Plan general : famous jews

JOSE ABOULKER


PORTRAIT



José Aboulker,
compagnon de
la Libération





La résistance juive à l’honneur - L’opération Torch
Le 8 novembre 1942 marque le premier succès allié de la Seconde guerre mondiale.
Aidés par la résistance locale, les américains débarquent en Afrique du Nord et libèrent Alger.

Les préparatifs
La Grande Bretagne a manqué de peu d’être envahie, et le front russe est prêt de céder lorsque les américains décident, au printemps 1942, d’ouvrir un second front pour soulager les forces soviétiques qui combattent les Nazis à l’Est. L’Afrika Korps, sous les ordres du général Rommel,est par ailleurs sur le point d’atteindre le canal de Suez comme le redoute Churchill, conscient de la puissance que gagnerait l’Axe en s’emparant de cette nouvelle voie navigable qui débouche sur l’Océan indien. L’opération Torch prend ainsi naissance au plus fort de la domination allemande.Le gouvernement de Vichy, particulièrement bien implanté en Afrique du Nord, laisse craindre un échec d’un débarquement américain. Ce sont deux groupes de patriotes français favorables à la cause alliée qui, prenant contact avec des diplomates de l’O.S.S. (actuelle C.I.A.), permettent de rendre viable le projet. A leur tête, deux cousins, des pied-noirs d’origine juive: Roger Carcassonne à Oran et José Aboulker à Alger.

Le débarquement proprement dit
Le 8 novembre 1942, 107 000 hommes placés sous le commandement du général Eisenhower,
débarquent en Afrique du Nord, assistés par la résistance locale à Alger d’un côté, et accueilli sous le feu de la mitraille vichyste, au Maroc, de l’autre.
Véritable putsch militaire, le renversement du gouvernement de Vichy à Alger par 400 résistants a des conséquences immédiates : en premier lieu le succès de l’opération Torch ; en second, le retournement de l’armée d’Afrique qui, après trois jours de combats sanglants contre les Américains,termine finalement la guerre dans le camp allié.
Les 2/3 de ces patriotes sont juifs. A leur tête, José Aboulker, un jeune étudiant en médecine de 22 ans. Le 8 novembre, il se lance, accompagnée d’une poignée de camarade, à l’assaut du Commissariat central. Cet événement marque le début de la libération d’Alger par la résistance locale et la première victoire des forces alliées contre les puissances de l’Axe.akadem


Né le 5 mars 1920 à Alger, jeune médecin des hôpitaux de Paris, José Aboulker entre dans la Résistance en février 1941. D'août 1941 à novembre 1942, il est l'un des principaux animateurs de la Résistance en Algérie et prépare le débarquement allié. Dans la nuit du 8 novembre 1942, il dirige l'occupation d'Alger, ralliant une partie de la police et évacuant la préfecture assiégée. Arrêté, il rejoint Londres en avril 1943 et s'engage dans les Forces françaises libres. Délégué à l'organisation du service de santé des maquis et des FFL, il est envoyé en mission en octobre 1943, puis de Londres et d'Alger dirige les opérations de parachutage d'équipements chirurgicaux sur la France. Après la guerre, José Aboulker entre au parti communiste et devient un spécialiste en neuro-chirurgie, connu dans le monde entier. Il s'engage pour l'indépendance de l'Algérie et s'oppose au retour du général de Gaulle en 1958. Mais, fidèle au chef de guerre, il vote en sa faveur en 1965. Il appartient au service médical d'urgence constitué pour le président de la République après l'attentat du Petit-Clamart. charles de gaulle


Ecouter sur akadem :
Le difficile choix des juifs d'Algérie: 1948-1962
Des juifs plus Français que les Français

Albert Bensoussan, Professeur agrégé d'espagnol


*

On pourra lire Les Biographies des Compagnons de la Liberation
dont celles de Jean Pierre Levy ou celle de Max Guedj

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés