Plan general : famous jews

RABBI HAI TAIEB LO MET


HISTOIRE
VIDEO
HAI
LEBORGEL
HILOULA
MEMOIRE
HESSEDVEDAVID










Né dans une famille de rabbins en 1743,( mort en 1837 ) il se distingue dès son jeune âge par son savoir et son intelligence ; érudit en Talmud et évoluant aisément dans le zohar.

Fils unique, Rabbi Haï TAÏEB habitait avec sa mère et passait de longues heures à étudier le Talmud et la Kabale. Il avait l’habitude de noter ses commentaires sur des feuilles qui traînaient aux quatre coins de sa chambre.

Sa mère pensait qu’elles n’avaient aucune utilité ou peut-être craignait-elle pour la santé psychique de son fils et elle les brûla par inadvertance. Vu d’en haut l’explication est la suivante : On dit qu’un jour, alors qu’il était plongé dans une « souguia » il décida d’arrêter son étude pour reprendre plus tard, et c’est à cette négligence que serait due la destruction de ses écrits. Un livre fut quand même sauvé et édité : « HELEV HITIM » mais depuis il se mit à la boisson forte (à la boukha en l’occurrence).

Des contes et des légendes ne manquent pas sur les nissims et niflaots qu’il accomplit.

. Il y avait à Tunis un riche commerçant qui réunissait chez lui chaque année un minian pour lire le « Tikoun de Chavouot » et le matin il préparait un repas copieux et offrait des cadeaux à ses invités. Il eut un revers de fortune et pour continuer ce « minhag » (cette habitude) il alla vendre les bijoux de sa femme ; au retour il rencontra Rabbi H. TAÏEB qui lui demanda de l’argent et ne put lui refuser.

En rentrant chez lui, il rencontra un émissaire du Bey qui lui dit : « Le Bey veut un service à café en faïence qui coûte très cher, pour boire le café avec ses ministres ».Impossible de trouver ce modèle au marché.

Le juif continua sa route et voilà qu’il rencontre un marchand qui lui dit : j’ai dans ma réserve un service à café , je ne sais qu’en faire, prend le à n’importe quel prix. Il retourna alors chez le Bey et lui vendit le service à café à prix d’or. Au retour, il rencontra le Rabbin H. TAÏEB qui lui dit : Quelle était meilleure, la somme que tu m’as donné ou celle que tu as reçu du Bey. Le rabbin le bénit et depuis ce jour il s’enrichit.

. Il y eut un jour une sécheresse en Tunisie et la communauté décréta un jour de jeune (sans consulter le Rabin H. TAÏEB) . Le matin du jeune , le rabbin demanda un café à sa femme ; n’as-tu pas entendu que la communauté a décrété un jour de jeune ? Prépare le café lui dit-elle la pluie va tomber. Connaissant son mari, elle prépara le café. La pluie commença à tomber. Mais la pluie tombait trop dru. « Maître du monde fait tomber une pluie de BERAKHA ». Le jeune fut annulé et chacun rentra joyeux chez lui.

. Le voisin de R.H Taïeb qui était non juif, avait entendu le rabbin parler avec le Maître du monde, il voulut vite changer de voisinage ; argument donné au propriétaire :

Il parle avec le Créateur comme à son ami ; d’abord donne la pluie, ensuite une pluie douce, si demain il se fâche avec moi il peut me mettre à mort. La nouvelle parvint à R.H.T qui lui dit qu’il n’avait rien à craindre tant qu’il ne ferait pas de mal aux juifs.

. On raconte que les Hakhamim d’Eteretz ISRAEL envoyèrent un kollelman à Tunis pour apprécier le niveau des rabbins de Tunisie. Dans son ROUAH HAKODECH

R.H.T alla recevoir au port l’envoyé. Il se présenta à lui comme « porteur ». Le lendemain à la synagogue, l’envoyé put se rendre compte des connaissances de R.H.T qui étaient d’un ordre supérieur. Il put donc apprécier d’une part de la valeur des Hakhamim de Tunisie, mais aussi de leur modestie et simplicité.

. La servante de R.H.T. aimait tellement la vie qu’elle demanda à son maître une prière pour sa longévité. Le rabbin pria pour elle et lui assura qu’elle vivrait jusqu’à 120 ans. La vielle dame mourut à 110 ans ; elle avait renoncé à 10 ans de sa vie , demandant à D’ , d’offrir à son fils ces 10 années pour le sauver de la mort.

. R.H.T fut un jour malade et s’absenta du BETH HAMIDRACH pendant trois semaine. Rabbi YOCHOUA BESSIS dit à ses élèves de ramasser de l’argent pour lui. Ils ramassèrent 50 pièces d’argent et allèrent chez lui pour les lui remettre. Arrivés chez le rabbin, ils s’aperçurent que celui-ci était guéri et qu’il se promenait dans la cour.

Ils se dirent : La moitié de la somme lui suffirait. Ils entrèrent chez le rabbin, prirent de ses nouvelles et lui remirent 25 pièces d’argent. R.H.T. les dévisagea et leur dit : Celui qui sort se promener dans sa cour doit-il perdre 25 pièces d’argent ? Les envoyés présentèrent leurs excuses et demandèrent au rabbin de les excuser pour leur conduite.

. Le Rav H. Taïeb habitait près du notable Y. SILVERA dont la femme était stérile et très chagrinée car son mari voulait épouser une autre femme pour procréer. R.H.T lui promit Qu’elle aurait un garçon l’année suivante. L’année écoulée elle eut un garçon. Le notable Silvera donna une grande fête et invita beaucoup de monde, dont le rabbin Y. BESSIS et un éminent émissaire de JERUSALEM. Ils organisèrent une table pour étudier le zohar ; mais la maîtresse de maison leur demanda de patienter jusqu’à l’arrivée de R.H.T. soudain, un homme simple vêtu de haillons et de souliers rafistolés entra et tout le monde se leva. Le rabbin alla s’asseoir à côté de R. Y. BESSIS , se versa un verre de boukha, il mit les pieds sur la table et s’endormit. L’émissaire fut étonné et même vexé par la conduite de cet invité. Il exigea qu’on lui fit baisser les pieds de la table. Mais R. Y. BESSIS l’en dissuada. Ces paroles augmentèrent sa perplexité. Quelques instants plus tard le rabbin se réveilla et commença son étude avec le rabbin Bessis. L’émissaire fut stupéfait par cette intelligence et cette facilité avec laquelle ils passaient d’une séquence à une autre. IL sortit, leva les bras vers D’ « Maître du monde, donne moi autant d’intelligence que ces deux sages pour que je puisse étudier avec eux »

Il retourna à la réception R.H.T l’interpella « pour comprendre il te suffit de faire l’effort ». Avant de quitter Tunis l’émissaire embrassa les pieds de Rabbi Haï TAÏEB et alla jusqu’à prendre de la boue de ses chaussures qu’il emporta avec lui.

. Pourquoi appelle-t-on Rabbi Haï TAÏEB « LO MET ? »

Car lorsque le rabbin décéda, le graveur de tombe voulut graver : « Décédé l’année. . . . » Le rabbin lui apparut le soir en rêve et voulut l’étrangler. « Que t’ai-je fait ? » « Comment écris-tu sur ma tombe mort ? » « Ne sais-tu pas que les tsadikim sont appelés vivants après leur mort ». Excuse-moi dit l’ouvrier. « Seulement si tu ajoute demain le préfixe (lo) non mort ». Et le rabbin disparut de son rêve. La correction fut bien sûr apportée dès le lendemain.

A Paris un des derniers bastions des juifs « tun » est la synagogue de Belleville « REBBI HAÏ TAÏEB LO MET »ruben corcos

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés