Plan general : famous jews

BERURIAH




BIO
HISTOIRE
ETUDE
FEMME
MYSTIQUE









L’épouse de Rabbi Meir
hasarda ces mots : « En ce moment,
Meïr, un noir chagrin m’accable, me torture,
J’ai besoin d’un conseil, toi, forte créature,
Toi l’homme de raison. Rabbi, donne-le-moi.
– Parle. – Voici, dit-elle, étouffant son émoi.
Un inconnu, jadis, entre mes mains candides,
Remit, dépôt sacré, deux diamants splendides
Et partit confiant. Dix ans se sont passés
Et les deux diamants, admirés, caressés,
Ont jeté dans mon coeur leur rayon pur et tendre.
Je pensais que jamais je n’aurais à les rendre
Et les croyais à moi dans mon naïf amour.
Mais hélas, l’inconnu tout à coup de retour
Réclame ses joyaux et... j’hésite... Mon maître,
Ces diamants chéris, faut-il les lui remettre ?
– Rends-les, rends-les, cria Rabbi stupéfié,
On ne doit pas ravir le dépôt confié. »
La courageuse mère lui dit alors : « Regarde »,
Découvrant ses fils morts, diamants à sa garde :
« Regarde sur ce lit, mon époux bien-aimé,
J’ai rendu le dépôt que Dieu m’a réclamé. »
Georges de PORTO RICHE


Beruriah (? -170)

Ce n'est pas très souvent que l'on trouve le nom d'une femme mentionnée dans le Talmud. C'est le nom des grands Tannaim et Amoraim, les enseignants de notre peuple, que l'on trouve habituellement dans le Talmud.De temps à autre, toutefois, nous avons rencontré une grande femme juive dont la sagesse, la piété, nous inspire. L'une des plus grandes de ces femmes est Beruriah.

Beruriah vécu environ une centaine d annee après la destruction du deuxième Beth Hamikdash, soit environ mille huit cents ans auparavant. Il n'est pas surprenant qu'elle était un de ces sages , car elle était la fille du grand rabbin Chananiah ben Teradion, qui fut l'un des "Dix martyrs" que les Romains ont tués car il propageait les enseignements de la Torah chez les Juifs .

Beruriah n'était pas seulement la fille d'un grand homme mais aussi la femme d'un aussi grand Sage, le saint Rabbi Meir l'un des plus importants maîtres de la Mishna.


Le Talmud nous raconte beaucoup d'histoires à propos Beruriah. Contrairement à d'autres femmes, elle a étudié trois cents questions relatives à "Halachah" (loi juive) tous les jours, ce qui serait tout à fait une prouesse pour un homme érudit qui a passé tout son temps à étudier. Par exemple, les sages avaient des opinions différentes sur la loi de la propreté et a demande a Beruriah son avis. Rabbi Juda debat avec elle et reconnaît son autorité.

Il ya eu un autre cas où il y avait un différend entre Beruriah et son frère. Rabbi Siméon ben Teradion L'une des plus grandes autorités a été demandé de juger le cas et il a dit: "Rabbi Chananiah la fille Beruriah est plus savant que son fils, le rabbin Simon."

Beruriah était très versés dans les Saintes Écritures et pourrait citer d'eux avec aisance. Pour illustrer ce que son personnage était comme on nous dit ce qui suit dans le Talmud:

Beruriah avait une sœur qui a été épargnée par les Romains et emmenés à la ville d'Antioche, où ils voulaient la contraindre à vivre une vie de la honte. Elle a exhorté son mari, le rabbin Meir, de prendre le grand risque d'aller à Antioche et à sauver sa sœur. Non seulement le rabbin Meir reussit a la libérer , mais il a également effectué une enquête et a réussi à obtenir des témoins, prouvant que sa belle-sœur était restée pure, ce qui, naturellement, est très important pour son avenir. Il était nécessaire que tous devaient fuir la Terre Sainte.Beruriah fuit avec son mari en Babylonie pour partager son exil avec lui.

Une autre histoire montrant le fin caractere de Beruriah est celui racontant qu'ils avaient des voisins qui étaient des gens méchants, ces voyous, ennuyaient rabbi Meir continuellement . Dans sa colère rabbi Meir une fois a prié pour que Dieu le débarrasse de ces méchants parasites. Beruriah lui dit doucement: "Le Psalmiste dit:" Que disparaissent les péchés de la terre. " Vous voyez, le mot est péchés, et non pas des pécheurs. Il faut prier pour que le mal disparaisse, alors il n'y aura pas de méchants ".

La plus célèbre et la plus touchante histoire de la piété, la sagesse et le courage de Beruriah est celle de la mort de ses deux fils bien-aimé. C'est arrivé un jour de Sabbat tandis que le rabbin Meir était dans le Beth Hamidrash, une maladie soudaine qui a frappé leurs enfants et sont décédés .

Beruriah les installe dans la chambre à coucher et ne dit mot à personne. Après la tombée de la nuit rabbi Meir rentre et demandé pour ses fils. Beruriah nonchalamment remarque qu'ils étaient sortis. Elle a tranquillement préparé le "Havdalah", la coupe de vin, la lumière et les épices. Elle a également conservé son attention occupé plus tard, alors qu'elle lui a préparé et servi avec le "Melaveh Malkah", le repas du soir avec un Juif qui accompagne le départ de "Reine du Sabbat." Puis, après que rabbin Meir avait fini de manger, Beruriah lui a demandé une réponse au problème suivant:

"Il ya quelque temps, une chose est restée chez moi . Maintenant, le propriétaire est revenu la réclamer. Dois-je le rendre?"

"C'est une question en effet très étrange. Comment peut-on douter du droit du propriétaire de réclamer ce qui lui appartient?" Rabbi Meir s'exclame en s'étonnemnt.

Elle a ensuite dirigé son mari dans la chambre à coucher, où leurs deux fils résident dans leur sommeil éternel. Elle a enlevé les couvertures de leur corps. . Rabbi Meir, voyant ses fils bien-aimé, et réalisant qu'ils ont disparu, a éclaté en pleurs amers.

"Mon cher mari", dit gentiment Beruriah en pleurant "N'avez-vous pas dit il ya un instant que le propriétaire est en droit de réclamer sa propriété? D.ieu a donné et a repris; béni soit le nom de Dieu." chabad



“ Un jour [Berouria], sur un ton de moquerie, exprima son dédain en utilisant le propos (le proverbe) des sages “ les femmes sont irréfléchies ” (Kiddouchin 80 b, Shabat 33 b). Rabbi [Méir] lui a répondu : “ À travers ta vie, tu confirmerais [la certitude de] ces mots. ”
Il donna alors l'ordre à un de ses disciples d’essayer de la séduire. Après plusieurs tentatives, elle a succombé. Quand le fait fut connu de tous, [Berouria] s'est suicidée et Rabbi Méir s'est enfui honteux de son malheur " (Rachi sur l'Avoda zara 18 b). morim

Rabbi Simlai s’est approché de Rabbi Yohanan en lui disant qu’il souhaitait étudier le Sefer Youhasin (le livre de généalogie) et demanda s’il pouvait le faire en trois mois. Le sage a répondu : « Si Berouria épouse de Rabbi Méir, fille de Rabbi Hananyah ben Teradyon, qui étudie quotidiennement avec 300 rabbins, n'a pas terminé (d'étudier) le Sefer Yuhasin en trois ans, comment espères-tu le réussir en 3 mois ? » (Talmud Babli - Pesahim 62 b)


Berouria trouva un élève qui étudiait à voix basse, elle le réprimanda, en disant : « Est-ce qu’il n’est peut-être pas écrit « Bien ordonnée en tout et bien gardée » (Samuel II 23:5) ? Si la Tora est ordonnée dans les 248 organes de ton corps, elle sera sûre (gardée) et sera préservée, et si ce n’est pas le cas, elle ne sera pas gardée, ni préservée » (Erouvin 53 b-54 a).


À une certaine occasion, Rabbi Yose le Galiléen la trouva sur le chemin et il lui demanda « Par où devons-nous voyager afin d'arriver à Lida ? », ce à quoi elle a répondu : « Galiléen idiot ! Les rabbins n'ont-ils pas dit : « Ne parles pas trop avec les femmes » ? (Michnah Avot 1:5, b. Nedarim 20 a) Tu aurais dû demander : « Comment arrive-t-on à Lida ? » « (Erouvin 53b)

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés