Plan general : famous jews

ABRAHAM GOLDFADEN


AKADEM
YIDDISH
BIO
MUSEUM
THEATRE
AKADEM


Avrom Goldfaden (1840-1908)
Le père du théâtre yiddish
Avrom Goldfaden, né en 1840 en Russie, aurait du
être rabbin. Il a préféré se lancer dans l’écriture,
devenant le premier auteur dramatique en langue
yiddish et entraînant dans son sillage l’émergence
d’un théâtre yiddish.

Une éducation inspirée par la Haskalah
Abraham Goldfaden (dit Avrom Goldfaden) est né en 1840 en Russie. Poète et auteur d’une quarantaine de pièces de théâtre, il est considéré comme le fondateur du théâtre Yiddish. Fis d’un horloger, très influencé par la Haskalah (les Lumières juives), il fréquente enfant le Heder mais suit également des cours particuliers
d’allemand et de russe. Il étudie ensuite dans une école rabbinique à Zhytomyr dont il sort diplômé en 1866.
Il ne sera jamais rabbin mais exerce dés lors le métier d’enseignant.
Premières pièces et création d’une compagnie
En 1865, il publie son premier recueil de poésie, en hébreux puis un second ouvrage, en Yiddish. En 1868, il gagne Odessa (Ukraine) où un cousin, bon pianiste, l’aide à mettre en musique certains de ses poèmes et où il écrit ses deux premières pièces : Die Tzwei Sheines et Die Murneh Sosfeh.
A Bucarest (Roumanie), il crée une troupe de comédiens, la première troupe de théâtre professionnelle de langue yiddish, avec laquelle il parcourt la Roumanie. Il fait jouer des pièces traduites, notamment du roumain et du français mais aussi et surtout ses propres pièces.
Avec sa troupe, qui compte dorénavant une quarantaine de personnes (les décorateurs, les musiciens et leurs familles compris), Goldfaden retourne à Odessa, puis se produit en Russie, à Moscou et Saint- Pétersbourg.
Privilégiant d’abord un répertoire proche du vaudeville, il évolue vers une écriture plus “sérieuse”, autour de thèmes juifs, sa pièce la plus fameuse dans ce registre étant Shulamith, écrite en 1880.
Le Nouveau Monde
En septembre 1883, le théâtre yiddish est interdit en Russie, après l’assassinat du tsar Alexandre II et les violentes réactions antisémites qu’il entraîne. Goldfaden fonde une nouvelle troupe à Varsovie qui connaît un semi-échec. En 1887, il se rend à New-York, également sans grand succès. S’en suivent quatorze années à voyager à travers l’Europe, notamment à Paris et Londres. En 1904, Godlfaden tente de nouveau
sa chance en Amérique où il vit dans une relative pauvreté, bien que ses pièces y soient souvent jouées (les droits d’auteurs n’existent pas à l’époque). Il meurt en janvier 1908.akadem

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés