Plan general : famous jews

MANES SPERBER


BIO
KOESTLER

ETUDE













 Manès Sperber, né le 12 décembre 1905 à Zablotov en Galicie orientale (aujourd'hui Zabolotiv en Ukraine) et mort le 5 février 1984 à l'Hôpital Cochin dans le 14e arrondissement de Paris, est un écrivain de nationalité française d'origine autrichienne . Manès Sperber fut tout au long de son existence un intellectuel engagé. Romancier, essayiste, psychologue, il écrivit aussi sous le nom de Jan Heger et N. A. Menlos. Il est le père de l'anthropologue et linguiste Dan Sperber.

 Manès Sperber est né en 1905 à Lablotow (Galicie). Lorsque la guerre éclate, sa famille se réfugie à Vienne. Là, il va découvrir la psychanalyse auprès d'Alfred Adler et l'engagement communiste. À partir de 1927, il vit à Berlin, tandis que se précise la menace nazie. Arrêté lorsque Hitler prend le pouvoir, il se réfugie en Yougoslavie, puis à Paris en 1934. Il prend la direction de l'Institut international pour l'étude du fascisme, jusqu'à sa rupture avec le Parti communiste, en 1937. Juif autrichien, enraciné dans cet Empire austro-hongrois qui était marqué par une culture cosmopolite où le yiddish occupait une place privilégiée, Manès Sperber fut l'homme du milieu, placé entre la foi de ses pères et le modernisme, entre l'engagement politique et la résignation raisonnée, entre l'illusion et le réalisme. Militant communiste, l'ère stalinienne lui ouvrit les yeux, et, dès lors, il se méfia de toutes les idéologies. Son militantisme antitotalitaire lui valut sans doute des inimitiés, à une époque où il était encore habile, commode et recommandé d'être proche du prosélytisme révolutionnaire. Manès Sperber conserva, dans la dignité et la discrétion, une attitude fermement hostile à tout embrigadement idéologique, réclamant pour l'homme le droit à la vérité et à la liberté. En somme, à partir de son exil, il connut un destin qui n'avait rien d'exceptionnel ou de dramatique et travailla à une œuvre qui, sereinement, se contentait de délivrer une explication de l'histoire et un récit de l'événement dénués de passion, de fureur et de rage. Manès Sperber a exprimé cette présence de l'homme dans l'histoire en lui confiant un rôle de démiurge, de témoin, mais surtout, aussi, d'éclaireur et de révélateur. Il l'a fait de trois manières : en essayiste et philosophe, en romancier, en écrivain qui se remémore et retrace les événements de sa vie.
https://www.universalis.fr/encyclopedie/manes-sperber/

Écrire et témoigner contre les dictatures
http://est-et-ouest.fr/revue/HL043_articles/043_089.pdf

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés