Plan general : famous jews

NATHAN DE GAZA



HISTOIRE
ILLUMINE





1643-1680. Originaire de Palestine (Jérusalem), installé à Gaza. Cabaliste, il annonça la messianité de Chabbétaï Tsvi après l’avoir rencontré, continuant de le défendre après son apostasie. Parcourant les Balkans et l’Italie, il propagea l’idée inspirée par la Cabale lourianique que l’âme du messie devait descendre récupérer les étincelles divines dispersées, à la suite de la création, avant d’apparaître dans toute sa gloire

Né à Smyrne en 1626, Sabbataï Tsevi est l’enfant savant d’une famille aisée de commerçants ; il reçoit l’éducation talmudique traditionnelle mais imprégnée de la kabbale judéo-espagnole dont l’aire d’élaboration et de rayonnement est passée d’Espagne à Safed dans les collines de Galilée.
Un messie maniaco-dépressif
Disciple du sage de Safed Isaac Louria, le voici qui tourne bientôt au messie : en 1658, à Constantinople, il se dégage de l’autorité de la Loi qu’il avait étudiée dans sa jeunesse, se déclare soustrait au pouvoir du judaïsme rabbinique, parce que soumis à une loi supérieure. Et ce messie a trouvé son prophète : Nathan Achkénazi, que l’histoire retiendra sous le nom de Nathan de Gaza, plus jeune, mais aussi plus savant. Le messie est l’homme du charisme, prophète celui de la preuve. Le premier ne supporte la charge écrasante du rôle qu’à travers les hauts et les bas de l’illumination divine et du découragement humain

Pour Nathan de Gaza et ses autres disciples, l’apostasie n’était qu’un spectacle imposé par la venue du Messie. « Personne, dit-il, ne peut être appelé un Juste parfait à moins qu’il ne soit entré dans l’impureté et qu’il en soit sorti pur ». Semblable à Job, Sabbataï Tsevi devait passer par des épreuves. D’autres personnages bibliques, Abraham descendant en Égypte ou la reine Esther à la cour du roi Assuérus ont dû, eux aussi, masquer leur identité

La pierre tombale de Nathan de Gaza fut détruite pendant la dernière guerre. Elle portait l’inscription : « Ta faute est expiée, ô fille de Sion ». « Ces mots, en vérité, conclut Gershom Scholem, condensent le message des vies houleuses de Sabbataï Tsevi, le “messie du Dieu de Jacob” et de Nathan de Gaza son prophète. Ils ont eu l’ambition d’ouvrir le portail de la rédemption de toute la Maison d’Israël. Et cependant, ils n’ont pas réussi et ne pouvaient pas réussir à trouver la voie menant de la vision à la réalisation. Ils tracèrent dans le cœur de leur peuple un sillon profond et la semence de leur message germa au cours des nouvelles étapes que connut l’histoire du judaïsme, et cependant de façon autre, et dans des circonstances autres, que celles qu’ils avaient envisagées... » verdier


Dans le texte suivant Nathan explique que le mal et son élévation sont l'affaire, pour ainsi dire, du Messie: la vocation de Sabbataï était donc de plonger dans l'univers des qelippot (causses ou écorces) afin de les rédimer et de les ramener vers leurs racines se trouvant dans les régions supérieures. Cette doctrine est radicalement nouvelle et ne se trouve pas attestée dans la théologie rabbinique classique; il faut dire que l'exégèse biblique des cercles sabbataïstes avait interprété quelques passages sensibles des Ecritures dans un sens purement antinomiste: Isaïe 53;5 parle du serviteur souffrant qui est meholal (blessé). les sabattaïstes prirent ce participe passé hébraïque dans le sens de profané: l'intention était claire, le messie devait se profaner, c'est-à-dire apostasier. C'est en somme le sens du développement de ce second passage de Nathan:

«Les souffrances rapportées à propos de Job se réfèrent en fait à Sabbataï Zewi qui endura les tourments les plus atroces aux mains des diverses qelippot, (séquelles d'impureté) en proie à de grandes tentations. De ce fait, il en a extrait toute la sainteté et a pu opérer la restauration des qelippot mêmes. C'est pourquoi Genèse 1.2 dit: Et la terre était tohu (informe) et chaotique, car il y a la construction et la masse informe (tohu), c'est-à-dire les qelippot, qui sera amenée à la perfection par le Messie. Cela est similaire du système du tehirou. (purification) Le verset biblique dit à ce sujet: Et l'esprit de Dieu planait sur les eaux et les rabbins expliquent: il s'agit de l'esprit du Messie. La valeur numérique de Dieu planait est égale à celle de son nom (Sabbataï Zewi) car son âme était dans la profondeur du grand abîme. Ténèbre, nuages et une épaisse obscurité l'entouraient et quand il en sortit comme de la matrice, l'épaisse obscurité lui fut comme un lange...Et si vous demandez pourquoi l'abîme existe en ce monde, la raison en est que chaque fois que Dieu opère un grand miracle, il extrait les précieux éléments du mystère du tehirou. Les merveilleuses créations de Dieu sont produites à partir de cette masse informe... Le Messie aussi en a tiré de nombreuses étincelles de sainteté et il tamisera finalement le tehirou de sorte que le verset biblique sera accompli (Isaïe 27, 1): En ce jour, l'Eternel châtiera de sa forte, puissante et grande épée le Léviathan, serpent droit comme une barre et sa compagne le serpent tortueux... L'explication à fournir ici est la suivante: l'âme ci-dessus mentionné (celle du messie) qui était enfoncée parmi les qelippot envoyait des étincelles à chaque génération. S'ils avaient été méritants (ceux des dievrses générations) et si l'étincelle en question s'était dépensée au service du Seigneur, elle aurait pu devenir le Messie et extraire des qelippot toute la racine de sa sainte âme...»
(Gershom Scholem, Sabbataï Zewi, Lagrasse, Verdier, 1983 p 309.)mrhayoun

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés