Plan general : famous jews

HASDAI CRESCAS


CRESCAS
WIKI
ETUDE




Hasdaï Crescas (1340 - 1410) Un philosophe juif dans l'Espagne médiévale



Dirigeant politique, autorité spirituelle et penseur théologico-philosophique.
En 1391 une vague de massacres et de persécutions dans toute la Castille peut être considérée comme les « prémices de l'expulsion » de 1492. Crescas entreprend la rédaction de son ouvrage majeur « Or Adonaï » afin de lutter contre les menaces qui pèsent sur le judaïsme et d'en restaurer les fondements. Il place le débat sur le terrain politique, montrant qu'il est urgent de reconstruire les communautés juives et de lutter contre les mirages du christianisme ou les pièges de la conversion.
Mais c'est surtout sur le plan de la réflexion philosophique que Crescas porte son défi. Il entreprend une critique d'Aristote et de l'intellectualisme métaphysique de Maïmonide, mettant en garde contre les séductions des philosophies grecque et chrétienne. Dans cette « défense et illustration » du judaïsme, il réaffirme les fondements de la foi juive traditionnelle. editionsducerf

Issu d’une lignée de savants, il étudie sous la tutelle de Nissim Gerondi, dit le RaN, aux côtés d’Isaac ben Chechet (le Ribash), et formera de grands savants, parmi lesquels Joseph Albo, le Rav Mattathias de Saragosse, et le Rav Zerahia ha-Lévi Saladin.
Il sera également avidement lu par Baruch Spinoza, qui s'en servira pour réfuter l'union de la philosophie et de la religion que propose Maïmonide.

Comme son maître, Hasdaï Crescas fut en effet un grand talmudiste et philosophe. Il eut également son mot à dire en matière de Loi juive, bien qu’il n’ait pas occupé un poste officiel de rabbin.

Il jouissait également d’une certaine richesse matérielle et de l’estime des puissants : ainsi, en 1393, il est nommé exécuteur testamentaire exclusif de son oncle, Vitalis Azday par le roi d’Aragon. Néanmoins, il avait aussi connu, comme tous les Juifs, son lot de souffrances et misères : en 1378, il fut emprisonné sur base d’une fausse accusation, et calomnié à de nombreuses reprises du simple fait d’être Juif.
En 1391, son fils unique mourut en martyr pour sa foi, au cours des folkloriques persécutions antisémites de son époque.

Pourtant, ces épreuves n’entamèrent ni ses facultés, ni sa foi, puisqu’il ne rédigea ses plus grandes œuvres qu’après cette période.
Un autre épisode marquant de sa vie fut sa rencontre avec le Faux Messie de Cisneros, dont il fut brièvement partisan.
En 1401, il partit visiter Joseph Orabuena à la demande du roi de Navarre, dont les annales nous apprennent qu’il paya les dépenses de celui qu’on appelait “le Rav de Saragosse” lors de ses voyages dans diverses villes de Navarre.wiki

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés