Plan general : famous jews

PAUL EHRLICH


PRIX NOBEL 1908
BIO
FILM
PORTRAIT
INSTITUT
NANOTECHNOLOGIES

Bactériologiste allemand, lauréat du prix Nobel, connu pour ses études sur le système immunitaire et pour la mise au point du traitement de la syphilis.

(1854-1915)

Connu pour ses travaux pionniers en hématologie, immunologie et chimiothérapie, Paul Ehrlich naît le 14 mars 1854 à Strehlen, en Silésie (aujourd'hui Strzelin, Pologne). Il étudie successivement aux universités de Breslau, Strasbourg et Leipzig, où il obtient en 1878 un doctorat en médecine, suite à une thèse sur la théorie et la pratique de la coloration des tissus animaux. La même année, Ehrlich est engagé à la Clinique médicale de Berlin qui lui offre la possibilité de poursuivre ses travaux sur les colorants. Il montre que ceux-ci peuvent être classés en trois catégories (acide, basique et neutre) et met en évidence leurs différences d'affinité en fonction des tissus (bleu de méthylène pour le tissu nerveux, etc.). En 1882, il découvre une méthode de coloration – devenue classique depuis – du bacille de Koch, responsable de la tuberculose. L'un de ses ouvrages les plus importants, "Das Sauerstoffbedürfnis des Organismus" (1885), sur les besoins en oxygène de l'organisme, vaut à Paul Ehrlich d'être nommé professeur à la faculté de médecine de l'université de Berlin. Mais, ironie du sort, la tuberculose l'interrompt bientôt dans ses recherches. Malade, il part en cure en Egypte et ne reviendra à Berlin qu'en 1889.

Après quelques temps passés dans un laboratoire privé, Paul Ehrlich rejoint l'Institut Robert Koch puis l'Institut de contrôle des sérums; désormais, il se concentre sur les problèmes d'immunité. Il développe ainsi une théorie de la réaction immunitaire faisant intervenir les chaînes latérales, des récepteurs présents à la surface des cellules et qui ne se lient qu'à certains groupes chimiques des toxines. Un organisme affecté par une toxine produit ainsi une grande quantité de chaînes latérales, constituant une réaction qui le prévient d'une prochaine infection. Ces travaux trouvent une application importante dans la mise au point par Ehrlich d'une méthode de standardisation des sérums antidiphtériques, inspirée par la découverte de l'antitoxine diphtérique d'Emil von Behring.

Dans les années qui suivent, Ehrlich prend successivement la tête de l'Institut de thérapeutique expérimentale de Francfort puis celle de l'Institut Georg Speyerhaus. Ces deux postes marquent le début d'une nouvelle étape dans l'œuvre diversifiée du biologiste allemand: celle de la naissance de la chimiothérapie. Ayant constaté les limites de la sérothérapie, Ehrlich se met à rechercher des substances qui pourrait spécifiquement s'attaquer à des organismes pathogènes sans porter atteinte à l'homme. C'est ainsi qu'il développe en 1909 un traitement de la syphilis à base d'arsenic, appelé Salvarsan ou 606, par la suite amélioré et renommé Neosalvarsan ou 912. Cette découverte apporte une reconnaissance mondiale au scientifique, déjà auréolé d'un Prix Nobel de médecine attribué en 1908, en partage avec le Russe Elie Metchnikov, pour ses travaux sur la biochimie de l'immunité. Après une première attaque cardiaque en 1914, Ehrlich décèdera suite à un second infarctus l'année suivante.cartage

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés