Plan general : famous jews

ABRAHAM YEHOSHUA


PORTRAIT
ARTICLE
RETOUR
AKADEM
LE PRIX ISRAEL
LIRE







"En fait, les Palestiniens qui s’obstinent dans ce droit au retour absurde ne veulent pas la paix mais la justice. Comme Michael Kohlhaas, le héros de von Kleist, ils sont prêts à anéantir la région pourvu qu’apparaisse la justice absolue (selon leur conception). Mais comme dit le merveilleux poète israélien Yéhouda Amihaï, décédé l’an dernier, dans un lieu où l’on exige de faire régner à tout prix la justice, jamais ne fleuriront les fleurs."

A. B. Yehoshua ou Avraham 'Boolie' Yehoshua, né en 1936 à Jérusalem, est l’un des chefs de file de la littérature israélienne contemporaine.

Il appartient à la cinquième génération de Juifs sépharades installés en Israël. Après des études à l’Université hébraïque de Jérusalem, il démarre une carrière d’enseignant. De 1963 à 1967, il réside à Paris. Il rejoint l'Université de Haïfa en 1972.

Avraham B. Yehoshua a embrassé une carrière d'écrivain dès la fin de son service militaire dans les rangs de Tsahal. Il s'est également engagé en faveur du processus de paix israélo-palestinien et a participé à l'Initiative de Genève. Il a remporté de nombreuses récompenses littéraires dont le Prix Bialik et le Prix Israël et ses livres sont traduits en 28 langues.

"Si lon me demandait dexpliquer en une seule phrase ce que sont pour moi les éléments didentité de la génération de lEtat, je dirais que cest "lidentité israélienne qui englobe la totalité de lidentité juive". En effet, si lon me demande dexaminer mon oeuvre dans son ensemble, depuis "La mort du vieillard", ma première nouvelle, surréaliste et parfaitement agnonesque*, publiée en 1957, et jusquau dernier roman publié quarante ans plus tard Massa el tom haélef (Voyage vers lAn mil), je sens quen dépit de la grande différence entre le point de départ et celui darrivée (qui, je lespère, nest que provisoire), il est possible dexaminer le parcours entre ces deux oeuvres comme un développement organique. Il est vrai quil aurait été difficile dimaginer que lécriture amorphe, abstraite, détachée du temps et du lieu qui est celle de "La mort du vieillard" évoluerait vers le texte dense et très concret par lequel est évoqué le monde juif du haut Moyen-Age européen vivant en dehors de tout contact avec Erets-Israël. Cependant, il me semble que si lon examine attentivement le point de départ, lévolution napparaît pas comme totalement inattendue."

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés