Plan general : famous jews

WLADYSLAW SZPILMAN


BIO
LE PIANISTE
SITE
PHOTO
GHETTO DE VARSOVIE










Un piano dans le ghetto

par Guy Rossi-Landi
Lire, avril 2001

Le sous-titre dit bien l'intérêt exceptionnel de l'ouvrage: «L'extraordinaire destin d'un musicien juif dans le ghetto de Varsovie». Quand la ville croule sous les bombes, en septembre 1939, Radio-Pologne est réduite au silence au moment où un jeune pianiste y joue un nocturne de Chopin. Les émissions reprendront six ans plus tard, avec le même morceau, interprété par le même pianiste, ce qui est proprement miraculeux.

En effet, Szpilman est juif. Il survit d'abord, avec sa famille, trois ans dans le ghetto, où il continue à pratiquer le piano, dans un café où se réunit l'intelligentsia juive, comme si de rien n'était (et l'on découvre avec surprise qu'une vie sociale a existé, un certain temps, dans le ghetto). Puis, en août 1942, tous ses proches sont déportés, mais un policier mélomane le fait in extremis sortir du convoi.

Szpilman va alors errer de cachette en cachette, solitaire et affamé, pendant deux ans et demi. Par un étonnant caprice du destin, il ne doit sa survie qu'à sa rencontre avec un officier allemand, un chrétien horrifié par les crimes nazis, qui lui apporte un peu de nourriture. Ce Juste, dont une partie du journal est publiée en annexe, est mort dans les camps soviétiques.

Publié en polonais après la guerre, le livre avait été jugé alors politiquement incorrect par le régime communiste et rapidement interdit; aujourd'hui encore il n'est pas disponible en polonais. Qu'il s'agisse du sort personnel de l'auteur ou de l'insurrection du ghetto, le récit est d'autant plus bouleversant qu'il est volontairement distancié, comme s'il s'agissait d'un modeste témoignage. Son auteur est mort en juillet 2000.
Lire.fr

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés