Plan general : famous jews

GABIROL


IBN GABIROL
PORTRAIT







"Juge de toute la terre, Toi qui l'appelles en justice,
A ton peuple malheureux donne la vie sans préjudice,
Et considère sa prière du matin,
Comme l'holocauste quotidien.

Tu es le seul à posséder charité et perfection,
Si nous sommes coupables, souviens toi des actions,
De nos patriarches qui dorment à Hébron,
Et considère sa prière du matin, comme l'holocauste quotidien.

Toi qui par Ton pardon fait vivre,
Fais grâce à Ton peuple et dis lui de vivre,
Inscris la vie sur son front pour toujours,
Comme le sacrifice matinal de l'holocauste du jour.

Restaure Sion Ta ville sainte,
Rétablis Ton Temple dans son enceinte,
Fais brûler toujours le flambeau de l'Oint d'huile sainte,
Comme le sacrifice du matin, De l'holocauste quotidien,

Renforce toi mon peuple dans ta confiance en D'
Car en observant Ses lois viendra la récompense des cieux,
Présente toi sans cesse devant Lui et recherche D',
Et considère sa prière du matin Comme l'holocauste quotidien.

Les enfants de Tes serviteurs viennent à ton sanctuaire,
Pour obtenir la vie, ils rappellent les mérites de leurs pères,
Que leur souvenir soit immuable devant Toi Ô notre Père?
Et considère sa prière du matin, Comme l'holocauste quotidien."


Fils de Rabbi Yéhouda Ibn Gavirol, qui vivait avec sa famille à Cordoba. Les guerres qui éclatèrent en 1012 les obligèrent à émigrer à Malaga où naquit en 1022 (4382) Shlomo Ibn Gavirol. De Malaga ils allèrent plus loin vers Saragosse. Toute cette région était alors gouvernée par les Arabes.

Bien qu'orphelin très jeune, il reçut une excellente éducation et grâce à une intelligence rare, il devint très vite un expert en Talmud et dans plusieurs branches de la science comme la géométrie et l'astronomie.

Pressentant que sa vie serait courte il avait le désir ardent d'acquérir en peu de temps la sagesse et le savoir que d'autres possèdent après une longue vie d'études. Il fut un grand philosophe et un grammairien réputé en hébreu et en arabe. Dès l'âge de 16 ans, il était déjà considéré comme le meilleur poète juif de son époque en Espagne.

Le grand Sage et poète Rabbi Moshé Ibn Ezra, dans son livre "shirat Israel" fit son éloge en ces termes: "Shlomo Ibn Gavirol fut le plus jeune poète de sa génération mais il les surpassa tous par son éloquence, son art merveilleux, par la perfection en l'expression de ses hautes aspirations comme défenseur sublime de son peuple.

Il composa des chants de glorification de D' tout à fait exceptionnels

Et des poèmes de morale juive qui reflètent une nature raffinée, de belles qualités et une âme noble, purifiée de tout désir matériel. Il disparut malheureusement dans la fleur de l'âge.

Ses œuvres principales sont les suivantes:

"Tikoun Midoth Hanefech": guide pour corriger les défauts et acquérir des qualités , écrit en arabe, fut traduit en hébreu par le Rabbin Yehouda Ibn Tabour.

"Mekor Haïm": (source de vie) traité de philosophie sous forme de questions et réponses sur la providence, l'existence, la nature et l'être humain. Ce livre fut traduit plus tard en hebreu.

"Keter Malkhout": Où il traduit sa conception de D' et du monde divin et des sphères supérieures.

On lit Keter Malkhout le jour de Kipour.

"Azharot": Oeuvre qui résume les 613 commandements en prose et qui fut composée dans les circonstances suivantes: Le Grand Rabbin de l'importante Yéchiva dans laquelle il étudia offrit la main de sa fille à l'élève qui lui présenterait un écrit personnel. C'était le 3 Iyar. En entendant cela, Shlomo Ibn Gavirol se concentra et prépara un exposé magistral de toutes les mitsvoth positives et négatives qu'il apporta à la maison du grand Rabbin. Celui-ci étant absent, il lut le manuscrit le lendemain, à son retour, et comprit que c'était l'œuvre de Shlomo Ibn Gavirol et il déclara à toute l'assistance qu'il lui donna la main de sa fille. Il avait 18 ans et le mariage fut célébré la veille de Chavouot.

Les Azharot qui figurent dans des livres spéciaux sont récités le jour de Chavouot.

Un livre de grammairien hébraïque qu'il intitula "Anak" avec une introduction expliquant les règles grammaticales en 400 vers tous aussi précieux que les perles d'un collier. Dans sa préface il louait la valeur de la langue sainte avec laquelle le Créateur du Monde se révéla à Israel au Mont Sinaï, langue dans laquelle fut écrite la Loi Sainte et dans laquelle les anges louent D', langue des prophètes et du roi David.

Shlomo Ibn Gavirol composa des poèmes splendides de suppliques en faveur d'Israel et qui sortent du fond du cœur d'un corps faible mais avec un esprit qui s'élève au delà des astres.

Ces poèmes furent adoptés dans le rituel de Roch Hachana et Kipour.

Rabbi Shlomo Ibn Gavirol mourut en l'an 1058 (4418) à l'âge de 36 ans à Murviedro et fut enterré au sommet de la montagne. L'inscription portée sur sa tombe est presque entièrement effacée. On lit seulement la dernière ligne: "D'une voix amère élève une lamentation, comme un grand général, D' le reprit, Bénie soit sa mémoire".


Avicébron. - Auteur de deux traités mystiques, intitulés : Source de la vie et Source de la sagesse, souvent cités par les scolastiques. On l'a longtemps pris pour un philosophe arabe, mais Munk a démontré qu'il n'était autre qu'Ibn-Gebirol (Ibn Gabirol), savant juif espagnol du XIe siècle.

Gabirol, ou Gebirol. Salomon ben Jehudah lbn Gabirol, est connu dans la littérature sous le nom [latinisé] d'Avicebron. Juif de naissance, philosophe, poète et kabbaliste, auteur d'une œuvre volumineuse, et mystique. Né au 11ème siècle à Malaga (en 1021), il fut instruit à Saragosse, et mourut à Valence, en 1070 [ou vers 1058], tué par un musulman. Ses coreligionnaires l'appelèrent Salomon le Séphardi (ou l'Espagnol), et les arabes, Abn Ayyub Suleiman ben ya'hya ibn Gabirol ; les scolastiques le nommèrent Avicebron (voir l'ouvrage de Myer, Qabbalah). Il fut certainement l'un des plus grands philosophes et érudits de son temps. Il écrivit beaucoup en arabe et la plupart de ses manuscrits ont été préservés. Il apparaît que sa plus grande œuvre a été Source de Vie [rédigée d'abord en arabe, puis traduite en latin, sous le titre Fons Vitae] , d'où, en hébreu, Meqôr 'Hayim, ouvrage qui fut « l'un des premiers exposés des secrets de la Kabbale* spéculative » , selon ce que nous dit son biographe [Myer].


"Il existe trois catégories d'amis : ceux, comme la nourriture, sans lesquels on ne pourrait pas vivre ; ceux comme les remèdes, dont on a besoin à l'occasion ; et ceux comme la maladie dont on ne veut à aucun prix"

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés