Plan general : famous jews

DANIEL PEARL

BHL
VIDEO
FONDATION
JUSTICE
JUDEA


"De prisons en prisons, de cellules en cellules,
Pour avoir informé preuves à l'appui pourtant
Je ne suis plus un nom, pas même un matricule,
Abandonné de tous, je suis un mort vivant"
Charles Aznavour


Ils ont tué un Juif avec Daniel Pearl.

Daniel Pearl (10 octobre 1963 - 29/30 janvier, 2002) est un journaliste juif américain enlevé, puis assassiné à Karachi au Pakistan

" Mon père est juif, ma mère est juive, je suis juif. Près de la ville de B'nai Braq en Israël il y a une rue qui porte le nom de mon grand père Chayim Pearl qui est l'un des fondateurs de la ville. " Selon le père du journaliste, les terroristes ne pouvaient connaitre ce dernier détail dont seule la famille proche était au courant. Il s'agirait donc d'un message direct adressé par Daniel à sa famille signifiant qu'il prononçait librement et consciemment ses derniers mots.

" Daniel Pearl était américain, mais c'était d'abord un journaliste et, à ce titre, un défenseur de ces valeurs universelles que sont les libertés de penser et de publier... L'indignation française et européenne, si prompte à se manifester pour dénoncer le traitement des prisonniers taliban de Guantanamo, aurait donc dû retentir haut et fort. Hélas ! nous n'avons rien entendu, ou si peu" - Denis Jeambar


Le calvaire de Daniel Pearl, supplice filmé et livré au monde entier, pouvait commencer. Tout d'abord, il y eut une foule de demandes aussi ineptes qu'insensées tandis que ces exigences s'accompagnaient des habituels clichés de l'otage, menacé, sur fond de journal du jour. D'âpres tentatives pour négocier sa libération se mirent péniblement en branle, mettant en relation l'ensemble des acteurs et décideurs susceptibles d'intervenir. Néanmoins, malgré tout, les efforts consentis furent vains car l'implication et la duplicité des autorités locales furent telles qu'il eut été inconcevable que des résultats soient obtenus. Ainsi, aux yeux du monde et sur l'ensemble des réseaux d‘information qui allait en recevoir l'ignominieuse preuve vidéo, vient bientôt la nouvelle de son exécution. Il avait trente huit ans et attendait de Marianne, son épouse, leur premier enfant.

En effet, le 21 février 2002, moins d'un mois après son enlèvement et dans une mise en scène d'une abjection inouïe, ses ravisseurs après lui avoir exhorté de confesser son judaïsme, le décapitèrent face caméra, avant de diffuser cette haine en guise de propagande insoutenable. Le monde avait vécu l'agonie d'un otage et l'atrocité de son dénouement de la plus insupportable et odieuse des manières.

L'accablement fut total alors pour la rédaction du journal, mobilisée sans relâche et plus encore pour ses proches, sa famille et sa femme, Marianne. Sous le choc, tous et avec eux, tous ceux qui avaient soutenu le regard face à cet acte immonde, eurent du mal à croire et à accepter ce qui s'était passé. Cela d'autant plus que le corps du journaliste ne fut retrouvé que le 16 mai dans les pierres délabrées d'un cimetière de Karachi.

A l'heure actuelle, le drame qu'a vécu la famille Pearl et la mort intolérable qui la frappa restent parmi les plus exécrables manoeuvres de communication terroriste de l'ère des mass media contemporains. Cependant, pour l'heure et même si de telles plaies jamais ne cicatrisent, ce crime a vu l'un de ses auteurs principaux, du moins, son probable commanditaire, Omar Sheikh, se rendre et avouer. Condamné à mort, ce n'est toutefois qu'un des responsables parmi d'autres et il y a fort à parier que ces derniers seront très loin d'être jugés ou même châtiés dans les années à venir. dvdrama

Une des choses qui m’attriste le plus est que la presse et les médias ont eu un rôle actif, et peut-être essentiel dans la fermentation de la haine et de l’inhumanité. Ce n’était pas seulement le fanatisme religieux.

Mon attention fut d’abord attirée par le Consul Général du Pakistan qui vint me présenter ses condoléances à la maison en Californie. Quand nous avons évoqué l’élément antisémite dans l’assassinat de Danny, elle dit: «Que peut-on attendre de gens qui n’ont jamais vu un Juif de leur vie, et qui ont vu, jour et nuit, des images télévisées de soldats israéliens visant et tuant des enfants palestiniens?»

A ce moment-là, il était difficile de savoir si elle essayait d’exonérer le Pakistan de la responsabilité du meurtre de Danny, ou de transférer la responsabilité aux media européens et arabes pour leur déshumanisation persistante des Juifs, des Américains et des Israéliens. La réponse fut révélée en 2004, quand un ami me dit que des photos de Mohammed al Dura furent utilisées en arrière-plan dans l’enregistrement vidéo du meurtre de Danny.ajm

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés