Plan general : famous jews

MARIN KARMITZ


FILMOGRAPHIE
MK2
PORTRAIT
BIO
ART
ENTRETIEN



"Il faut remettre le cinéma dans la vie, le faire discuter avec les autres arts "

"Le rapport entre le centre et la marge est fondamental. Je suis quelqu’un de la marge, c’est là qu’on peut créer."

"Mettre en scène, c'est être capable d'intérioriser une réalité."

"Putôt que le terme de patron, qui manque de complexité, je préfère ceux d'éditeur et de marchand : le premier aide à naître, le second à vivre."

"Ne pas transmettre ses expériences, c'est castrer l'avenir."

"Le grand talent accepte les critiques."





C'est en raison de la politique antisémite de Antonescu que la famille juive de Marin Karmitz s'exile à Nice alors qu'il a neuf ans. Il y suit sa scolarité et, après son bac, entre à l'IDHEC. Il échoue au concours de metteur en scène mais réussit celui de chef opérateur.
Il travaille bientôt avec Pierre Kaast, Agnès Varda et Jean-Luc Godard. Souhaitant réaliser ses propres films, il crée sa propre maison de production et finance des courts métrages : il réalise alors 'Nuit noire, Calcutta' et 'Comédie'. Après mai 1968, Marin Karmitz délaisse ses recherches formelles pour 'Camarades', l'histoire de la prise de conscience politique d'un ouvrier, puis pour 'Coup pour coup', film pour lequel il est confronté à un problème de diffusion.
C'est la raison qui le pousse à devenir exploitant et à ouvrir, le 1er mai 1974, le premier cinéma 14 juillet à Bastille. Cette activité ne l'empêche pas de relancer ses activités de producteur, métier pour lequel il est bientôt reconnu. Son combat contre les multiplexes, puis contre la carte de réduction cinéma n'aboutissent pas mais font de lui le hérault des professionnels.evene

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés