Plan general : famous jews

HEINRICH GRAETZ


HISTOIRE DES JUIFS
JUDEN
SCHOLEM




Heinrich Grätz,1817, père fondateur de l'historiographie juive moderne, est mort le 7 septembre 1891. Il est l'auteur d'une monumentale « Histoire des juifs » en 11 volumes. Cette œuvre a été précédée par la rédaction d'un texte programmatique mettant à nu les grandes articulations de l'histoire d'Israël. C'est cette « Construction de l'histoire juive » qu'on peut désormais lire en traduction française. Grätz prend pour point de départ les origines du peuple juif et s'arrête avec Moïse Mendelssohn, Salomon Maïmon et les grands courants réformistes de son temps. Ce document capital est indispensable pour comprendre les questions spécifiques que pose l'histoire juive. Grätz est aussi l'auteur d'une thèse de doctorat intitulée « Gnosticisme et Judaïsme » qu'on lira ici également. L'intérêt de l'auteur pour la période talmudique et le judaïsme antique est inséparable de ses préoccupations pour des problématiques contemporaines : le monolithisme réel ou supposé des maîtres du Talmud, leur attitude face à la gnose, leur recherche des motivations des préceptes, leurs relations avec d'autres systèmes religieux.

Grätz avait bien senti que les relations du judaïsme et du gnosticisme méritaient une étude serrée : à la fin de ce livre, il notera que la kabbale médiévale allait se réapproprier ce legs contesté. Dans sa discussion des origines de la kabbale, Scholem consacrera une grande attention aux hypothèses émises par Grätz .editionsducerf

Tzvi Hirsch Graetz, qui naît à Ksia-Wielkopolski en Allemagne (aujourd'hui Pologne), reçoit une éducation juive orthodoxe à la yéshiva (jusqu’en 1836) tout en acquérant des connaissances profanes par des études privées. Il décide de défendre le judaïsme orthodoxe. Pour se faire, il devient disciple du rabbin Samson Raphaël Hirsch qui lui offre l’hospitalité de 1837 à 1840. A cette époque la controverse entre le judaïsme réformateur et l'orthodoxie est à son comble, et Graetz, fidèle aux principes de Hirsch, commence sa carrière littéraire par des contributions à la revue Orient, où il critique sévèrement la Réforme.
Son travail avec le rabbin Hirsch
En octobre 1842, Graetz entre à l'Université de Breslau. Après de brillantes études, il obtient son doctorat de l'Université d'Iéna. En 1845 il est nommé directeur de l'école orthodoxe juive de la communauté de Breslau (aujourd'hui Wrocław, Pologne) avant d’enseigner l'histoire au Séminaire théologique juif de Breslau. Il y reste jusqu'en 1848 avant de travailler avec le rabbin Hirsch devenu, entre temps, rabbin de Nikolsburg (Moravie). Graetz est nommé directeur de l'école juive dans la ville voisine de Lundenburg (1850). En octobre 1850, il se marie avec Marie Monasch.
Son travail avec le rabbin Frankel
Le départ de Hirsch de Nikolsburg entraîne peu de temps après le départ de Graetz. En
1852 ce dernier quitte Lundenburg pour Berlin, où il rencontre le rabbin Zacharias Frankel (issu du milieu réformé, qui avait claqué la porte du mouvement jugé laxiste dans trop de domaines). En 1854, Frankel nomme Graetz comme membre du personnel enseignant au séminaire à Breslau, poste qu’il occupera jusqu'à sa mort. Graetz enseignera l’histoire et l'exégèse de la Bible, avec un cours préparatoire sur le Talmud. En 1869 le gouvernement lui confie le titre de professeur, ce qui lui permettra d’enseigner aussi à l'Université de Breslau.
akadem

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés