Plan general : famous jews

DAVID SARNOFF

BIO
NBC
SITE
LIBRARY
TIME
BREVET


"J’ai en tête un projet qui pourrait faire de la radio un objet domestique comme le
piano ou le phonographe"


1881 – 1971


Né en Russie en 1891, David Sarnoff arrive enfant aux États-Unis avec ses parents et grandit dans les rues du quartier de Hell's Kitchen (Cuisine de l’Enfer) dans le bas Manhattan à New York. Le 30 septembre 1906, American Marconi engage Sarnoff, alors âgé de 15 ans, comme garçon de courses et messager. Deux ans plus tard, il sera le premier opérateur diplômé du "sans fils". Un an plus tard, il dirige une des quatre stations à terre de Marconi.

En 1911, Sarnoff est nommé opérateur et aussi directeur de la station de cinq kilowatts de Marconi sur le toit du grand magasin Wanamaker. Alors qu’il est en poste à l’écoute en 1912, Sarnoff reçoit le message suivant d’un bateau à 1,400 miles de distance: "SOS TITANIC avons heurté un iceberg. Coulons rapidement." Pendant les 72 heures suivantes, il relaiera les messages des survivants à leurs proches avides de nouvelles.

Dès 1916, Sarnoff prévoit l’évolution de la radio. "Je pense", écrit-il dans une note devenue célèbre, "à un schéma de développement qui ferait de la radio, au même titre que le piano ou le phonographe, un instrument d’utilité domestique. L’idée est d’amener la musique dans les foyers par les transmissions sans fils."

Pour la première fois, par cette note "radio music box" de Sarnoff, était émise l’idée d’envoyer des signaux radio à partir d’un émetteur à des milliers de récepteurs. Il pensait que le prix de vente de son poste de radio musical pourrait être de 75 dollars américains.

Quand Sarnoff devint le troisième président de RCA en 1930, la société était déjà sur la voie de l’innovation dans le domaine de l’électronique grand public et des divertissements domestiques. Sarnoff parvint à conserver l’indépendance de RCA par rapport à G.E. et aux autres sociétés et acheta la Victor Company pour en faire sa base de fabrication. Sarnoff voulait faire de RCA le fer de lance de la télévision dès le début des années 1930 et du développement de la télévision en couleur après la deuxième guerre mondiale.

Pour services rendus à la nation pendant la guerre (dont la coordination des communications du "Jour-J"), Sarnoff fut promu Général de brigade de l’armée américaine. Jusqu’à la fin de sa vie, Sarnoff fut alors connu comme "Le Général."
fr thomson


À titre de président de la Radio Corporation of America (RCA) durant les années 30 et les années 40, il joue un rôle important dans le financement du développement de la télévision électronique. En 1926, il fonde NBC, la branche de diffusion radio de RCA. NBC donne lieu à certaines des premières diffusions de la télévision mécanique américaine en 1928 avec des transmissions expérimentales de Félix le chat. Pendant ce temps, Sarnoff encourage Zworykin à continuer de mettre au point un système de télévision entièrement électronique.

Entre 1930 et 1939, sous la direction de Sarnoff, RCA investit plus de 13 millions de dollars dans le développement de la télévision, ce qui constitue un montant stupéfiant pendant la Dépression. Aussi, RCA se retrouve impliquée dans un litige de brevet avec la Farnsworth Television and Radio Corporation qui détient des brevets de télévision essentiels. On prétend que la Federal Radio Commission est manipulée par le cartel des compagnies de la RCA. En achetant les brevets essentiels, la RCA s’assure du monopole de la technologie en radio et en télévision, mais aide simultanément à financer et à encourager l’expérimentation télévisuelle continue à l’extérieur de la RCA. La détermination de Sarnoff garantit que RCA est la compagnie qui va amener la télévision au public américain. Sans la « vision prophétique » de David Sarnoff, la télévision commerciale facilement accessible aurait certainement été d’une nature très différente. mztv


La grande route des ondes

Perla Amiel

«SOS Titanic… avons heurté iceberg… coulons rappidement...» Ce message de détresse, lancé depuis le tragiquement célèbre navire la nuit du 15 avril 1912, changera le destin de David Sarnoff, jeune téllégraphiste et radioamateur qui le capta depuis New York. Etre au bon endroit au bon moment, la providdence semble l’avoir constamment voulu pour celui qui sera le pionnier de la radio commerciale dans les années 20 et le père de la télévision américaine dans les années 30.

Des signaux Morse au téléphonede Bell en passant par la découverte par Hertz des ondes électriques traversant l’espace, la radio nommée TSF (Télégraphie Sans Fil) à ses débuts, fut une invention collective dont on attribue pourtant la paternité en 1895 au célèbre Marconi. Lorsqu’à son tour David Sarnoff empruntera cette “grande route des ondes” comme il l’appelait, ce sera pour lui faire prendre un chemin révolutionnaire. Sa future force de caractère, Sarnoff la forgera dès l’âge de cinq ans dans un h’eder de son shtetl natal en Russie.

Destiné à être rabbin, il étudiera le talmud 15 heures par jour, soumis à une discipline très sévère qui lui servira, dira-t-il, durant toute sa carrière. En 1900, fuyant la pauvreté et l’oppression, les Sarnoff et leurs cinq enfants arrivent à New York où ils vivront dans la misère. Jeune élève brillant, Sarnoff se partage dès 9 ans entre l’école et la livraison de journaux et ouvre un petit kiosque à journaux à 13 ans. Son père tombé malade, Sarnoff tire un trait sur ses études pour devenir soutien de famille à 15 ans. 1906 : attiré par le métier de reporter, il se rend à l’édifice abritant son journal favori le N.Y. Herald. Par erreur ou plutôt guidé par le destin, il se retrouve dans les bureaux de la Commercial Cable Company où il voit pour la première fois un télégraphe électrique.

C’est la révélation. Il se fait engager comme garçon de courses, puis, ayant rapidement assimilé le codemorse, il devient l’un des meilleurs télégraphistes de l’entreprise. La même année, son refus de travailler à Rosh hashana et Kippour lui vaut d’être congédié, mais il est vite réengagé par l’American Marconi Wireless Telegraph Company qui deviendra plus tard la RCA. Les années 1900 sonnent les débuts de la transmission de la voix humaine, les émetteurs deviennent plus puissants et une nouvelle technologie qui passionnera Sarnoff va peu à peu émerger, celle de l’électronique.

Devenu opérateur diplômé du’’sans-fil Marconi’’, il se plonge dans l’ingénierie électrique, alors même qu’il occupe le poste du plus jeune directeur d’une des quatre stations de Marconi. Lorsqu’en 1912 Sarnoff capte le message du Titanic, il est posté dans une des plus puissantes stations de Marconi placée sur le toit d’un grand magasin newyorkais. Il entrera en contact avec le Carpathia qui récupérait les naufragés et durant 72 heures d’affilée, il informera la presse du déroulement du drame. Cette médiatisation de l’événement valut ses lettres de noblesse à la TSF et une reconnaissance immédiate de Marconi pour Sarnoff qui ne cessera dès lors de gravir les échelons. Les deux hommes noueront plus tard une grande amitié.

«Je pense à un modèle de développement qui ferait de la radio, au même titre que le piano ou le phonographe, un instrument d’utilité domestique... L’idée est d’amener la musique dans les foyers par les transmissions sans fil...’’Signée du directeur commercial David Sarnoff et datée de 1916, cette idée d’investissement fait rire ses collègues qui rétorquent : «La boîte à musique sans fil n’a aucune valeur commerciale imaginable. Qui donc accepterait de payer pour recevoir un message qui n’est envoyé à personne en particulier ?» Tenace, Sarnoff récidive en 1919 quand G.E. (General Electric) absorbe la Marconi Company qui devient la RCA. Il impose son concept d’une radio de divertissement en organisant la diffusion en direct à une foule enthousiaste d’un grand combat de boxe, suivi de concerts et d’évènements.

A l’heure où la TSF était principalement réservée aux usages militaires et à la navigation, la vente des postes récepteurs au public explosera. La RCA, qui en détenait le monopole, reconnaîtra enfin le potentiel de la radiodiffusion dont Sarnoff, promu vice-président, devient responsable. En 1920, Sarnoff dirigera la mise en place d’un système d’émissions régulières, fondant ainsi la première station de radio au monde, la KDKA. En 1921, il y a déjà 25 stations de radio et lorsqu’en 1922, l’Europe s’y met à peine à son tour, aux Etats-Unis, les ondes sont déjà encombrées de 576 stations. Mais Sarnoff entrevoit déjà le potentiel d’un autre média encore au stade expérimental, la télévision dite mécanique. En 1926, Sarnoff fonde la NBC, réseau de diffusion radio de la RCA. Son but est d’en faire la source de financement et le berceau de sa nouvelle ambition : une télévision entièrement électronique.


En 1930, président d’à peine 39 ans de la plus puissante société de communications au monde, Sarnoff va faire de la RCA le fer de lance de la télévision noir et blanc des années 30 et de la télévision en couleurs de l’aprèsguerre. D’entrée il parvient à obtenir l’indépendance de la RCA par rapport à G.E. En pleine dépression, Sarnoff investit des millions pour financer les recherches qui déboucheront sur la télévision moderne.


«Nous avons ajouté la vue au son !» Nous sommes en 1939, à l’exposition universelle de New York : une foule fascinée découvre pour la première fois un téléviseur, sur lequel Sarnoff annonce humblement, la naissance de la télévision américaine. La NBC devient dès lors le premier groupe audiovisuel et la future plus grosse chaîne de télévision nationale américaine. Le New York Times rapporte que l’image était claire et stable, mais pour un avant-gardiste tel Sarnoff, le noir et blanc n’était qu’une étape vers la couleur. Cependant, l’évolution sera freinée par la guerre.

1944 : conseiller en communication sous les ordres d’Eisenhower, Sarnoff est celui qui restaura à Paris la station Radio France, détruite par les allemands, pour permettre aux alliés la coordination des communications du jour J, ce qui lui valut d’être nommé général. Les Etats-Unis grands gagnants de la guerre, la télévision américaine bénéficiera d’une progression fulgurante, avec une RCA toujours à la pointe de l’innovation technique. Génie du marketing, Sarnoff est le premier à créer un modèle économique rentable basé sur la publicité permettant l’existence d’une télévision commerciale de qualité accessible à tous. En 1950, Sarnoff sort gagnant contre sa rivale la CBS dans la course vers la télévision couleur.

En effet, cette dernière essuie un échec en lançant la première en 1950, une télédiffusion couleur incompatible avec les postes noir et blanc. Ainsi, c’est la norme développée par les ingénieurs de Sarnoff qui sera définitivement adoptée en Amérique dès 1953. La RCA devient ensuite le premier fabricant de téléviseurs couleur. Du magnétoscope à l’ordinateur en passant par le satellite, la place manque pour décrire tous les domaines développés par Sarnoff jusqu’à sa retraite en 1970. Il recevra entre autres 27 doctorats honorifiques d’universités prestigieuses. Epoux heureux d’une Juive française qui lui donnera 3 garçons, il transmet les rênes de la RCA à son aîné. Derrière ce géant qui s’éteint en 1971, se cachait l’âme d’un grand idéaliste qui voyait en la télévision «un espoir dans un monde troublé...une force créatrice à apprendre à utiliser pour le bienfait de l’humanité...».


Lire : Histoire du télégraphe et l'Histoire de la radio
Lire : l'Art au croisement entre reseaux numeriques et sociaux

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés