Plan general : famous jews

LEONID V.KANTOROVICH


PRIX NOBEL 1975
BIO
ECONOMIE
THEORIE



"Pour leur contribution à la théorie de l’allocation optimale des
ressources." (avec Tjalling KOOPMANS )

Leonid KANTOROVICH (Leningrad, 1912-1986).

Dès son plus jeune âge, il montre de grandes dispositions pour les mathématiques. À 22 ans il est nommé professeur à l'Université de sa ville natale. En 1971, il est appelé à diriger un centre de recherche d'économie mathématique crée spécialement pour lui à Moscou. Peu avant la Seconde Guerre mondiale, cet économiste découvre, à l'occasion d'un exercice pratique d'optimisation, la technique de la programmation linéaire et les possibilités que celle-ci renferme en vue de l'optimisation de l'économie soviétique. Dans son analyse il se heurte au rôle des prix dans l'économie. Il en conclut que ceux-ci sont déterminés par la relative rareté des produits et aboutit dès lors, par un détour, à la théorie (capitaliste) de l'utilité marginale.

Cette théorie est toutefois en opposition avec la théorie marxiste de la valeur travail, selon laquelle le prix d'un produit est déterminé par le travail qui y est consacré directement et indirectement. Ce n'est par conséquent qu'après l'ère stalinienne que les théories de Kantorovich seront publiées, et elles trouveront une application à l'occasion de la libéralisation de la planification économique. Kantorovitch introduit une approche en terme de productivité marginale de l’investissement pour résoudre la question de l’allocation des ressources au sein d’une économie socialiste.pagesperso orange



L’économie, c’est la rareté
Le point de départ de leurs travaux est celui du problème fondamental de touteactivité économique, à savoir comment utiliser au mieux les ressources dont ondispose à la production de biens et de ser-vices. Ce champ embrasse des questionscomme : Quels biens produire ? Quelles méthodes de production utiliser ? Quelsbiens consommer ? Quelle part du revenu épargner pour créer les nouvelles ressour-ces nécessaires à la production et à la consommation future ?Bien qu’ignorant les travaux de l’un et de l’autre jusqu’au milieu des années cin-quante, leur recherche a abouti à la même formulation opérationnelle du problème en question : la « programmation linéaire » qui permet de traduire la théorie de l’allocation optimale des res-sources dans un langage mathémati-que . Tandis que Koopmans s’est plus tard davantage intéressé à l’utilisation des ressources naturelles, Kantorovich s’est surtout consacré à l’application de la tech-nique de la programmation linéaire afin d’améliorer le fonctionnement de l’éco-nomie planifiée. Leur second point de convergence est leur travail sur le lien entre rareté et prix des facteurs.

Kantorovich ou comment améliorer le Plan
C’est à la fin des années trente, que Kan-torovich entame ses travaux sur la pro-grammation linéaire. À l’époque, une usine de contre-plaqués de Leningrad trai-tant différents types de bois à l’aide de machines aux productivités diverses,s’adressa à l’Institut de mathématiques etmécanique de l’université de Leningrad.Elle souhaitait trouver une solution au problème de répartition des différents bois entre les machines afin de maximiser sa productivité globale.Lors de l’analyse du problème, Kantoro-vich découvre que non seulement celui-ci appartient à un large éventail d’autres problèmes comme ceux des transports,des choix d’investissement intertemporel ou des rythmes d’amortissement, mais surtout que la programmation linéaire permettrait de le résoudre. Concrètement,sa solution au problème d’optimisation repose sur le calcul itératif de multiplica-teurs qui jouent le rôle de prix fictifs et permettent – comme les multiplicateurs de Lagrange – de dégager la solution opti-male.Plus tard, Kantorovich élargit son champde recherche ; il part ainsi du problèmede production isolée pour s’orienter vers le système économique dans son ensem-ble. Il met en évidence – aussi bien pourle cas statique que pour le cas dynami-que – le lien entre l’allocation efficace des ressources et le système de prix : c’est la relative rareté des produits qui détermine les prix. En poursuivant son raisonne-ment, il aboutit à la théorie néoclassiquede l’utilité marginale. Par conséquent, il se heurte non seulement à la théorie marxiste de la valeur-travail, selon laquelle le prix d’un produit est déterminé par le travail qui est consacré directement ou indirectement à sa production, mais aussi à la doctrine politique dominante.Plus largement, Kantorovich a clairement démontré qu’il ne peut pas y avoir de pla-nification optimale sans un système de prix efficace. Longtemps considéré comme faisant de l’économie « bour-geoise », ce n’est que bien après l’ère sta-linienne que les travaux de Kantorovich deviennent réellement connus battujc club

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés