Plan general : famous jews

AHARON APPELFELD

CULTURE
PORTRAIT
RENCONTRE
TSILI
TEXTE
ROMAN
IMRE


"La faim, la soif, la peur de la mort rendent les mots superflus "

Il est né à Czernowitz en Roumanie en février 1932
A l'âge de dix ans, après une enfance heureuse, Aharon Appelfeld s'évade du camp de concentration, en Roumanie, à la frontière de l'Ukraine, dans lequel il avait été déporté avec son père en 1941 (sa mère étant déjà morte au début de la guerre). À la fin de la guerre, après plusieurs années d'errance, il s'embarque pour la Palestine. Il doit y oublier son passé, apprendre une nouvelle langue, l'hébreu. Il comprend qu'il est porteur d'un héritage, celui du judaïsme européen, et que son refus équivaudrait à un suicide. Il découvre Kafka. Citoyen israélien, Aharon Appelfeld récuse avec énergie le statut d''écrivain de la Shoah'. Il lui a fallu se forger une langue et créer un monde bien à lui pour accéder à la vérité intérieure qui est l'objet même de sa recherche. Une langue péniblement arrachée au silence, puis au bégaiement, nourrie du yiddish qu'il apprendra tardivement. Il est aujourd'hui un des plus grands auteurs israéliens.

Sa vie.
Aharon Appelfeld a souvent essayé d'écrire son autobiographie : 'J' ai essayé plusieurs fois de raconter tout cela sur un ton documentaire, mais chaque tentative se soldait par un échec. Tout simplement parce que ce quej'ai vécu n'est pas... croyable. Vous ne pouvez pas exprimer la peur et l'angoisse d'un enfant sans utiliser des métaphores. Il m'a fallu, pour rendre à mon histoire sa crédibilité, rompre avec le récit logique, passer par la fiction et me détacher de mes souvenirs.'

Récompenses
Après avoir reçu le prix Médicis, dans la catégorie étranger en 2004, l'écrivain israélien a reçu le prix Nelly-Sachs, délivré à Dortmund pour l'ensemble de son oeuvre, en décembre 2005
evene

Il veut que rien ne s'oublie de cet horrible massacre perpétré par la plus cultivée des nations européennes, au coeur de l'Europe des lumières et de la philosophie, en déshumanisant une partie des humains pour en faire des objets à brûler, à faire disparaître, mais rigueur allemande oblige, en le faisant de manière méthodique, posée, industrielle, efficace. "Alles in Ordnung", tout est en ordre, et les plantations de fleurs et les orchestres jouant pour les pendaisons et non pour les pendus, peuvent pousser au pied des chambres à gaz. Tout est en ordre, tout est comptabilisé, cheveux, dents, peaux pour les abat-jours. Il s'agissait à la fois d'humilier et aussi de se déculpabiliser. On faisait des gens des bêtes, on les traitait alors sans complexe comme des bêtes malfaisantes. Et qui peut se croire coupable de se débarrasser des cloportes, quand on a fait des juifs, entre autres, des cloportes? Et qui plus tard se souciera du sort des cloportes. Action de salubrité publique tout au plus et bonne conscience de tous les acteurs qui font leurs boulots de fonctionnaires de l'horreur.espritsnomades

Salon du Livre Paris 2008

Decouvrez tous les Auteurs Israeliens
Regards sur La Litterature Israelienne

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés