Plan general : famous jews

RABBI MENACHEM SCHNEERSON


REBBE
RABI
BIOGRAPHIE
PHOTO
ECOUTER
VIDEO
YIDDISHVOICE














Le Rabbi de Loubavitch succède à son illustre beau-père Rabbi Yossef Yitshak. Il est issu d’une lignée célèbre de Tsadikim, entres autres le Tsémah Tsédek, Rabbi Menahem Mendel Schneerson, dont il porte le nom et de Rabbi Schnéour Zalman de Liady, auteur du Tanya.

Né le 11 Nissan 5662 à Nikolaïv en Russie, il reçoit sa première éducation de son célèbre père, génie de Torah, Tzadik et Kabbaliste connu, Rabbi Lévi Yitshak qui fut le Rabbi de Iekaterinoslav, ville importante d’Ukraine. Dés son jeune âge, Rabbi Menahem Mendel montre de grandes aptitudes intellectuelles et est doué d’une mémoire exceptionnelle. Plus tard, il manifeste un goût particulier pour la solitude et la méditation ainsi qu’une application profonde dans l’étude des différentes disciplines du Judaïsme.

Son adolescence est difficile. Un vent violent souffle autour de lui, guerres et pogroms aggravent la situation des Juifs. Sa famille connaît les persécutions, les fuites, les poursuites et les dangers. Mais, en toutes circonstances, même les plus difficiles, il continue à étudier la Torah.

C’est vers 1925 qu’il a son premier contact avec le Rabbi de Loubavitch de l’époque, Rabbi Yossef Yitshak Schneerson, qui demeurait alors à Leningrad. On dit que le Rabbi fut impressionné par son visiteur, notamment par son érudition et les qualités qu’il décela en lui. Il le choisit pour devenir l’époux de sa seconde fille.

Le Mouvement Loubavitch connaît alors des moments difficiles. Son chef est arrêté en 1927, à Leningrad, puis libéré. C’était le jour de la Hilloula de son père Rabbi Chalom Dov Ber. On raconte qu’un homme de la milice fit irruption dans le bureau du Rabbi, un fusil chargé à la main, qu’il dirigea sur lui d’un air menaçant et en lui ordonnant d’arrêter sa prière.

Rabbi Yossef Yitshak le regarda sans ciller, sans la moindre nuance de peur et rétorqua : «Ce jouet que tu tiens en main peut éventuellement effrayer des êtres qui ont de nombreux dieux et qu’un seul monde, mais moi qui n’ai qu’un seul Dieu et de nombreux mondes, je ne crains rien...»

C’est armé de cette conviction inébranlable que Rabbi Yossef Yitshak supporta sa pénible captivité en Russie. C’est aussi muni de cette même arme qu’il arriva aux Etats-Unis en 1940 dont il entendait souvent dire que c’est un autre monde, bien différent de celui qu’il avait connu jusqu’ici. «Ici, disait-on, il est impossible de répandre le Hassidisme comme en Europe ou en Erets Israël. Pourtant, une nouvelle ère allait commencer pour le Mouvement Loubavitch.

Son gendre, Rabbi Menahem Mendel, s’était installé, quand à lui, à Paris, après avoir quitté la Russie. Là, il poursuivit ses études d’ingénieur en Electricité à la Sorbonne et y obtint son diplôme dans cette discipline. Puis il rejoignit, à son tour, les Etats-Unis où il travailla dans un laboratoire de recherche sur les matériaux servant à la construction navale, dans la marine américaine.

En tant que proche du Rabbi il s’intéresse à tout ce qu’il entreprend, en particulier dans le domaine de l’éducation. Il devient bientôt son bras droit et fut nommé responsable du Centre Educatif du Mouvement Loubavitch des Etats-Unis. Il entreprend alors une véritable révolution spirituelle au sein de la jeunesse juive américaine, gravement menacée par le danger d’assimilation et dont une grand partie est complètement détachée des sources du Judaïsme. Il se révèle comme une véritable force d’organisation et avec l’aide de son beau-père il fonde le Mouvement de Jeunesse Habad à qui il insuffle un esprit de Torah et de Hassidout. Il incite aussi les jeunes à faire preuve de dévouement à l’égard de leurs frères en éveillant leur propre énergie pour des actions ponctuelles ou permanentes. Aujourd’hui il existe des dizaines et des dizaines de Yechivot, de Talmudé Torah, de Jardins, d’écoles où des milliers d’élèves sont initiés dans l’esprit de la Torah et de la Hassidout aux Etats-Unis et à travers le monde; si tout cela a pu être possible, c’est grâce à l’oeuvre inlassable et dévouée de celui qui, avant de succéder à son beau-père, fut son dévoué collaborateur et réalisa, dans son action inestimable, ses instructions. C’est ainsi que les Etats-Unis connurent une véritable révolution spirituelle.

Une action en vue d’instaurer une «heure d’étude de religion» fut ensuite entreprise. Aussi, le Rabbi, dans un souci toujours égal de préserver l’enseignement du Judaïsme réussit à organiser, aux abords des écoles laïques, des cours de Torah, à l’issue du programme général d’études, une heure par jour. C’est ainsi que des milliers de jeunes juifs américains furent sauvés de l’assimilation. A la mort du Rabbi Yossef Yitshak, le 10 Chevat 5710, tout naturellement, c’est vers son gendre, Rabbi Menahem Mendel Schneerson, que se tournèrent les Hassidim pour lui demander de bien vouloir prendre en main le Mouvement Habad. Mais ce n’est qu’après un an d’insistance et un refus plusieurs fois répété, à l’issue de la période de deuil, qu’il accepta officiellement de succéder à son prestigieux beau-père. Rabbi Menahem Mendel Schneerson devint ainsi le 7ème Rabbi de la dynastie.

Rabbi Menahem Mendel était, tout à la fois, un homme connu et peu connu. Nombreux sont ceux qui ont entendu parler de lui mais peu le connaissent vraiment. Ce que l’on sait de lui et qu’on entend à son sujet n’est que peu de chose qui perce de sa riche personnalité et de son intériorité.

Son pouvoir, dans le domaine des connaissances révélées et cachées va au delà de son savoir, il était inhérent à sa personnalité propre. Son influence sur ceux qui étaient près de lui comme sur les plus éloignés est certaine. De plus, il avait une capacité exceptionnelle de concentration d’esprit, et maîtrisait parfaitement le langage de la Hassidout. Bien que pénétrant les aspects les plus profonds de la Hassidout, le Rabbi était proche de chacun, de l’essence intérieure de chaque Juif.

Lorsqu’on entendait parler le Rabbi, aussi bien lorsqu’il s’adressait au public, qu’au cours d’un entretien privé, ses propos étaient clairs, ses expressions étaient précises et sans mots inutiles, et cette clarté atteint l’âme de celui qui écoute. Le rabbi appuyait son argumentation non sur l’aspect émotionnel des choses, mais en faisant appel à l’intellect. A travers ses paroles c’était tout un monde qui se révèle à vous, un monde profond de réflexion et de sensibilité, en pleine harmonie avec une foi ardente et solide, au point qu’on en vient à se demander : «Est-il possible de penser autrement ?».

Le Rabbi était à l’écoute de ce qui se passait dans le monde, en particulier tout ce qui touchait au peuple Juif. Mais il était attentif aussi aux problèmes divers de tout un chacun. On venait de partout pour voir le Rabbi. Des hommes hauts placés et célèbres, des ministres et des représentants d’Israël venaient souvent le consulter. Ils reconnaissaient tous sa personnalité frappante et sa compétence dans tous les domaines. Son but était de favoriser le renforcement du Judaïsme et l’accomplissement de la Torah et des Mitzvot pratiques ; éveiller le coeur des Bné Israël et les conduire vers la Techouva, le retour à D-ieu, à l’étude de la Torah et aux bonnes actions.

Rabbi Menahem Mendel Schneerson Zatsal quitta ce monde le 3 Tammouz 5754, que son Mérite nous protège. Amen.hevratpinto

1 commentaire:

www.viveleroi770.com a dit…

BH

Bonjour

Nous avons l'honneur et le plaisir de vous annoncer l'existence
de notre site : www.viveleroi770.com qui vous permettera d'avoir un nouveau regard sur le Rabbi de Loubavitch
chef de notre generation
comportant des cours video, des interviews, des reportages. Ce site
est basֳ© sur le Dvar Mal'hout du Rabbi de Loubavitch en tant que Roi Machia'h.
Le site possֳ¨de un graphisme de qualitֳ©.

En vous remerciant de votre intֳ©rֳ×t.

Le Beit Machia'h sur le web

Ye'hi HaMele'h HaMachia'h !!!

Menou'ha Ra'hel Beckouche
Rֳ©dactrice en chef du site
www.viveleroi770.com
de la page Vive la Reine
ainsi que du magazine "Vive le Roi Machia'h"
et de la newsletter hebdomadaire "Vive le Roi"

Messages les plus consultés