Plan general : famous jews

RABBI AMNON DE MAYENCE


HISTOIRE
BIO
Sefer Or Zarua
KIPPOUR
Eliezer




Ountaneh-Tokef






La prière "Ountaneh-Tokef", la prière la plus solennelle de Roch Hachana et de Yom Kippour est récitée dans toutes les synagogues du monde entier et le courage de Rabbi Amnon l'auteur inoubliable de cette prière nous sert d'exemple à nous tous.


Il y a près de mille ans de cela, en 4773 (1013), un très grand homme vivait dans la ville de Mayence. Son nom était Rabbi Amnon. C'était un grand érudit très pieux. Les juifs autant que les non juifs l'aimaient et le respectaient. Son nom était connu partout. Même le Duc de Hesse, le gouverneur du pays, admirait et respectait le rabbin à cause de sa sagesse, de son érudition et de sa piété. Souvent, il était invité au palais du Duc pour donner des conseils en matière de politique et de gestion de l'Etat.
Rabbi Amnon n'acceptait jamais de récompense pour les services rendus au Duc ou à l'Etat. De temps en temps, le rabbin demandait au Duc d'alléger la situation des juifs dans le duché de Hesse, d'abolir des décrets ou des restrictions auxquels étaient soumis les Juifs à cette époque et de leur donner la possibilité de vivre en paix et en sécurité. C'était là la seule faveur que le rabbin eût jamais demandée au Duc et celui-ci ne refusa jamais. C'est ainsi que Rabbi Amnon et ses coreligionnaires vécurent dans de bonnes conditions pendant de nombreuses années.
Mais, les autres hommes d'Etat qui entouraient le Duc , étaient jaloux du rabbin. Le plus envieux de tous était le secrétaire du Duc qui souffrait de voir avec quel honneur et quel respect le rabbin était traité par son maître et qu'une grande amitié se développait entre le Juif et le Duc .
Il commença à chercher les moyens de discréditer Rabbi Amnon aux yeux de son maître. Un jour, le secrétaire dit au Duc :
"Sire, pourquoi ne persuadez-vous pas Rabbi Amnon de devenir chrétien comme nous ? Je suis sûr qu'il abandonnerait sa foi et embrasserait la nôtre, en égard aux honneurs et aux faveurs dont il jouit à votre Cour". Le Duc pensa que ce n'était pas une mauvaise idée. Le lendemain, lorsque Rabbi Amnon vint au palais, le Duc lui tint les propos suivants: "Mon cher ami, Rabbi Amnon, je connais ta loyauté et sais que tu m'as rendu service avec dévouement pendant de nombreuses années. Je voudrais maintenant te demander une faveur personnelle. Abandonne ta religion et deviens chrétien comme moi. Si tu acceptes, tu deviendras l'homme le plus important de mon état, tu seras comblé d'honneurs et de richesses comme aucun autre homme dans mon Etat ;enfin, tu seras l'homme le plus puissant, de mon duché... " Le rabbin pâlit. Pendant quelques minutes il ne put trouver de mots pour répondre, mais finalement il se ressaisit et répliqua :"Sire, pendant de nombreuses années je vous ai servi loyalement et le fait d'être Juif n'a en rien porté atteinte à mon dévouement envers vous ou l'Etat. Au contraire, ma religion me commande de me dévouer loyalement au service du pays où j'habite. Je suis prêt à sacrifier pour vous et pour votre duché tout ce que je possède, même ma vie. Cependant, il y a une chose que je ne peux pas abandonner : c'est ma foi. Je suis attaché à ma religion, la religion de mes ancêtres, par une alliance indissoluble. Voudriez vous, Majesté, que je trahisse mon peuple et mon Dieu? Accepteriez-vous à votre service un homme ne respectant ni sa religion ni les liens les plus sacrés qui existent ? Si je trahis mon Dieu, pourriez-vous jamais avoir confiance en moi sans soupçonner qu'un jour je vous trahirais aussi ?.
Je suis sûr, Majesté, que cela n'est pas votre intention et votre proposition n'est qu'une plaisanterie. "
"Ah, non, pas du tout... " dit le Duc , bien que sur un ton moins certain, car au fond de son cœur, la réponse du rabbin lui plaisait. Celui-ci eut l'impression que cette discussion était finie, mais en arrivant au palais le lendemain, le Duc renouvela sa demande. Le rabbin, très malheureux, évitait désormais le palais et ne s'y rendait que dans des cas absolument nécessaires.
Le Duc perdit patience en voyant l'opiniâtreté du Juif et un beau jour, il lui donna à choisir carrément ou de se convertir au christianisme ou de supporter toutes les conséquences relatives à son refus.
Le Duc insista pour obtenir la réponse sur-le-champ mais Rabbi Amnon lui demanda trois jours de réflexion.
A peine eut-il quitté le palais, que Rabbi Amnon se rendit compte du grand péché qu'il venait de commettre. "Mon Dieu, qu'ai-je fait, se dit-il en lui-même. "Manquerais je de foi et de courage en sollicitant trois jours de réflexion? Une seule réponse est possible. Comment ai-je pu faire preuve, même un seul instant, d'une telle faiblesse? 0 Dieu, pardonne-moi."

Il arriva chez lui le cœur brisé. Il s'enferma dans sa chambre et passa trois jours en prières et en supplications, demandant à Dieu de lui pardonner l'hésitation dont il avait fait montre pendant un petit instant. Le troisième jour, il refusa de se rendre au palais malgré les invitations du Duc. Le Duc se fâcha et donna l'ordre de l'amener de force devant lui. Le Duc eut de la peine à le reconnaître, tant celui-ci avait changé ces trois derniers jours.
Le Duc , chassant tout sentiment de sympathie qu'il pouvait encore éprouver pour son ancien ami, lui lança des paroles impitoyables. "Et tu oses désobéir à mes ordres ! Pour quelle raison ne t'es-tu pas présenté à temps pour me rendre la réponse ? J'espère pour toi que tu as décidé de donner suite à ma demande, car autrement, il t'en cuira... " Bien que souffrant physiquement, la lucidité du rabbin n'avait pas diminué.
"Sire", répondit-il avec courage, "il n'existe qu'une seule réponse : je resterai un Juif loyal aussi longtemps que je vivrai. Ma langue qui a failli mérite d'être coupée".
Le Duc , hors de lui, ne put retenir sa colère. "La question n'est plus maintenant ta conversion au christianisme. Tu as désobéi à mes ordres en ne venant pas m'apporter la réponse et tu seras puni d'abord à cause de cela..."
"Sire ", lui répliqua le rabbin, "en demandant trois jours de réflexion, j'ai commis un grave péché envers Dieu".
Ces paroles courageuses mirent le Duc encore plus en colère. "En ce qui concerne tes péchés envers Dieu, qu'il te les fasse payer. Moi, je te punirai pour ne pas avoir donné suite à mes ordres. Ce sont tes pieds qui ont commis la faute, car ils ne t'ont pas mené chez moi. Par conséquent, tu auras les pieds coupés".
Il lui fit couper un par les orteils de ses pieds et les doigts des mains, et entre chaque geste, on lui redemandait d'accepter de se convertir.
Donnant à peine signe de vie, gisant dans un brancard sur lequel on avait jeté ses doigts, le corps de Rabbi Amnon fut renvoyé à sa malheureuse famille. La nouvelle concernant le terrible sort du rabbin se répandit dans toute la ville. Tout le monde était horrifié et peiné.
Quelques jours plus tard, le jour de Roch Hachana, Rabbi Amnon demanda d'être emmené à la synagogue. A sa demande, on le plaça en face de l'Arche Sainte.
Tous les fidèles, hommes, femmes et enfants pleuraient à chaudes larmes en voyant l'agonie de leur cher rabbin et jamais prières plus déchirantes ne furent offertes qu'en ce jour de Roch Hachana.
Lorsque le 'Hazan se mit à réciter la prière de Moussaf, Rabbi Amnon fit signe d'arrêter un instant la prière pour lui permettre d'en dire une spéciale. Un silence absolu régna dans la synagogue et Rabbi Amnon commença à proclamer "Ountaneh Tokef". La congrégation reprit chaque mot et leur prière s'intensifia avec Alénou. En arrivant aux mots "Il est notre Dieu. Notre Dieu unique", Rabbi Amnon les prononça à haute voix avec ses dernières forces, puis il décéda.
Trois jours plus tard, Rabbi Amnon apparut en rêve à Rabbi Kalonymos fils e Rabbi Mechoulam fils de Rabbi Kalonymos fils de Rabbi Moché, fils de Rabbi Kalonymos, et lui enseigna les paroles de sa prière "Ountaneh-Tokef" pour qu'elle soit proclamée lors des offices des Jours redoutables.
Récit du Or Zaroua, qui le rapporte d'après un manuscrit de Rabbi Efraïm de Bonn, (né 1132 à Bonn).
La prière "Ountaneh-Tokef", la prière la plus solennelle de Roch Hachana et de Yom Kippour est récitée dans toutes les synagogues du monde entier et le courage de Rabbi Amnon l'auteur inoubliable de cette prière nous sert d'exemple à nous tous. beth rivka


L’Université hébraïque de Jérusalem a récemment donné le coup d’envoi au Groupe de recherches pluridisciplinaire “Scholion” placé sous l’égide de l’Institut Mandel d’études juives. Deux journées d’étude autour du concept “Ounetaneh toqef”, début et titre d’un poème liturgique récité dans les communautés achkenazes durant le moussaf (“prière supplémentaire”) de Roch Hachana et de Yom Kippour. Une version manuscrite ancienne de Ounetaneh toqef découvert dans la Gueniza du Caire et datant du début du IXe siècle est liée au jugement prononcé par Dieu pendant les dix jours de pénitence qui précèdent Kippour et scellé le jour de Kippour. Selon une tradition juive médiévale, ce poème liturgique fut récité pour la première fois par rabbi Amnon de Mayence, martyr qui fut atrocement torturé sur l’ordre de l’archevêque local après avoir refusé de se convertir au christianisme. Transporté à la synagogue le jour de Roch Hachana, le rabbin entonna ce poème en expirant. Ce texte est depuis la guerre de Kippour adopté par les kibboutsim laïques d’Israël qui ont perdu leurs fils pendant les durs combats de cette guerre. jafi


Le Grand Rabbin René Hirschler
... Le seigneur (féodal) comprend, le juif a tenu
Il le fait quérir par ses hommes d'armes,
Il jouit de sa douleur, de ses larmes;
Le juif gisant à terre, l'oeil hagard,
Le seigneur le terrasse du regard.
Le juif va parler, ses yeux sont de flammes,
Il murmure : "Bénis Dieu, ô mon âme".

Pour sa foi Amnon a souffert supplice
C'est aujourd'hui le grand jour de justice
Il est au temple, il sens qu'il va mourir
Son corps reste calme, près de périr
Sa voix se réveille :
"Frères, mes Frères, trêve à vos larmes
Toujours Israël est en alarmes.
Dieu jugera, notre Dieu est puissant.
Chantez-le donc, que ma mort soit un chant.

Disons la sainteté du jour sublime
Où Dieu tira le monde de l'abîme.
Disons la grandeur de ce jour terrible
Où juge notre Dieu l'incorruptible
"Ounetané tokef kedoushass hayom
ki hou noro veoyom".
Et cependant que le martyr chantait
L'ange de la mort surpris l'écoutait.
Un mot, le dernier, emporta son âme.
Amnon avait vécu - telle une flamme.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés