Plan general : famous jews

MEIR DIZENGOFF


JUDAICA
MORIM
DOSSIER
TEL AVIV
PATRIMOINE
VILLE BLANCHE
HISTOIRE
SITE
TOURISME

1861 - 1936
L’histoire populaire de Tel-Aviv fait naître
la ville à partir d’un faubourg jardin, Ahuzat Bayit, un simple petit quartier érigé aunord-est de Jaffa par quelques familles juives au début du vingtième siècle. C’est
l’épopée décrite par le premier maire de la ville Meïr Dizengoff, l’un des fondateurs, et illustrée par le fameux cliché montrant la répartition des lots dans les dunes. Le 11 avril 1909, soixante familles se réunissent sur la grève et tirent au sort les parcelles de terrain.
Des coquillages blancs pour les lots, gris pour les noms, un jeune garçon pour tirer les uns, une petite fille pour les autres. Groupe de jupons noirs et de chapeaux melons, perdu dans le désert sous un ciel écrasant, la photo est étonnante. Elle fait le tour du pays, et celui des communautés juives du monde entier.
Mais une polémique s’est installée entre certains des descendants de ces familles
fondatrices, polémique qui remet en cause la notion de quartier originel. Pour la petite fille d’Akiva Arieh Weiss, un autre des fondateurs, ce n’était pas un simple quartier ni un faubourg que son grand père imaginait depuis sa Pologne natale, mais dès ses premiers rêves, une véritable ville, une porte pour la terre d’Israël, capable d’absorber les émigrants et de leur fournir du travail. Akiva Arieh Weiss, au cours d’une réunion au centre communautaire des Juifs de Jaffa donne l’impulsion, un soir d’août 1906, qui conduit à la création d’Ahuzat Bayit puis de Tel-Aviv. Mais une rivalité avec le futur premier maire, Meïr Dizengoff, le conduit à se retirer de la vie publique, laissant à la postérité l’idée que Tel-Aviv poussa comme un champignon à partir d’un simple petit faubourg jardin de Jaffa, et que nul n’avait prédit alors l’ampleur de son développement ultérieur.bcrfj



A voir le Musee d'Art de Tel Aviv
Fondé en 1932 par l’ancien maire de la ville, Meir Dizengoff qui, dans son émouvant testament, s’adressait ainsi aux citoyens de la ville : « Je vous confie le plus jeune de mes enfants, le fils de mes vieux jours, le musée de Tel-Aviv. Je vous prie d’en prendre soin car il est porteur d’une bénédiction qui contribuera à l’honneur et à la gloire de notre ville. » Dès l’entrée on est frappé par la fresque murale de Roy Lichtenstein, don de l’artiste en 1989, qui représente sa vision de la peinture figurative et abstraite. Le nec plus ultra reste la salle de miniatures offertes par Helena Rubinstein, où sont reproduits avec force détails des appartements des siècles précédents dans la diaspora. Le musée est aujourd’hui dirigé par Mordechaï Omer, qui semble tout droit sorti d’un tableau de Chagall avec sa casquette comme les Russes d’autrefois, et donne envie de s’adresser à lui en yiddish. Un grand spécialiste de l’art !

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés