Plan general : famous jews

MENAHEM BEGIN

PRIX NOBEL 1978
CENTRE
ISRAEL
IRGUN SITE
JAFI
UNIVERSALIS
ENFANT
SHALOM
SADATE


Menahem Volfovitz Begin (en hébreu : מנחם בגין) (né le 16 août 1913 à Brest-Litovsk - mort le 9 mars 1992 à Jérusalem) homme politique israélien. Il devint le septième Premier ministre d'Israël de mai 1977 à août 1983.


Étudiant en droit, il épouse très jeune la cause du sionisme. En 1938, il devient le chef du Bétar, une l'organisation de jeunesse sioniste. Arrivé en 1942 en Palestine, il se lance aussitôt dans la lutte armée à la tête de l'Irgoun, l'armée secrète de libération de la Palestine. Il s'oppose à la fois aux occupants britanniques et à David Ben Gourion (le futur président de l'Etat hébreu) par laviolence de son engagement nationaliste. Il fonde le Likoud en 1973 et remporte, à la tête duparti, une victoire historique lors des élections de 1977. C'est la première fois qu'une coalition de droite prend le pouvoir en Israël. En tant que Premier ministre, il mène les premières négociations de paix avec l'Égypte, qui conduiront aux accords de Camp David (1978) et au retrait israélien du Sinaï. Ses actions en faveur de la paix lui valent de partager le prix Nobel de la paix avec le président égyptien Anouar El-Sadate. Mais parallèlement, il est de ceux qui encouragent les implantations juives dans les territoires occupés par Israël depuis 1967. Enjuin 1982, il déclenche l'intervention israélienne au Liban. Malgré sa victoire électorale de 1981, il démissionne en août 1983 de toutes ses fonctions. Il meurt à Tel-Aviv en 1992.evene



Le temps de la paix
Les accords de Camp David (1978) akadem
Le 17 septembre 1978, le président des Etats-Unis, James Carter, signe avec le président égyptien Anouar El Sadate et le premier ministre israélien Menahem Begin, deux accords cadre.
Le premier fixe un cadre de la paix au Proche-Orient confiant le sort de la Cisjordanie et de Gaza à des négociations égypto-israélo-jordano-palestiniennes devant déboucher sur une autonomie transitoire. Il ne sera jamais appliqué.
Le second accord permet à l’Egypte de récupérer le Sinaï en 1982.



Un premier accord cadre
• Le premier accord fixait un cadre pour la paix au Proche-Orient et comportait trois parties : la première qui devait poser les principes des futures négociations sur le sort de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza, aurait dû déboucher sur une autonomie transitoire de cette nouvelle entité, dans le respect de la Résolution 242 (1967). Elle a été jugée moins claire que le second accord et fut plus tard interprétée différemment par Israël, l'Égypte et les États-Unis. Elle ne sera ainsi jamais appliquée.
• La seconde partie était un préambule au second accord, concernant les relations diplomatiques entretenues entre Israël et l'Égypte. La troisième partie déclarait certains principes qui auraient dû s'appliquer aux relations entre Israël et les autres pays arabes. Elle resta lettre morte.


La récupération du Sinaï
• Le second accord concernait la conclusion d’un traité de paix entre les deux pays dans les six mois suivants. Celui-ci est signé le 26 mars 1979 à Washington et permet à l’Égypte de récupérer le Sinaï en 1982 après le retrait complet de l'armée israélienne et le démantèlement de certaines implantations juives comme à Yamit.
• En contrepartie, Israël obtient une normalisation des relations diplomatiques israélo-égyptiennes et des garanties sur la liberté de circulation sur les voies d'eau du canal de Suez et du détroit de Tiran. 
L'accord concernait également les forces militaires, que chacun des pays était disposé à ne plus rassembler près de la frontière. Israël offre également une garantie de libre passage de l'Égypte vers la Jordanie. Les accords et le traité de paix sont accompagnés de lettres de compréhension mutuelle des Américains, des Égyptiens et des Israéliens.


Prix Nobel de la paix
• Menahem Begin et Anouar el-Sadate reçoivent le Prix Nobel de la paix en 1978. Néanmoins, on reproche à Sadate de ne pas avoir obtenu de concessions israéliennes sur la reconnaissance des droits des Palestiniens à l'autodétermination. La haine est entretenue jusqu'à entraîner l'assassinat de Sadate en 1981. L'Égypte est également exclue de la Ligue arabe de 1979 à 1989.
• Les Accords de Camp David ont démontré aux pays arabes, qu'il était possible de négocier avec Israël. La Conférence de Madrid de 1991, les Accords d'Oslo de 1993 et plus tard le sommet de Camp David II en 2000 n'auraient probablement jamais eu lieu sans ce précédent.






Menahem Begin - La révolte pour la paix  sur  jcpa-lecape.org


Paris, hiver 1948. Un petit homme aux allures de professeur se dirige vers l’hôtel Royal Monceau. Il pénètre dans la grande salle où se réunissent des membres de la Résistance juive. Tous se lèvent pour saluer avec déférence le nouveau venu. Celui-ci incline la tête et invite l’assistance à se rasseoir. On peut  s’étonner de l’autorité qui se dégage de lui, car rien dans son apparence ne révèle le meneur d’hommes. De temps à autre, il rajuste des lunettes rondes aux épais verres de myope, qui lui glissent sur le nez. Une grosse moustache noire rend encore plus proéminente sa lèvre supérieure et accentue la pâleur de son teint.
L’homme se lève de son siège, et le silence plane sur la salle. Dés qu’il prend la parole, d’une voix chaude bien timbrée aux accents chantants, il impressionne ses auditeurs qui réalisent maintenant toute l’importance de cet homme. Son nom est Menahem Begin.
Il est né le lundi 16 août 1913 à Brest-Litovsk, en Russie. La sage- femme qui le mettra au monde était… la grand-mère d’Ariel Sharon…L’enfant mince et fragile grandira dans un cadre modeste et étudiera la Thora, comme tous les juifs de l’Est de l’époque. A l’age de 13 ans, il prononce son premier discours en hébreu et révèle son grand talent d’orateur. Il adorait les mots, conscient que les phrases justes et bien prononcées possèdent un pouvoir extraordinaire, magique. Son éducation a été imprégnée ....




Aucun commentaire:

Messages les plus consultés