Plan general : famous jews

BELA SCHICK


DIPHTERIE
DOSSIER



Médaille par Gert Ries Wiener (1990),


Bela Schick,a Développé le Test de la diphtérie.


Béla Schick (1877-1967)

Jeune Bela Schick cite le Talmud: "Le monde est maintenu en vie par le souffle des enfants," pour aider à convaincre son père de lui permettre de poursuivre la formation continue en pédiatrie, plutôt que de rejoindre la famille de grain marchand d'affaires à Graz, en Autriche.
Schick devient assistant à la Clinique de pédiatrie à Vienne, et plus tard professeur agrégé de pédiatrie à l'Université de Vienne.

Il a émigré aux États-Unis, et est devenu en 1923 le pédiatre en chef à New York's Mount Sinai Hospital. Il a plus tard (1936) été nommé professeur clinique de pédiatrie à l'Université de Columbia. Schick a fait d'importantes études sur la scarlatine, la tuberculose, et de la nutrition pour les nourrissons ...
Mais acquis une renommée internationale pour la Schick Test. Cette expérience a permis de déterminer la sensibilité à la diphtérie, et a finalement abouti à l'éradication de la maladie de l'enfant qui a attaqué 100000 Américains en 1927, entraînant environ 10000 décès.

Une énorme campagne de cinq ans, coordonné par le Dr Schick,a pratiquement éliminé la terrible maladie qui a eu d'innombrables jeunes vies depuis qu'il a été mentionné pour la première fois dans le sixième siècle, les écrits de Aetius. Dans le cadre de cette campagne, 85 millions de livrets ont été distribués par Metropolitan Life Co., dans un appel aux parents pour "Sauver votre enfant contre la diphtérie». Ces brochures illustrées ont été créés par un jeune artiste talentueux qui avaient récemment émigré de l'Allemagne - Gert Ries. Remarquablement, ce même Gert Ries (Wiener), a été commandé plus de 75 ans plus tard pour créer la sculpture en hommage à Béla Dr Schick pour les juifs-américains Hall of Fame.

La diphtérie
La diphtérie est une maladie transmissible aiguë causée par des souches productrices de l'exotoxine de la bactérie Corynebacterium diphtheriae. Les symptômes résultent d'une infection locale des voies respiratoires (pouvant entraîner des difficultés respiratoires) ou d'une infection de la peau ou des muqueuses, ou encore de la dissémination de la toxine diphtérique (pouvant causer des atteintes cardiaques et neurologiques). Le taux de létalité demeure à environ 5 à 10 %, le taux de mortalité culminant chez les très jeunes et chez les personnes âgées. Environ 3 à 5 % des personnes en santé peuvent être colonisées au niveau de la peau et du rhinopharynx par C. diphtheriae sans présenter de symptômes, ce qui complique l'éradication de la maladie.phac aspc


diphtérie, maladie infectieuse, grave et contagieuse, qui touche plus particulièrement les enfants ; elle est caractérisée par la formation d'une fausse membrane dans les voies supérieures de l'appareil respiratoire. La maladie est provoquée par Corynebacterium diphteriae, un bacille découvert en 1883.

Le bacille diphtérique pénètre dans l'organisme par la bouche et le nez. Il attaque les membranes muqueuses, où il se multiplie et sécrète une puissante toxine. La toxine peut léser le cœur, le système nerveux central et provoquer le décès. Cinq jours après l'exposition à la diphtérie, un exsudat gris-blanc se forme là où les bactéries attaquent les parois du nez et de la gorge. La taille et l'épaisseur de cet exsudat s'accroissent, pour se transformer en une fausse membrane grisâtre qui peut bloquer les voies aériennes. Une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour empêcher l'asphyxie.

En l'absence de traitement, le taux de mortalité est en moyenne de 35 p. 100, et même de 90 p. 100 dans les cas de la diphtérie du larynx. En 1894, le bactériologiste français Émile Roux et le médecin allemand Emil von Behring ont développé l'antitoxine diphtérique, un traitement qui a fait chuter le taux de mortalité à environ 5 p. 100. Un autre pas fut franchi en 1913, grâce au pédiatre hongro-américain Béla Schick, qui a inventé le test de Schick, capable de déterminer si un individu est immunisé ou exposé à la diphtérie. Enfin, la découverte par Gaston Ramon en 1923 de formes atténuées de la toxine diphtérique, appelées anatoxines, permit des progrès considérables. Administrées aux enfants, au cours des premières années de la vie, dans des injections vaccinales combinées, ces anatoxines les ont immunisés contre les infections graves et ont permis de réduire drastiquement l'incidence de la diphtérie dans la plus grande partie du monde.encarta

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés