNETIQUE
REFLEXIONS ACTUELLES SUR LE GOLEM

Par Monique Lise Cohen

Moshé Idel commentant Eléazar de Worms (4), un cabaliste allemand du XIIIème siècle, à qui l’on attribue également la fabrication du Golem, écrit à propos de la création d’un homme artificiel :
« L’opérateur est censé créer une figure ou un corps à partir de la poussière : cette forme est appelée Golem… L’opération qui consiste à prononcer les lettres de l’alphabet ne commence qu’après le modelage de la forme humaine… Le premier stade de la création par permutation est relié à la combinaison des lettres de l’alphabet ; l’opérateur crée 231 combinaisons de lettres correspondant à autant de portails. On voit donc que dès cette étape, les lettres sont mises en relation avec les membres
du corps. L’opérateur se conforme aux directives du Sefer Yetsirah et il associe les lettres des membres avec toutes les autres lettes de l’alphabet. » Dans un autre écrit, toujours cité par Idel,Eléazar de Worms explique que c’est la force créatrice des combinaisons de lettres qui permit à Dieu de créer le monde et qui permet à l’homme de créer un être artificiel. Eleazar nomme une seconde étape où les lettres correspondant aux membres du corps sont combinées avec les lettres du Nom divin et prononcées avec six timbres vocaliques.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés