Plan general : famous jews

YEHUDA HALEVI

Y. HALEVI
PORTRAIT
R HAYOUN
KUZARI
MOPSIK
MANITOU
ETUDE
fiche
PORTRAIT



"Mon coeur est en orient et je suis à l'extrémité
De l'occident
Comment pourrais-je goûter mes aliments
Et les savourer?
Mais, pourrai-je accomplir mes voeux et mes serments?
Sion est dans le servage d'Edom
Et je suis moi-même esclave des Arabes.
Quant au bien-être de Séfarad, qu'il me serait
Facile d'y renoncer!
Si ardent est mon désir de contempler
Les poussières du sanctuaire dévaste. "
sefarad

"Le divin ne s'empare de l'homme que selon son degré de préparation a le recevoir; s'est il peu prépare, il reçoit peu; s'est il beaucoup prépare, il reçoit beaucoup"

Apologie de la religion méprisée : tel est le sous-titre, puissamment évocateur, du Livre du Kuzari, aujourd’hui entièrement retraduit en français par Charles Touati. Essai philosophique aux structures dialogiques, composé par le poète, philologue et théologien Juda Hallévi (1075 ?-1141), ce texte invite le lecteur à explorer jusqu’en leurs moindres recoins les mystères comme les trésors de la Loi divine.
Le Kuzari est un ouvrage qui en contient des milliers d’autres ; en 1’abordant, on ne peut s’empêcher de songer à ces littérateurs, tels Mallarmé, Flaubert, Kafka, qui brûlèrent d’écrire une sorte de livre des livres, ou encore au projet d’un Rabbi Menahem Mendel (1787-1859), le Juste de Kotsk, cloîtré durant deux décennies dans une chambre à l’intérieur de laquelle il s’ingénia à composer un Sefer ha Adam, ce Livre de l’Homme censé poser toutes les questions du monde pour enfin y répondre. Seule restriction : la longueur du texte ne devait pas dépasser une page. C’est ainsi que cette feuille – « feu-œil », comme le disait Jabès – ne nous parvint jamais.
L’intention de Juda Hallévi, dans Le Kuzari, recèle également quelque chose de cet extraordinaire héroïsme intellectuel. Elle procède de ce désir d’appréhension frontale des énigmes de l’Écrit comme de l’Histoire, d’une croyance d’airain en la nécessité du conflit dialectique mais, surtout, du refus de comprendre la magnificence passée d’Israël comme figée dans le temps pour, au contraire, y déceler les prémisses de la consolation du peuple auquel Dieu S’est révélé. Plus tard, beaucoup plus tard, le Maharal de Prague réactualisera cette lecture, qui trouvera enfin son aboutissement le plus flagrant dans la doctrine du Rav Abraham Isaac Kook, premier théoricien du sionisme religieuxverdier

1075-1141. Originaire d’Espagne (Tolède). Rabbin, philosophe, poète et médecin, il est considéré comme l’un des plus grands poètes du judaïsme sépharade et détient une place similaire en tant que philosophe. Parmi ses œuvres, on note une quantité d’élégies et de poésies recueillies dans plusieurs ouvrages publiés après sa mort. Il a chanté l’amour, la nature, l’amitié mais surtout les aspirations religieuses et nationales, dans les Sionides. Plusieurs de ses piyyoutim font partie de la liturgie dont l’Hymne à la Création chantée à Yom Kippour. Ses perspectives philo-sophiques sont exprimées dans son ouvrage, le Kouzari (Le Khazar) qui vise à établir, à travers des dialogues avec des représentants des religions révélées et un philosophe, menés devant le roi des Khazars, la prééminence du judaïsme. L’exil aurait pour objectif la purification qui précède le retour en terre d’Israël et le salut du monde.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés