Plan general : famous jews

ONKELOS LE PROSELYTE


ETUDE
TARGOUM
ENGLISH
BIO
HISTOIRE


Onkelos est un traducteur araméen de la Bible hébraïque au IIe siècle EC. Prosélyte, c'est-à-dire converti au Judaïsme, élève des Tannaim Rabbi Yehoshoua et Rabbi Eliezer, les deux plus grands Sages de ce temps. Sa traduction, le Targoum Onkelos composée en Terre d'Israël, devint rapidement le standard utilisé dans les synagogues babyloniennes au cours de l’ère d’élaboration et de rédaction du Talmud. Elle est imprimée en marge du texte dans quasiment toutes les éditions standard modernes. Rachi, Maïmonide, et bien d’autres, considèrent cette traduction indispensable à l’exégèse, car elle reflète particulièrement bien la compréhension que les Sages avaient des Ecritures à l’époque d’Onkelos.


Onkelos dans le Talmud
Onkelos est mentionné en plusieurs endroits du Talmud. Selon les sources Juives traditionnelles, il était fils de Clinicus, fils de la sœur de l'empereur Titus. La aggada relative à sa conversion (Guittin 56b) nous raconte qu'Onkelos consulta les esprits de trois ennemis défunts d'Israël pour savoir comment les enfants d'Israël se portaient dans le monde à venir.

Le premier fut son oncle, Titus, responsable de la destruction du Second Temple
Le second était Balaam, prophète embauché par Balak, roi de Moab, pour maudire Israël
Le dernier était Yeshou. Certains comprennent Jésus de Nazareth, mais il semble plus probable qu'il s'agisse d'un nom générique pour désigner tous ceux qui cherchent à détourner les Juifs de leur foi, puisqu'il est aussi porté par un disciple de Rabbi Yehoshoua ben Pera'hya, qui vivait à l'époque des Hasmonéens et par l'infâme fils du roi Ézéchias, le roi Manassé de Juda.
Onkelos les vit, nous dit le Talmud, en proie à des punitions humiliantes pour avoir fauté envers Israël sempiternelles, ne s'interrompant que le temps du Shabbat. Tous trois l'encouragèrent à se convertir.

Le Talmud de Jérusalem, écrit avant le Talmud de Babylone, nous rapporte cette même aggada, mais le sujet est Aquila et non Onkelos.
Aquila était un autre prosélyte qui avait traduit la Bible en Grec. La similitude de leurs noms et leurs accomplissments ont fait en sorte que l'histoire de ces deux hommes a été entièrement confondue.

Cette aggada n'est pas non plus sans présenter des similitudes avec celle du centurion accueillant Jésus par les mots "Seigneur, je ne suis pas digne etc."

Après sa conversion, le Talmud nous raconte qu'Onkelos doit faire face à des menaces d'arrestation de l'Imperator de Rome (Avoda Zarah 11a).
L'Empereur envoie une légion romaine, mais Onkelos, citant des versets du Tanakh les amène à se convertir.
A la seconde légion, Onkelos compare la façon par laquelle Dieu guide personnellement Son peuple (telle que relatée dans le Livre des Nombres) avec la hiérarchie sociale en cours dans l'Empire romain. La seconde légion se convertit également
A la troisième légion, Onkelos compare sa mezuza, symbole de Dieu gardant la maison de tout Juif, contrastant avec l'Empereur que ses servants gardent. La troisième légion se convertit, et l'Empereur préfère ne pas dégarnir son armée davantage.


Critique
Beaucoup d’érudits modernes contestent la paternité du texte à Onkelos, pensant qu’elle lui fut attribuée dans le haut Moyen Âge sur base d’une confusion avec une (autre) traduction d’Onkelos le Prosélyte mentionnée dans le Talmud. Néanmoins ces mêmes critiques n’ont pu proposer d’autorité alternative au Targoum.

Aux temps talmudiques, le Targoum Onkelos était récité de mémoire verset par verset, en alternance avec les versets hébraïques lors de la lecture de la section hebdomadaire de la Torah à la synagogue, afin d'en rendre le contenu plus accessible à la grande masse, plus habituée à l'Araméen qu'à l'Hébreu. Cet usage se poursuit actuellement dans les communautés juives du Yémen.

Dans le Talmud (Berakhot 8a-b), Rav Houna bar Yehouda enseigne au nom de Rabbi Ami qu'"une personne doit compléter les lectures publiques des sections, en lisant l'écriture deux fois et le targoum une fois." . Il est sous-entendu qu'il s'agit du Targoum d'Onkelos.
Rachi estime qu'aucun étude de la Torah ne peut se faire sans lui. Il est généralement imprimé dans la marge interne du Texte, dans les versions courantes du 'Houmash.wiki

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés